Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Denoël

Le meilleur du premier semestre 2019

Les dix meilleurs romans des six derniers mois (dans ceux que j'ai lus) Les Innocents & les Autres de Dana Spiotta (Emmanuelle et Philippe Aronson) (D’une intelligence folle et d’un charme total !) L’encre vive de Fiona McGregor (Isabelle Maillet) (Subtil, intelligent et... Lire la suite →

« Parfois, il faut trouver du réconfort dans le principe anthropique. »

Sombre avec moi de Chris Brookmyre Métailié 2019, 496 pages Traduit de l’anglais (Écosse) par Céline Schwaller « - Et qui est ? - Les choses sont ce qu’elles sont. » J’avais rencontré Jack Parlabane en 2010, dans « Les canards en plastique... Lire la suite →

« Je suis amoureux jusqu’aux dents. J’en ai mal partout. »

Comme il pleut sur la ville de Karl Ove Knausgaard Denoël (collection & d’ailleurs) 2019, 836 pages Traduit du norvégien par Marie-Pierre Fiquet Karl Ove Knausgaard, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, a entrepris de raconter sa vie, toute... Lire la suite →

« Alors elle s’offre un déni littéraire et décide de continuer sa vie sous la seule forme qu’elle connaisse: l’échec. »

La Reine des quiches de Sophie de Villenoisy Denoël 2018, 200 pages Pas la carrière qu’elle voulait, pas la relation désirée avec sa mère, pas de connivence avec sa petite soeur, pas de bébé, surtout. Dans la vie de Murielle... Lire la suite →

« C’est impressionnant comme les gens se rabattent sur les clichés lorsqu’ils sont à court d’arguments. »

Le Cactus de Sarah Haywood Denoël 2018, 443 pages Traduit de l’anglais par Jessica Shapiro A 45 ans, Susan Green est l’archétype de la psycho-rigidité. Célibataire (enfin… presque) (elle a établi une relation extrêmement codifiée - et parfaitement invraisemblable -... Lire la suite →

« C’est toujours comme ça, avec les humains. Ils se croient toujours très malins à se servir de codes et d’euphémismes. Mais ils meurent d’envie de dire ce qu’ils savent. »

Autonome d’Annalee Newitz Denoël 2018, collection Lune d’Encre, 325 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gilles Goullet « Mon cerveau n’est qu’une astuce publicitaire, vocalisa-t-il, répétant ce que lui avaient dit les robots à la fabrique Kagu. Il sert à faire... Lire la suite →

« On croit toujours qu’on ne pourra pas et puis on peut. »

3 bis, rue Riquet de Frédérique Le Romancer Denoël 2018, 324 pages « Alors elle s’effondra sur un des bancs. Elle respirait trop vite. Il fallait attendre, ça allait passer. Il fallait attendre et ne pas penser au temps qui passait,... Lire la suite →

« Trois petites erreurs et puis s’en vont. »

Juste après la vague de Sandrine Collette Denoël 2018, 304 pages Une petite île on ne sait pas bien où. Un volcan qui s’effondre dans l’océan, un gigantesque raz-de-marée, et tout disparaît sous les flots. Ne reste qu’une petite maison,... Lire la suite →

« Vous voulez que j’aille récupérer une mine terrestre ? Non. Plus précisément, foutre non. »

La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins Denoël 2017, collection Lune d’Encre, 475 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel Brèque (The Library at Mount Char 2015) Nous sommes de nos jours au beau milieu d’une Amérique tout à... Lire la suite →

« Tout sucre tout miel, répétait Robert. C’est comme ça qu’il faut s’adresser aux gens; tout sucre tout miel, mais coriace comme un putois en ragoût. »

Les assistantes de Camille Perri Denoël 2017, 328 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Elsa Maggion (The Assistants 2016) « Règle n°1 : Tous les hommes qui occupent des postes à responsabilités ont des assistantes. Règle n°2 : Les hommes dirigent... Lire la suite →

Pêle-mêle d’abandons (1)

Pourquoi abandonne-t-on la lecture d’un livre ? Parfois c’est clair et net, il n’est pas pour nous, c’est tout. Mais quelquefois c’est plus compliqué, le moment n’est pas le bon, la disponibilité fait défaut, l’envie déserte en cours de route.... Lire la suite →

« Il ne frappait jamais sa femme, mais pourquoi se serait-il donné cette peine ? Ses sarcasmes avaient sur elle autant d’effet que des coups. »

Mes Vrais Enfants de Jo Walton Denoël, collection Lune d’encre, 2017, 339 pages Traduit de l’anglais (Pays de Galles) par Florence Dolisi (My Real Children 2014) Patricia Cohan naît en 1926, et le roman commence en 2015. Elle vit en... Lire la suite →

« C’est l’histoire d’Euridice Gusmào, une femme qui aurait pu exister. »

Les mille talents d’Euridice Gusmào - Martha Batalha Denoël 2017 252 pages Traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos (A Vida Invisivel de Euridice Gusmào 2016) « Et ici le lecteur se demande : toutes les femmes de cette histoire sont-elles... Lire la suite →

« Que fites-vous à la Toute Puissante lorsque vous la verrâtes ? »

  « Lorsqu’il eut fini d’arracher le premier croc, de lointains souvenirs lui revinrent à l’esprit, des souvenirs d’école : Qu’est Lumière ? Lumière est Esprit. Où Lumière réside-t-elle ? Si l’homme n’était pas plein de péché, Lumière serait partout. Pouvons-nous... Lire la suite →

« Des gens du futur, vision très familière : des types chauves en collant pastel. »

A travers temps - Robert Charles Wilson Denoël 2010 & Folio SF 2013, 427 pages Traduit de l’anglais (Canada) par Gilles Goullet (A Bridge of Years 1991) C’est l’histoire d’une petite maison isolée, dans un bled quelconque d’un état lambda... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑