Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

L’Olivier

« J’avais parfois envie de tout lui dire, de faire, comme on dit, éclater la vérité – j’aimais bien l’idée que le réel explose – (…) »

L’Amérique derrière moi d’Erwan Desplanques Édition de l’Olivier 2019, 176 pages Alors que son père lui annonce un grave cancer, le narrateur apprend qu’il va lui-même devenir papa. C’est le récit de ces deux bouleversements majeurs qui se télescopent que... Lire la suite →

Publicités

« C’est comme si mon oeil interne était poché. Avons-nous un oeil interne, comme l’oreille ? Le mien est poché. »

La vie effaçant toutes choses de Fanny Chiarello Éditions de l’olivier 2018, 233 pages Si vous avez déjà lu Fanny Chiarello, vous connaissez sa belle singularité. Si ce n’est pas le cas, ce livre constitue une parfaite entrée dans son... Lire la suite →

« Si je veux voir les petits cailloux qui parsèment le fil de sa logique, je dois bander les yeux à ma lucidité. »

Slade House de David Mitchell Éditions de l’Olivier 2019, 270 pages Traduit de l’anglais par Manuel Berry « Slade Alley part à peu près au milieu de Westwood Road… » est-il inscrit sur l’invitation qu’a reçue Rita Bishop, en 1979. Le problème... Lire la suite →

« Je suis le seul à appeler mon épouse Palestine. »

Les modifications de Sayed Kashua Éditions de l’Olivier 2019, 250 pages Traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche Le narrateur écoute les cassettes qu’il a enregistrées à l’hôpital, lors des derniers jours de son père. C’est en quelque sorte son métier,... Lire la suite →

« Vous allez me faire part de ce que mon mariage non existant va dire au fond d’un fauteuil où il n’est pas assis ? »

Un mariage sur écoute de John Jay Osborn Éditions de l’Olivier 2019, 223 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Amfreville Tout se passe dans le cabinet d’une thérapeute. Gretchen et Steve y suivent une thérapie de couple. Mariés depuis... Lire la suite →

« A peine la question l’avait-elle effleurée qu’elle repartit là où elles se trouvaient toutes, serrées les unes contre les autres, à l’abri des réponses. »

La chance de leur vie d’Agnès Desarthe Éditions de l’Olivier 2018, 297 pages « Hector s’est chargé de tout. Il a plié de nouveau tous les pulls que Sylvie avait pliés, mais mal. Sans remarques désagréables, sans se moquer ni se... Lire la suite →

« Être ou ne pas être. Là est la question. Être *et* ne pas être. Là est la réponse. »

Me voici de Jonathan Safran Foer Editions de l’Olivier 2017, 741 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Stéphane Roques (Here I am 2016) « Mon ethos, c’est : « Trouve la lumière dans la beauté de la mer, je choisis d’être heureux. »... Lire la suite →

« Je demande aux français de ne pas céder à la panique. »

Ostwald de Thomas Flahaut Editions de l’Olivier, 2017, 169 pages « Les restaurants où nous nous retrouvons, papa et moi, se ressemblent tous. Nos discussions aussi. Les entrecôtes, la purée et les petits pois, les lumières glaciales, les pastiches d’Andy Warhol... Lire la suite →

« Elle m’agace, mais peut-être pas au point de la laisser pleurer douze jours d’affilée. »

Rebelles, un peu de Claire Castillon L’Olivier 2017, 202 pages « Parfois je me demande si Sébastien est un garçon bien. Je ne sais pas ce que serait un garçon bien à mes yeux. Je préfère le regarder avec les yeux... Lire la suite →

« Ce moment avait beau être stupide et spleenétique, ce fut un pur instant de formidable chagrin civique. »

Merci pour l’invitation de Lorrie Moore Editions de l’Olivier, 2017, 233 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laëtitia Devaux (Bark 2014) «Il redémarra lentement. La pluie tombait, à présent. A un carrefour très éclairé où trônaient deux stations-service, ainsi qu’un... Lire la suite →

Cent mille fois bienvenue ! Je pourrais pleurer et je pourrais rire; je suis allègre et accablé. Bienvenue »*

*Shakespeare, Coriolan, acte II, scène 1, traduction de François-Victor Hugo. Les furies de Lauren Groff Editions de l’Olivier, 2017, 427 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau (Fates and Furies 2015) « En premier lieu, dites-moi quelle est la différence... Lire la suite →

« Et toi tu n’en as rien à secouer. »

Le Livre des Choses Etranges et Nouvelles - Michel Faber L’Olivier, 2015, 622 pages Traduit de l’anglais par Matthieu Dumont et Arthur Lochmann (The Book of Strange New Things 2014) « Les mots sont mon métier, c’est vrai.Mais il arrive que... Lire la suite →

« Je dois le lui concéder : je me sens échec et mat. »

Purity - Jonathan Franzen Editions de l’Olivier 2016, 752 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Olivier Deparis (2015 Purity) J’ai pris plaisir à ce lire ce nouveau roman de Jonathan Franzen, et pourtant, objectivement, je le reconnais raté. Le procédé... Lire la suite →

« C’était comme si tout l’après-midi s’était fait couper les cheveux trop courts. »

Des créatures obstinées - Aimée Bender L'Olivier, 2007, 187 pages Traduction : Agnès Desarthe Quinze textes, certains très courts, aucun vraiment long, un recueil de quinze nouvelles très étranges. J’avais bien aimé (sans passion non plus) « La singulière tristesse du... Lire la suite →

« Il croyait fermement que si on appliquait à la lettre le proverbe « Oeil pour oeil, dent pour dent », on serait entourés d’aveugles et d’édentés. »

"Lorsqu'il avait quitté la maison, il s'était dit qu'une opportunité lui était offerte, une seconde chance. Il s'était dit que la femme qu'il laissait derrière lui après vingt-cinq ans de mariage était trop vieille, trop dépendante, trop émotive, et qu'il... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑