Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Rentrée septembre 2019

« Le type qui crie, c’est seulement un pauvre type qui ne contrôle pas la situation. Si tu élèves la voix, tu as perdu. »

Il était une fois dans l’Est d’Arpéd Soltesz Agullo 2019, 308 pages Traduit du slovaque par Barbora Faure « Plus d’un pedzouille demeuré a écopé de dix ans sans même savoir pourquoi. Littéralement. Non seulement il n’avait rien fait, mais il... Lire la suite →

Publicités

« Mais pourquoi les Apaches, papa ? Parce que. Parce que quoi ? Parce qu’ils ont été les derniers de quelque chose. »

Archives des enfants perdus de Valeria Luiselli Éditions de l’olivier 2019, 471 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard C’est l’histoire d’une famille, de nos jours, aux États-Unis. La mère avait une petite fille, le père un petit garçon,... Lire la suite →

« Elle savait aussi qu’elle lisait elle-même trop pour sa santé »

Le coeur de l’Angleterre de Jonathan Coe Gallimard, Du Monde Entier, 2019, 560 pages Traduit de l’anglais par Josée Kamoun « Elle savait aussi qu’elle lisait elle-même trop pour sa santé, accordait trop d’importance à la lecture, affligée d’une sorte de... Lire la suite →

« Les gens riches sont juste pas très sympas. »

Coup de vent de Mark Haskell Smith Gallmeister, collection Americana 2019, 246 pages Traduit de l’américain par Julien Guérif (Blown) « Bryan ignorait pourquoi il ne s’était jamais senti à l’aise avec les privilèges de la richesse. Peut-être était-ce dû au... Lire la suite →

« Avec toi on manque de ténèbres, Hekla. Tu es la lumière. »

Miss Islande d’Audur Ava Ölafsdottir Zulma 2019, 268 pages Traduit de l’islandais par Éric Boury Quand Hekla est née, son père lui a donné un nom de volcan, sa grande passion dans la vie. Quelques années plus tard, nous sommes... Lire la suite →

« Eh bien, qu’est-ce que j’y peux, si je suis une telle fripouille géniale, vive d’esprit, le roi de toute la création ? »

Te souviendras-tu de demain ? de Zygmunt Miloszewski Traduit du polonais par Kamil Barbarski Fleuve éditions 2019, 546 pages « Je ne suis plus une jeunette et je devrais donc être capable de trouver un terme soigné et approprié pour désigner... Lire la suite →

« Ça y est, j’ai fini. J’ai terminé Feel good. »

Feel good de Thomas Gunzig Au Diable Vauvert 2019, 399 pages Comme Alice, moi aussi, ça y est, j’ai fini. J’ai terminé Feel good. J’ai terminé de le lire, tandis qu’elle a fini d’écrire le sien, ce qui fait évidemment... Lire la suite →

« Une turbulence de dreadlocks agitées a perturbé son système scolaire. »

Premier arrêt avant l'avenir de Jo Witek Actes Sud Junior 2019, 222 pages J’aime beaucoup la plume de Jo Witek, dans ce que j’ai lu à date, il ne m’en fallait pas plus pour me précipiter sur ce titre de... Lire la suite →

« Je comprends ce que tu dis et aussi ce que tu ne dis pas. »

Un mariage américain de Tayari Jones Plon, collection Feux croisés, 2019, 415 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Karine Lalechère « On ne choisit pas plus d’où on vient qu’on ne choisit sa famille. Au poker, on reçoit cinq cartes. Il... Lire la suite →

« Ce n’est qu’une expérience, il n’y a pas de mauvais résultat. »

Agathe d’Anne-Cathrine Bomann La Peuplade 2019, 160 pages Traduit du danois par Inès Jorgensen « Lorsque je fixai le miroir pour voir mon visage, il était vide, il n’y avait personne ! Et bien que je sache parfaitement que nous n’avions... Lire la suite →

« Elle se haïssait tellement que ses dents lui faisaient mal. »

Dégels de Julia Phillips Autrement 2019, 383 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié Nous sommes dans le Kamtchatka, une péninsule aux confins de la Russie. En août, deux petites filles (la plus grande s’occupait de la plus jeune)... Lire la suite →

« Découvrir que le silence de la solitude n’en est pas un du tout. »

Pourquoi les hommes fuient ? d’Erwan Larhrer Quidam éditeur 2019, 348 pages « Et toi, tu fais quoi ? (Je dîne avec toi, mec, et je m’ennuie.) » Hou ça partait mal, entre ce roman et moi. Débuté avec un solide a... Lire la suite →

« C’était ça, la violence : le mensonge – une représentation falsifiée de son existence. »

Les choses humaines de Karine Tuil Gallimard, collection blanche, 2019, 342 pages « Tu sais ce qui arrive à ceux qui pensent qu’on peut survivre en respectant des lois morales ? Tôt ou tard, ils finissent piétinés. » C’est le sexe qui... Lire la suite →

« Allez, s’encouragea-t-il. C‘est juste la vie. »

Une partie de badminton d’Olivier Adam Flammarion 2019, 377 pages « Ses trois derniers livres n’avaient emballé ni la presse, ni les lecteurs. Il était passé de mode. Ou il avait écrit de mauvais romans. En matière de littérature, le succès,... Lire la suite →

« Parfois les adultes ignorent le poids qu’ils peuvent avoir sur la destinée des enfants qui ne sont pas les leurs. »

La grande escapade de Jean-Philippe Blondel Buchet-Chastel 2019, 266 pages Parce qu’un jour Philippe apprend que Janick a dit qu’il « faisait des manières », son monde s’écroule. Quand on a dix ans, certaines paroles peuvent comme ça provoquer un tsunami intérieur,... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑