Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Seuil

« On n’est soi-même que dans la solitude et le silence. Le reste, c’est du théâtre. »

Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières de Barney Norris Seuil 2017, 301 pages Traduit de l’anglais (GB) par Karine Lalechère (Five Rivers Met on a Wooded Plain 2016) « Je lui dirais que ce qui occupe ses journées,... Lire la suite →

Publicités

Pêle-mêle de livres pour les petits (3)

  Timoté devient grand frère d'Emmanuelle Massonaud et Mélanie Combes (Gründ éditions) Ce nouvel opus des aventures de Timoté raconte très simplement comment Rose est arrivée dans la famille de nos petits lapins : d'abord il y a eu l'annonce... Lire la suite →

« Ultérieurement, lorsque Maly se souviendrait de ces mots, elle en frissonnerait. »

« C’est obligé, de se déguiser pour Pourim ? - Non, répondit-elle. Après un instant de réflexion, elle ajouta : - Mais pourquoi tu ne veux pas ? C’est parce qu’on ne t’a pas acheté de déguisement neuf ? Toutes tes... Lire la suite →

« Je ne pense pas qu’on puisse sauver les enfants de leurs parents. »

La violence en embuscade de Dror Mishani Seuil, 2015, 320 pages Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz (Efsharut shel Azimut, 2013) La deuxième enquête de l’inspecteur Avraham Avraham (qui ne peut absolument pas se lire sans avoir lu la première)... Lire la suite →

« Moi, quand j’ai le temps, je lis des romans policiers. »

« Moi, quand j’ai le temps, je lis des romans policiers, je regarde des films policiers et des séries télé et j’apporte la preuve que l’enquête s’est fourvoyée. Elle ne comprit pas. Personne ne comprenait. - Tu l’apportes à qui ?... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (2)

Timoté va sur le pot d'Emmanuelle Massonaud et Mélanie Combes (Editions Gründ 2015), 22 pages Je ne sais pas (je ne sais plus !) quel est l'âge préconisé pour débuter l'apprentissage du pot mais ce livre s'adresse plus aux enfants... Lire la suite →

« Et les gens qui savent ce que tu ressens mais qui s’en foutent, comment tu les appelles ? »

Une comédie des erreurs - Neil Zink Seuil, 2016, 303 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Charles Recoursé (Mislaid 2015) Quel étrange premier roman !* Je ne sais pas, en le terminant, si je l’ai aimé ou pas, mais ce... Lire la suite →

« Un jour, entre les hommes et nous qui sommes stellaires, il y a eu rencontre. »

« Il y a, pour résumer, trois catégories d’hommes : ceux qui travaillent pour nous; ceux qui s’efforcent de nous tenir compagnie; ceux que nous mangeons. » Défaite des maîtres et possesseurs - Vincent Message Seuil, 2016, 304 pages « Défaite des maîtres... Lire la suite →

« On ne demande pas à un écrivain de montrer ses brouillons. »

« On ne demande pas à un écrivain de montrer ses brouillons. Au pire, on peut le prier de raconter une histoire. Et, là, Alain Rachet n’était pas inquiet. » Le Merle Bleu - Michèle Gazier Seuil, 1999 & Points, 2000, 256... Lire la suite →

« Une mauvaise pauvre est une pauvre qui ouvre sa gueule. »

Pas pleurer - Lydie Salvayre Seuil, 2014 & Points, 2015 282 pages Lydie Salvayre a reçu le Prix Goncourt pour ce « Pas pleurer ». Pas possible que ça fasse bientôt deux ans ?! J’ai l’impression de venir à peine de le... Lire la suite →

« Il existait bien des manières de gâcher sa vie, il s’agissait de trouver la bonne. »

« Souvent la tristesse la prenait, sans crier gare, à la cime d’une joie qu’elle avait cru sans mélange. » Babybatch - Isabelle Coudrier Seuil, 2016, 395 pages Quel plaisir de retrouver* la prose tout à fait particulière d’Isabelle Coudrier... Lire la suite →

« A question idiote, réponse sèche. A quoi servent les livres ? A être lus. »

Le silence pour preuve - Gianrico Carofiglio Seuil, 2011, 248 pages Traduit de l’italien par Nathalie Bauer (Le Perfezioni provvisorie 2009) « Contre l’imprévisibilité, contre la chaotique incertitude de l’avenir, le remède se trouve dans la faculté de faire et de... Lire la suite →

« (…) l’extension du règne de la compassion (…) incite à panser les plaies du monde plutôt qu’à affronter les inégalités qui le fissurent. »

Sauve qui peut la vie - Nicole Lapierre Seuil, 2015, 249 pages Ce qu’a écrit ici Nicole Lapierre (socio-anthropologue et directrice de recherches émérite au CNRS) est un livre inclassable. A partir de sa propre histoire familiale (« Ecrire est ici... Lire la suite →

« J’ai écrit mollement 700 pages, ce serait bien que vous les lisiez pour demain sinon je pourrais me suicider. »

Carnets de thèse - Tiphaine Rivière Seuil, 2015, 179 pages Comment ça se passe, une thèse ? Qu'est-ce que c'est, à quoi ça sert, comment on s'organise, qu'est-ce que ça provoque ? Bienvenue dans la vie de Jeanne Dargan, elle... Lire la suite →

« Elle aimerait que son père la remarque, qu’il admette qu’elle s’en va. Rien qu’une fois, elle aimerait qu’il soit content d’elle. »

Academy Street -  Mary Costello Seuil, 2015, 187 pages Traduit de l'anglais (Irlande) par Madeleine Nasalik (Academy Street, 2014) Très difficile d'exprimer la beauté de ce roman qui - me semble-t-il - s'attache à décrire ce qu'est la notion de... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑