Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Polar

« Difficile de haïr en permanence, sur la durée. »

Réveiller les lions d’Ayelet Gundar-Goshen Les Presses de la Cité 2017, 413 pages Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz Ethan est neurochirugien. Exilé dans un obscur village dans le désert israélien pour avoir voulu dénoncer la corruption de son chef,... Lire la suite →

Publicités

« Appelle-moi Leonard et dis-moi « tu ». »

Le diable en personne de Peter Farris Gallmeister 2017, collection NEO NOIR, 266 pages Traduit de l’anglais (USA) par Anatole Pons (Ghost in the Fields 2017) Maya en sait trop, elle doit être éliminée. Deux sous-fifres l’emmènent dans le coffre... Lire la suite →

« Je peux parler de ce que je veux ? Eh bien ! Le mieux, c’est que je parle de moi, non ? »

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys Agullo 2017, 375 pages Traduit du polonais par Margot Carlier et Caroline Raszka-Dewez (Tunel 2011) « Les petits soucis n’avaient pas leur place ici, chacun avait ses gros problèmes. » On entre dans ce roman... Lire la suite →

« Ecris ce que tu connais, et fais semblant pour le reste. »

Ne fais confiance à personne de Paul Cleave Sonatine 2017, 458 pages Traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Fabrice Pointeau (Trust No One 2015) Jerry Grey perd la boule. Plus exactement, il est sous l’emprise du Grand A, avec une progression... Lire la suite →

« La villa était construite dans un style aristo-varsovien, c’est-à-dire sans style. »

Pyromane de Wojciech Chmielarz Editions Agullo, 2017, 410 pages Traduit du polonais par Erik Veaux (Podpalacz 2012) « - Quelque chose encore ? D’autres idées ? - Peut-être interroger les gens du quartier sur ce qu’ils savent sur leurs voisins. Ils... Lire la suite →

« C’est dingue tout ce qu’on peut savoir de quelqu’un juste en le regardant manger sa tartine, conclut Sylvie, philosophe. »

Comme au cinéma d’Hanelore Cayre Métalié, 2012, 193 pages « Petite fable judiciaire » est-il précisé sous le titre, annonçant la couleur : on s’amuse dans ce roman d’Hanelore Cayre. La mise en place se déroule de manière classique, donnant alternativement la... Lire la suite →

« Je l’aimais car sa désuétude frôlait la décadence. »

« Tu penseras aux bouquins que je t’ai demandés ? En ce moment, je traduis pour lui Madame Bovary en albanais. Je ne suis pas sûr que ça lui plaise. - C’est un très bon livre pour un proxénète ! Ca... Lire la suite →

« Vous connaissez la blague du mec qui va chez son psy? Il dit, Docteur, parfois je me prends pour un tipi, et d’autres fois je me prends pour un wigwam. Alors le docteur lui dit, En ce cas, une seule prescription : repos et des tentes. »

Whiskey Tango Foxtrot de David Shafer Actes Sud, actes noirs, 2017, 459 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laure Manceau « A l’international, on s’en fichait un peu, on n’était même pas fixé sur le nom du pays. S’agissait-il de la... Lire la suite →

« Ouais, salam aleikum, bien ou quoi ? »

La daronne d’Hannelore Cayre Métailié 2017, 172 pages « Ils sont en matière d’introspection comme tous les commerçants du monde… d’une pauvreté crasse. » Elle est interprète judiciaire depuis de longues années, on fait maintenant systématiquement appel à elle pour le même... Lire la suite →

« La position de Patrice sur « le droit à la vie privée », c’est, tu veux de l’intimité ? Fallait faire aide-soignante. Ou caissière. »

V.I.P. de Laurent Chalumeau Grasset 2017, 268 pages En incipit : « Alors, personne ne va le croire, mais tant pis : toute ressemblance »… bla bla bla. On veut bien que ce ne soit (pour le coupable) que de l'ordre du... Lire la suite →

« Deux erreurs : 1. Prendre tout littéralement, 2. Prendre tout spirituellement »*

La Chambre d’ami de James Lasdun Sonatine 2017 247 pages Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli (The Fall Guy 2016) *Pascal Charlie invite son cousin Matthew à passer l’été dans le bungalow de sa résidence secondaire, dans un... Lire la suite →

« Les gens aiment employer l’expression « passer l’éponge ». Mais cela ne suffit pas, il faut changer d’ardoise. »

La fille d’avant de JP Delaney Editions Mazarine, 432 pages Au One Folgate Street, à Londres, se tient une maison très particulière. Son loyer est raisonnable, sa beauté ensorcelante, mais pour y être accepté comme locataire il faut se plier... Lire la suite →

« Quand j’y repense, j’étais vraiment trop conne. »

Seules les bêtes de Colin Niel Rouergue Noir 2017 212 pages « Je sais pas comment c’est pour les autres, mais moi la solitude, je dirais pas que je l’ai voulue. » On est en montagne et ici c’est le domaine des... Lire la suite →

« Si vous pensez qu’apprendre est difficile, essayez d’oublier. »

« Voilà qu’il est question de rire maintenant. Ou de ne pas rire. Ou d’une certaine quantité de rire. Peut-être qu’on mesure le rire comme on mesure les espaces publicitaires. Le nombre d’hommes qui entrent dans un bar horizontalement, multiplié par... Lire la suite →

« Aujourd’hui je vais vachement bien. J’ai des projets, deux. »

Des coccinelles dans des noyaux de cerise de Nan Aurousseau Buchet Chastel, 2017, 221 pages C’est François qui raconte et il a le style fleuri. C’est à peu près tout ce qu’il a de fleuri, d’ailleurs, dans sa vie au... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑