Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Rivages

« Devenue neurologue, elle décida de lutter contre la plus grande des inégalités : celle de l’intelligence. »

Ce qui nous guette de Laurent Quintreau (Rivages) 155 pages Dix moments qui se suivent dans le temps sans liens apparents entre eux (quelques petites choses se recoupant malgré tout de temps à autre); une neurologue saisie d’un fou-rire dévastateur... Lire la suite →

Publicités

« Survivre ne suffit peut-être pas (…) mais d’un autre côté, Shakespeare non plus. »

Station Eleven - Emily St. John Mandel Traduit de l’anglais (Canada) par Gérard de Chergé Rivages, 2016, 475 pages envoûtantes Une grippe. Il aura suffit d’une bonne vieille grippe foudroyante - l’Histoire n’en manque pas - pour éteindre toute trace... Lire la suite →

« Elle avait bien un air d’éditrice. »

« Elle avait bien un air d’éditrice. En d’autres termes, elle avait l’air intelligente, résolue et sophistiquée, et ses lunettes étaient vraiment cool. » Ceci n’est pas une histoire d’amour - Mark Haskell Smith Editions Rivages 2016, 316 pages Traduit... Lire la suite →

« A pas d’escargot qui fait le moonwalk, mais on avançait. »

Kif - Laurent Chalumeau Grasset 2014 & Rivages / Noir 2016, 455 pages   « Laurent Chalumeau, remède à la bêtise » clame Le Monde en 4° de couv, et c’est vrai que ça fait du bien. Même si l’auteur déclare sur... Lire la suite →

« Il essayait de ne pas être amer et, dans l’ensemble, il y parvenait. »

Couleur franche - John Harvey Rivages/Noir 2004, 329 pages Traduit de l’anglais par Mathilde Martin (2001 In a True Light) J’étais curieuse de savoir si la plume de John Harvey saurait me séduire sans Resnick et la magie a opéré... Lire la suite →

« Ton meilleur professeur est ta dernière erreur. »

« Tout était baigné de cette lumière crue de l’irréel. De l’hyperréel. Du ça-ne-peut-pas-être-vrai-mais-voilà. » Mort à tous les étages - Duane Swierczynski Rivages/Noir, 2015, 320 pages Traduit de l’anglais (USA) par Sophie Aslanides C’est samedi matin, il fait un chaleur de... Lire la suite →

« De quoi as-tu peur, Charlie ? » lui avait-elle demandé un jour. »

« La réponse, bien sûr, était : de tout. » Ténèbres, ténèbres - John Harvey Rivages / Thriller, 2015, 330 pages Traduit de l’anglais par Karine Lalechère (Darkness, Darkness, 2014) Douzième et der des der enquête pour Charlie Resnick, qui a bien... Lire la suite →

« Tu deviens cynique avec l’âge, dit Resnick. »

« Pas toi, peut-être ? - Non, juste plus vieux." Cold in Hand - John Harvey Rivages / Noir, 2010, 446 pages Traduit de l’anglais par Gérard de Chergé Pour la onzième enquête de Charlie Resnick, écrite plusieurs années après la... Lire la suite →

« La vérité pure et simple existait rarement ailleurs que dans les contes de fées et les trente-deux mesures des chansons populaires. Et encore… »

Derniers sacrements - John Harvey Rivages / Noir, 2004, 410 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias (Last Rites 1998) La dixième enquête de Charlie Resnick était également le point final de la série qui lui est consacrée, au moment... Lire la suite →

« Je veux savoir comment ça se termine. »

« C’est comment ? demanda-t-il quelques minutes plus tard. Je veux dire, c’est un bon livre ? - Oui. Enfin, elle sait écrire, c’est évident... - Mais ? - Il y a tellement de violence. Pas de façon explicite, mais c’est... Lire la suite →

« Ce qui arrivait dans la vie réelle, pensa Resnick, c’était trop souvent un immense gâchis aux conséquences dramatiques. »

Proie facile - John Harvey Rivages / Noir, 2001, 535 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias (Easy Meat 1996) Ce huitième tome de la série Resnick est un gros morceau (le préféré de l’auteur, nous dit la 4°). Plusieurs... Lire la suite →

« Derek, évidemment, était bien plus qu’un simple lecteur »

« Derek, évidemment, était bien plus qu’un simple lecteur : c’était un collectionneur, avec une mentalité de collectionneur. Il ne croyait qu’aux oeuvres complètes. » Preuve vivante - John Harvey Rivages / Noir, 2000, 363 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias... Lire la suite →

« Martin Wrigglesworth ne qualifiait plus ses journées de travail de bonnes ou mauvaises; simplement, il avait établi une classification cantonnée cette dernière catégorie : mauvaises, moins mauvaises, pires, exécrables. »

Lumière froide - John Harvey Rivages/noir, 1999, 482 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias (Cold Light 1994) Pour ce sixième tome des enquêtes de Charlie Resnick, nous sommes dans la période de Noël. Il fait froid, humide, et les... Lire la suite →

« Une sensation proche du chagrin lui avait pris la gorge, sourdement. »

Les années perdues - John Harvey Rivages/Noir 1998 (Wasted Year 1993) 460 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias « Le côté le plus pernicieux des gens comme Rains, c’était peut-être qu’ils avaient le pouvoir de vous faire adopter leur propre... Lire la suite →

« Si c’est tout ce que la vie peut nous offrir, pensa Divine, j’aime autant me foutre en l’air tout de suite. « 

Off Minor - John Harvey Rivages/Noir, 1997, 389 pages Traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias (Off Minor 1992) « Divine attendit près du canal. Penché sur le parapet, il observa un vieillard et un jeune garçon qui gardaient leurs yeux rivés... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑