Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Albin Michel

« L’histoire est une chose que fort peu de gens ont faite pendant que tous les autres labouraient les champs et portaient les seaux d’eau. »

Sapiens Une brève histoire de l’humanité de Yuval Noah Harari Albin Michel 2015, 492 pages Traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat Il est intéressant de noter que le texte a une première fois été publié en 2011 en hébreu, copyrighté... Lire la suite →

Publicités

« Les enfants grandissent d’abord dans la tête de leurs parents. »

Et toujours elle m’écrivait de Jean-Marc Savoye Récit Albin Michel, 2017, 265 pages « Je me souviens de ces moments de doute, d’inquiétude et de satisfaction aussi. Je me rends compte à quel point l’analyse est présente. Je ne peux pas... Lire la suite →

« Je suis désolée de te le dire, mais tu as de plus en plus mauvaise mine. »

Ballade pour Leroy - Willy Vlautin Albin Michel, 2016, Traduit de l’anglais (USA) par Hélène Fournier (The Free 2014) C’est l’histoire de Leroy qui se réveille et comprend brusquement qu’il est lucide. Tout juste assez pour tenter de mettre fin... Lire la suite →

« Cette connerie c’est des conneries « 

Carnets noirs - Stephen King Albin Michel 2016, 423 pages Trad. (USA) Océane Bies et Nadine Gassié Le billet de Joyeux Drille  m’avait donné très envie de lire cette suite de Mr Mercedes (qui peut tout à fait se lire... Lire la suite →

« Son ego est tellement démesuré qu’on pourrait se mettre en orbite autour. »

La guerre d’hiver - Philip Teir Albin Michel, 2015, 376 p. Traduit du suédois (Finlande) par Rémi Cassaigne (Vinterkriget 2013) « Roman conjugal » nous précise la couverture, et si techniquement l’appellation est correcte, il s’agit pourtant plus de la chronique d’une... Lire la suite →

« La commissaire ne croyait pas à la poisse, mais elle redoutait la persévérance des pessimistes. »

Poulets grillés - Sophie Hénaff Albin Michel, 2015, 343 pages Anne Capestan, trente-sept ans, déchue, fait partie du lot des flics qu'on placardise parce qu'on ne peut pas les révoquer. Mieux (ou pire), elle les dirige. Son supérieur direct a... Lire la suite →

« Es war einmal eine Prinzessin »

Femme au foyer - Jill Alexander Essbaum Albin Michel, Les Grandes Traductions, 2016, 384 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Françoise du Sorbier (Hausfrau 2015) « Elle se sentait seule et loin de tout. Où qu’elle aille, Anna se sentait seule... Lire la suite →

« Je te prie d’accepter mes excuses et de me pardonner ma… comment dirais-je, ma passion inepte. »

La vérité et autres mensonges - Sascha Arango Albin Michel, 2015, 332 pages Traduit de l'allemand par Dominique Autrand (Die Wahrheit und andere Lügen, 2014) Au moment où on fait sa connaissance, Henry vient d'apprendre que sa maîtresse, par ailleurs... Lire la suite →

« Les gens ont toujours un faible pour le perdant. Jusqu’à ce qu’il s’agisse de prendre sa défense. »

"Voilà peut-être pourquoi je suis perpétuellement déçu : j'attends du monde qu'il soit bon. Comme un chiot. Et c'est ainsi que, tel Prométhée, jour après jour je suis défait." Le Fils - Philipp Meyer Albin Michel, collection Terres d'Amérique, 2014,... Lire la suite →

« Elle, et personne d’autre. »

"Voilà comment se nourrissent les romans, d'ardeur et d'obsessions, tout ce qu'on ne peut exposer au monde extérieur au risque de passer pour une démente, tout ce que ces abrutis de juges n'ont jamais su, ni anticipé, tout ce qui... Lire la suite →

« Mr Mercedes est quelqu’un de très intelligent qui se trouve être fou. »

"Une nouvelle couche d'antipathie s'ajouta à la précédente - presque assez fine pour rester invisible, mais pas tout à fait. Non, pas tout à fait." Mr Mercedes - Stephen King Albin Michel, 2015, 474 pages Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par... Lire la suite →

« Tu es malade et fatigué, je le vois bien. Mais es-tu malade et fatigué d’être malade et fatigué ? »

"J'aime bien penser que je suis encore assez bon dans ce que je fais,  mais rien ne peut rivaliser - je dis bien rien - avec le souvenir d'une bonne vieille terreur, surtout quand elle a été administrée à quelqu'un... Lire la suite →

« Si vous êtes incapable de voler un cheval sans scrupule, c’est que vous n’avez pas été élevé comme il faut. »

"Orage-Grondant était un vieux putois, mais il avait un sens aigu de la fête. Il ne se trompait ni sur les personnes ni sur les chevaux et il avait une science consommée de ce qu'il convient de faire en toutes... Lire la suite →

« Or on peut tout pardonner à quelqu’un, la richesse, le talent, mais pas la chance, non, ça, c’est trop injuste. »

Au-revoir là haut - Pierre Lemaître Ed. Albin Michel, 2013, 576 pages En juillet dernier, j'avais déjà été frappée en écoutant l'auteur lire deux passages de son roman, quel sacré lecteur, on est suspendu à sa voix : hé bien... Lire la suite →

« Si j’en crois mon expérience, on ne peut pas demander à un être humain pourquoi il ne vous accorde pas ce qu’on voudrait en espérant une réponse satisfaisante. »

Ces choses que nous n'avons pas vues venir - Steven Amsterdam Albin Michel 2011 & Folio SF 2012, 215 pages Traduit de l'américain par Valérie Malfoy Du postapo en live : tout commence le 31 décembre 2000, quand le père,... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑