Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

L’Olivier

« Il croyait fermement que si on appliquait à la lettre le proverbe « Oeil pour oeil, dent pour dent », on serait entourés d’aveugles et d’édentés. »

"Lorsqu'il avait quitté la maison, il s'était dit qu'une opportunité lui était offerte, une seconde chance. Il s'était dit que la femme qu'il laissait derrière lui après vingt-cinq ans de mariage était trop vieille, trop dépendante, trop émotive, et qu'il... Lire la suite →

« Ahlan, comment vas-tu, habibi, mon chéri ? Comment ça se passe ? Inch’Allah, avec l’aide de Dieu, que tout aille bien pour toi, allez, raconte-moi. »

La deuxième personne - Sayed Kashua L'Olivier, 2011, 356 pages Traduit de l'hébreu par Jean-Luc Allouche (Gouf chéni ya'hid, 2010) C'est l'histoire d'un avocat arabe-israélien au sommet de la réussite : il en affiche tous les signes extérieurs (il vit... Lire la suite →

« Le manque de savoir-vivre des gens est incroyable. »

Et il y eut un matin - Sayed Kashua Editions de l'Olivier, 2006 & Points 2008, 281 p. Traduit de l'hébreu par Sylvie Cohen & Edna Degon (Vayehi Boker, 2004) C'est l'histoire d'un encore très jeune homme (déjà marié et... Lire la suite →

« Il est naïf de croire que quiconque puisse vous combler ou vous sauver, si toutefois il s’agit de deux choses différentes. »

"Il faut deux personnes pour briser un mariage, chéri. Et j'étais l'une d'elles." La théorie de la lumière et de la matière - Andrew Porter L'Olivier, 2011, 205 pages Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par France Camus-Pichon (The Theory of Light... Lire la suite →

« Si la mémoire des diables est inflammable, celle des jeunes filles est incendiée. »

"Ce qui est arrivé aux Kempinski" - Agnès Desarthe L'Olivier, 2014, 192 pages. Ce serait idiot d'ériger ce recueil en modèle, regardez, lisez, voilà ce qu'est une nouvelle, ce que devrait être, toujours, l'art de la nouvelle, oubliez ces histoires... Lire la suite →

 » (…) arrête ça tout de suite parce que tu te trompes sur toute la ligne, je ne suis pas ce que tu crois même si pour l’instant j’en ai tout à fait l’air. »

"Tu n'es aimé que lorsque tu peux te montrer faible sans provoquer une réaction de force." Theodor W. Adorno "La légèreté" - Emmanuelle Richard L'Olivier, 2014, 274 pages "En saisissant le mot "prolo", une vibration aiguë tranche quelque chose. La... Lire la suite →

« Je ne peux pas m’empêcher, dit Flo, de me demander ce que je fous là. »

L'immobilier - Hélèna Villovitch Gallimard, collection Verticale, 2013, 180 pages J'aime beaucoup Hélèna Villovitch, elle est à jamais associée pour moi à cette époque où les blogs frémissaient et où les clubs de lecture virtuels étaient à leur apogée, découverte... Lire la suite →

« Si vous êtes incapable de voler un cheval sans scrupule, c’est que vous n’avez pas été élevé comme il faut. »

"Orage-Grondant était un vieux putois, mais il avait un sens aigu de la fête. Il ne se trompait ni sur les personnes ni sur les chevaux et il avait une science consommée de ce qu'il convient de faire en toutes... Lire la suite →

« Bon, alors, qu’est-ce que je fais maintenant ? »

"Ah, bien sûr, en Angleterre, fais comme les Anglais. Sois impassible. Refoule. Garde tout pour toi et continue.   Tiens bon. En d'autres termes, ignore le problème." La désobéissance - Naomi Alderman Ed. de L'Olivier, 2008, 305 pages. Traduit de... Lire la suite →

« L’ultime week-end de leur mariage, minés par l’insolvabilité, l’indécision et, stupidement, à moitié secrètement, englués dans ce passé toujours proche que gouvernent le souvenir, l’infidélité, Art et Marion Fowler quittèrent le pays. »

(Le titre est la première phrase du roman) Les joueurs - Stewart O'Nan L'Olivier 2013, 211 pages Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par l'excellent Nicolas Richard (The Odds, 2012) "T'as vu, il y a un nouveau roman de Stewart O'Nan, un... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑