Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Gallimard

« Elle savait aussi qu’elle lisait elle-même trop pour sa santé »

Le coeur de l’Angleterre de Jonathan Coe Gallimard, Du Monde Entier, 2019, 560 pages Traduit de l’anglais par Josée Kamoun « Elle savait aussi qu’elle lisait elle-même trop pour sa santé, accordait trop d’importance à la lecture, affligée d’une sorte de... Lire la suite →

Publicités

« C’était ça, la violence : le mensonge – une représentation falsifiée de son existence. »

Les choses humaines de Karine Tuil Gallimard, collection blanche, 2019, 342 pages « Tu sais ce qui arrive à ceux qui pensent qu’on peut survivre en respectant des lois morales ? Tôt ou tard, ils finissent piétinés. » C’est le sexe qui... Lire la suite →

« Les témoins, c’est comme la famille. Faut faire avec ce qu’on a. »

Le verdict de Nick Stone Gallimard Série Noire 2018, 720 pages Traduction (GB) de Frédéric Hanak. Il est devenu très riche et vient de recevoir le trophée de la « Personnalité Ethique » de l’année. Plutôt ironique pour un homme à la... Lire la suite →

« L’humanité entière devrait être classée selon le barème BIL. »

Le discours de Fabrice Caro Gallimard, Sygne, 2018, 208 pages La scène, on la visualise très bien : Adrien, la quarantaine, est coincé dans un déjeuner de famille chez ses parents avec sa soeur et son beau-frère qui vont se... Lire la suite →

« La fiction est un virus qui contamine tout ce qu’il touche. »

Scherbius (et moi) d’Antoine Bello Gallimard 2018, 437 pages « Pour ne jamais faillir, Scherbius a un truc : il s’imagine qu’il est Jean-Paul Belmondo et qu’une demi-douzaine de caméras suivent ses moindres faits et gestes. » Où est passée Papillon ?... Lire la suite →

« Elles sont mauvaises, les nouvelles. »

La fin d’où nous partons de Megan Hunter Gallimard, du monde entier, 2018, 167 pages Traduit de l’anglais par Aurélie Tronchet « C’est vrai que je suis remplie d’une certaine paix. Bovine ou pas, je ne peux dire. » Londres. Elle vient... Lire la suite →

« La vie en général m’a toujours un peu inquiété. »

Un élément perturbateur d’Olivier Chantraine Gallimard 2017, 277 pages « Les relations de famille nous abîment. Tous. Toute notre vie. C’est triste à dire mais c’est vrai. La famille plane comme un nuage noir au-dessus de nos têtes dont la menace... Lire la suite →

« Il a un rire qui vous brûlerait les cheveux de la tête si vous l’attrapiez par le côté »

La salle de bal d’Anna Hope Gallimard, Du Monde Entier, 2017, 383 pages Traduit de l’anglais par Elodie Leplat (The Ballroom 2016) Nous sommes en 1934 en Irlande et une jeune femme s’avance, fébrile, vers un homme déjà âgé affairé... Lire la suite →

« Mais le regret, en fin de compte, était un sentiment assez élastique et toujours relatif. »

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill Gallimard, 2017, 703 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mathilde Bach (The Nix 2016) « - Tu as parlé à Alice ? demanda Samuel. - Ouaip. - Comment elle était ? Quelle impression... Lire la suite →

« Walker ne comprenait pas cette logique : si chaque génération s’effaçait au profit de la suivante, quand s’épanouissait-on ? »

L’homme qui s’envola d’Antoine Bello Gallimard 2017 318 pages Walker et Sarah, c’est The American Dream dans toute sa splendeur : riches, beaux et heureux, ils ont *réussi*, comme on dit. Leur petite quarantaine est resplendissante, leurs trois enfants sont... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (20)

Tic-Tic la girafe d'Edouard Manceau (Frimousse) Ce livre est un mystère ! Je l'ai acheté parce que j'ai écouté la conférence de Patrick Ben Soussan à l'Ecole des loisirs, (par ailleurs très intéressante), et voici ce qu'il en disait : « C’est... Lire la suite →

« Quand Loo avait douze ans, son père lui apprit à tirer. »

Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley d’Hannah Tinti Gallimard, 2017, 438 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mona de Pracontal « Le père de Hawley avait établi un ensemble de règles pour la vie en pleine nature. Tout... Lire la suite →

« Et surtout, l’espoir ne se débranche pas si facilement. »

Trois années-lumière d’Andrea Canobbio Gallimard, Du Monde Entier, 2015, 429 pages Traduit de l’italien par Vincent Raynaud (Tre anni luce 2012) « Se mettre dans cet état, aux premières lueurs du jour, le lit envahi de pensées qui piquaient telles des... Lire la suite →

« Il y a un sophisme torturant au coeur des technologies numériques. »

La toile de Sandra Lucbert Gallimard collection blanche 2017 468 pages « Des fois, c’est pas évident. Quoi dire, à qui, quand. Le pour, le contre, tout ça c’est discutable. Plus on y pense, plus ça complique le choix. Même pour... Lire la suite →

Pêle-mêle d’abandons (1)

Pourquoi abandonne-t-on la lecture d’un livre ? Parfois c’est clair et net, il n’est pas pour nous, c’est tout. Mais quelquefois c’est plus compliqué, le moment n’est pas le bon, la disponibilité fait défaut, l’envie déserte en cours de route.... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑