Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Premier roman

« Elle était de ces êtres délicats qu’un peu de froideur suffit à déstabiliser. »

« - Des problèmes de Blancs, tu vois un peu ? - Non. - Gérer le stress, respirer pour vivre, dormir pour pas être fatigué et fionton fionton(2). (2) Ce genre de conneries. » Noire précieuse d’Asya Djoulaït Gallimard, Continents Noirs, 2020,... Lire la suite →

« La terre vous soutienne, le bord vous retienne. »

Bordeterre de Julia Thévenot Sarbacane 2020, collection Exprim, 520 pages « Frère - faut pas laisser grandir       l’horizontale violence Ou - tu vas sentir gronder           une épouvantable ambiance » « Allez vous faire lire » nous... Lire la suite →

« Votre honneur, j’ai capté. Je veux dire, vous avez devant vous un mec *qui capte*. »

Chambre froide de David Koepp Harper Collins Noir 2019, 344 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Thibaud Eliroff Il était une fois un champignon qui s’était modifié par un concours de circonstances. Il était sur le point d’anéantir toute vie... Lire la suite →

« Je peux vivre avec le fait qu’elle me torture pendant la journée, mais, la nuit, ce que je ressens est insupportable. »

Thornhill de Pam Smy Rouergue, collection Epik, 530 pages Traduit de l’anglais par Julia Kerninon À la fois BD et roman (roman graphique en somme), ce premier ouvrage de Pam Smy bénéficie du prestige (à mes yeux en tous les... Lire la suite →

« Être papa, c’est la responsabilité parentale mais demi-écrémée et pasteurisée. »

Les adultes de Caroline Hulse Fleuve éditions 2019, 404 pages Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Emmanuelle Aronson « Matt, tu considères que tu bosses beaucoup ? lança-t-elle. Il cessa de regarder l’écran : un concours du plus gros mangeur. - C’est... Lire la suite →

« Qui peut bien être l’oncologue du monde ? »

Les mutations de Jorge Comensal Les escales, 2019, 206 pages Traduit de l’espagnol (Mexique) par Isabelle Gugnon Le vrai sujet de ce premier roman, c’est le cancer. Celui dont est atteint Ramon, de la langue, est mutilateur au premier chef... Lire la suite →

« Svangi – Ventre Creux. Ce nom n’est pas une insulte au destin, vous pouvez me croire. »

L’île de Sigridur Hagalin Björnsdottir Gaïa, collection Kayak, 2019, 276 pages Traduit de l’islandais par Éric Boury « Je les observe, nous sommes plus calmes, nous avons moins peur les uns des autres. Il se passe toujours quelque chose quand des... Lire la suite →

« Ce n’est qu’une expérience, il n’y a pas de mauvais résultat. »

Agathe d’Anne-Cathrine Bomann La Peuplade 2019, 160 pages Traduit du danois par Inès Jorgensen « Lorsque je fixai le miroir pour voir mon visage, il était vide, il n’y avait personne ! Et bien que je sache parfaitement que nous n’avions... Lire la suite →

« Elle se haïssait tellement que ses dents lui faisaient mal. »

Dégels de Julia Phillips Autrement 2019, 383 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié Nous sommes dans le Kamtchatka, une péninsule aux confins de la Russie. En août, deux petites filles (la plus grande s’occupait de la plus jeune)... Lire la suite →

« Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher. »

Blood Orange d’Harriett Tyce Robert Laffont, La Bête Noire, 375 pages Traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj Alison est une bonne avocate, mais une mère très peu présente. Son couple bat sérieusement de l’aile. Elle se voit confier une... Lire la suite →

« Quoi que nous en disions, nous humains sommes fondamentalement superficiels, c’est encodé dans nos yeux, dans nos cerveaux simiesques. »

Ponti de Sharlene Teo Buchet-Chastel 2019, 310 pages Traduit de l’anglais (Singapour) par Mathilde Bach « La salle d’arcade sent le beurre de pop-corn vomi et l’eau de Javel des toilettes. Technique de séduction : nous ondulons en nous appuyant aux... Lire la suite →

« Vous vous souvenez de la dignité ? »

Personne ne disparaît de Catherine Lacey Actes Sud, Babel, 268 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Myriam Anderson « Il y a un certain type de femmes qui vont déceler la terreur chez quelqu’un et lui donner le nom de courage. »... Lire la suite →

« Quoique je ne sois pas honnête de mon naturel, je le suis cependant quelquefois par hasard. »*

Dans son silence d’Alex Michaelides Calmann Levy Noir 2019, 374 pages Traduit de l’anglais (GB) par Elsa Maggion * William Shakespeare, « Conte d’hiver" Alice est internée en asile psychiatrique, muette depuis le meurtre de son mari. Elle lui a tiré... Lire la suite →

« En fait, avec le temps, il apprécie de plus en plus les pétasses. Il assume. »

Battements de coeur de Cécile Pivot Calmann-Levy 2019, 269 pages Anna et Paul se rencontrent, s’aiment, se quittent. En voilà une histoire ! Pourtant, on aurait tort de jouer les blasés tant pour son premier roman Cécile Pivot frappe juste.... Lire la suite →

« Il faut que tu saches, dit-elle, les yeux fixés au plafond, que mon opinion concernant la vie, c’est qu’elle est merdique. »

Présumée disparue de Susie Steiner Les Arènes, collection Équinox, 2018, 532 pages Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Yoko Lacour « Il faut que tu saches, dit-elle, les yeux fixés au plafond, que mon opinion concernant la vie, c’est qu’elle est merdique.... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑