Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Denoël

« Tout sucre tout miel, répétait Robert. C’est comme ça qu’il faut s’adresser aux gens; tout sucre tout miel, mais coriace comme un putois en ragoût. »

Les assistantes de Camille Perri Denoël 2017, 328 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Elsa Maggion (The Assistants 2016) « Règle n°1 : Tous les hommes qui occupent des postes à responsabilités ont des assistantes. Règle n°2 : Les hommes dirigent... Lire la suite →

Pêle-mêle d’abandons (1)

Pourquoi abandonne-t-on la lecture d’un livre ? Parfois c’est clair et net, il n’est pas pour nous, c’est tout. Mais quelquefois c’est plus compliqué, le moment n’est pas le bon, la disponibilité fait défaut, l’envie déserte en cours de route.... Lire la suite →

« Il ne frappait jamais sa femme, mais pourquoi se serait-il donné cette peine ? Ses sarcasmes avaient sur elle autant d’effet que des coups. »

Mes Vrais Enfants de Jo Walton Denoël, collection Lune d’encre, 2017, 339 pages Traduit de l’anglais (Pays de Galles) par Florence Dolisi (My Real Children 2014) Patricia Cohan naît en 1926, et le roman commence en 2015. Elle vit en... Lire la suite →

« C’est l’histoire d’Euridice Gusmào, une femme qui aurait pu exister. »

Les mille talents d’Euridice Gusmào - Martha Batalha Denoël 2017 252 pages Traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos (A Vida Invisivel de Euridice Gusmào 2016) « Et ici le lecteur se demande : toutes les femmes de cette histoire sont-elles... Lire la suite →

« Que fites-vous à la Toute Puissante lorsque vous la verrâtes ? »

  « Lorsqu’il eut fini d’arracher le premier croc, de lointains souvenirs lui revinrent à l’esprit, des souvenirs d’école : Qu’est Lumière ? Lumière est Esprit. Où Lumière réside-t-elle ? Si l’homme n’était pas plein de péché, Lumière serait partout. Pouvons-nous... Lire la suite →

« Des gens du futur, vision très familière : des types chauves en collant pastel. »

A travers temps - Robert Charles Wilson Denoël 2010 & Folio SF 2013, 427 pages Traduit de l’anglais (Canada) par Gilles Goullet (A Bridge of Years 1991) C’est l’histoire d’une petite maison isolée, dans un bled quelconque d’un état lambda... Lire la suite →

« Mais nous sentions-nous spéciaux ? Bien entendu. »

Les affinités - Robert Charles Wilson Denoël, collection Lune d’encre, 2016, 336 pages Traduit de l’anglais (Canada) par Gilles Goullet Nous sommes dans un futur très proche qui a vu l’essor de la téléodynamique sociale (dont on nous précise qu’elle... Lire la suite →

« La première fois où je l’ai frappée, j’attendais de sa part une réaction plus vive. »

OLIVER ou la fabrique d’un manipulateur - Liz Nugent Denoël, 2015, 242 pages Traduit de l’anglais (Irlande) par Edith Soonckindt (Unravelling Oliver 2014) « Je suis resté éveillé jusqu’à trois heures du matin pour finir ce livre, ce qui ne m’est... Lire la suite →

« Je connais l’odeur de l’avenir. »

Les Chronolithes - Robert Charles Wilson Denoël 2003 & Folio 2007, 448 pages Traduit de l’américain par Gilles Goullet (The Chronoliths 2001) "Chronos, le temps, et lithos, la pierre, n'était-on pas là au coeur du problème ?" « Le temps a... Lire la suite →

« Quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? »

La bibliothèque des coeurs cabossés - Katarina Bivald Denoël, 2015, 496 pages Traduit du suédois par Carine Bruy [Läsarna i Broken Wheel rekommenderar] Sara rencontre Amy sur un site d’échanges de livres, et entre cette jeune suédoise folle de livres,... Lire la suite →

« Anarchique, dit-il en riant nerveusement. Et ça continuera comme ça. »

"J'étais chez Mary Ann ce soir-là... Est-ce que je ne vous ai pas déjà parlé de Mary Ann ? Non. Je crois que non. Mary Ann était la jeune fille qui aurait été ma fiancée s'il n'y avait pas eu... Lire la suite →

« Je m’ennuie de toi, dit-elle. »

"Mais je suis là. Tu me veux tout entier ou quoi ? - Oui, exactement, dit-elle en m'attrapant les mains et en m'attirant à elle." Un homme amoureux (Mon Combat, Livre II) - Karl Ove Knausgaard Denoël & D'ailleurs, 2014, 778... Lire la suite →

« Flairer c’est juger, et pour juger il faut être à l’extérieur des choses, or ce n’est pas là que l’on crée. »

"Quand notre connaissance du monde s'étend, non seulement la douleur qu'il occasionne diminue mais aussi son sens." La mort d'un père - Karl Ove Knausgaard (Mon Combat livre premier) Denoël (collection & d'Ailleurs), 2012, 583 pages. Traduit du norvégien par... Lire la suite →

« C’était un vendredi soir, environ deux mois après le début du projet. »

Prends ma vie - Lottie Moggach Denoël, 2014, 347 pages Traduit de l'anglais par Christine Barbaste (Kiss Me First, 2013) La phrase que je place en titre est la première du roman, je n'en ai relevé aucune autre, j'étais trop... Lire la suite →

« Une sorte de fantômatique Terre de jamais-jamais où les ce-qui-aurait-pu-être jouent avec les si. »

"Le sarcasme en moins, c'est ça." Isaac Asimov - La fin de l'éternité Traduit de l'américain par Michel Ligny et Claude Carme (The End of Eternity, 1965) Denoël 1967 & Folio SF 2002 Déclaré comme "meilleur qu'elle ait lu de... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑