Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Polar

« Dans une communauté fermée il y en a toujours un par génération qui fait chier. »

Richesse oblige d’Hannelore Cayre Métailié Noir 2020, 217 pages, collection Autres Horizons L’adaptation ciné de « La Daronne » sort le 2 mars, mois qui nous gâte avec la parution de ce « Richesse oblige » le 5. Après l’immense succès de sa traductrice... Lire la suite →

« Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. »

La cité des rêves de Wojciech Chmielarz Agullo 2020, 380 pages Traduit du polonais par Erik Veaux « Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. Le garçon avait... Lire la suite →

« La seule question qui vaille, c’est : lequel des deux est le plus dangereux ? »

Anonymat garanti de Greer Hendricks et Sarah Pekkanen Presses de la cité 2020, 468 p. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Deniard Elles écrivent à quatre mains et s’y entendent pour accrocher leur lectrice : leur thriller psychologique est difficile... Lire la suite →

« Et puis c’est toujours utile d’être en rogne, ça sert d’armure. »

Faute grave de Lucie Whitehouse Presses de la cité 2020, 475 pages Traduit de l’anglais (GB) par Marie Chabin C’est le premier roman de Lucie Whitehouse traduit en français mais le dernier en date écrit par l’autrice, son cinquième, et... Lire la suite →

En vrac (1)

Je n'ai pas toujours envie de faire un billet entier sur une lecture - et l'envie se respecte. Pourtant, j'aime garder une trace de ce que j'ai lu, alors : Surface d'Olivier Norek (Robert Laffont 2019) Mon tout premier Norek,... Lire la suite →

« Le type qui crie, c’est seulement un pauvre type qui ne contrôle pas la situation. Si tu élèves la voix, tu as perdu. »

Il était une fois dans l’Est d’Arpéd Soltesz Agullo 2019, 308 pages Traduit du slovaque par Barbora Faure « Plus d’un pedzouille demeuré a écopé de dix ans sans même savoir pourquoi. Littéralement. Non seulement il n’avait rien fait, mais il... Lire la suite →

« Les gens riches sont juste pas très sympas. »

Coup de vent de Mark Haskell Smith Gallmeister, collection Americana 2019, 246 pages Traduit de l’américain par Julien Guérif (Blown) « Bryan ignorait pourquoi il ne s’était jamais senti à l’aise avec les privilèges de la richesse. Peut-être était-ce dû au... Lire la suite →

« Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher. »

Blood Orange d’Harriett Tyce Robert Laffont, La Bête Noire, 375 pages Traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj Alison est une bonne avocate, mais une mère très peu présente. Son couple bat sérieusement de l’aile. Elle se voit confier une... Lire la suite →

« Parfois, il faut trouver du réconfort dans le principe anthropique. »

Sombre avec moi de Chris Brookmyre Métailié 2019, 496 pages Traduit de l’anglais (Écosse) par Céline Schwaller « - Et qui est ? - Les choses sont ce qu’elles sont. » J’avais rencontré Jack Parlabane en 2010, dans « Les canards en plastique... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑