Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Tag

Agullo

« Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. »

La cité des rêves de Wojciech Chmielarz Agullo 2020, 380 pages Traduit du polonais par Erik Veaux « Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. Le garçon avait... Lire la suite →

« Le type qui crie, c’est seulement un pauvre type qui ne contrôle pas la situation. Si tu élèves la voix, tu as perdu. »

Il était une fois dans l’Est d’Arpéd Soltesz Agullo 2019, 308 pages Traduit du slovaque par Barbora Faure « Plus d’un pedzouille demeuré a écopé de dix ans sans même savoir pourquoi. Littéralement. Non seulement il n’avait rien fait, mais il... Lire la suite →

Le meilleur du premier semestre 2019

Les dix meilleurs romans des six derniers mois (dans ceux que j'ai lus) Les Innocents & les Autres de Dana Spiotta (Emmanuelle et Philippe Aronson) (D’une intelligence folle et d’un charme total !) L’encre vive de Fiona McGregor (Isabelle Maillet) (Subtil, intelligent et... Lire la suite →

« Tiens bon la rampe, mon Kukub. »

La Colombienne de Wojciech Chmielarz Agullo 2019, 404 pages Traduit du polonais par Erik Veaux   Troisième volume des enquêtes de l’inspecteur Mortka, qui est revenu à Varsovie et est rappelé au boulot alors même qu’il n’est pas encore remis... Lire la suite →

« Jano, tu es une bonne personne mais un écrivain de merde. Ton dernier livre, c’est que dalle. »

Bratislava 68, été brûlant de Viliam Klimàcek Agullo 2018, 365 pages Traduit du slovaque par Richard Palachak et Lydia Palascak « Dans ce roman, j’omets volontairement la description des personnages et des paysages. Je les saute à votre place. Lecteur, je... Lire la suite →

« Qu’il ait perdu une part de lui-même… Si c’était le prix à payer, après tout… »

La ferme aux poupées de Wojciech Chmielarz Agullo 2018, 400 pages Traduit du polonais par Erik Veaux Après ce qui s’est passé dans « Pyromane » (qu’il faut impérativement lire avant celui-ci), Le Kub a « bénéficié » d’une mutation provisoire dans une campagne... Lire la suite →

« J’incline à penser que les hommes politiques roumains ont vu trop de mauvais films américains. »

Spada de Bogdan Teodorescu Agullo 2016, 311 pages Traduit du roumain par Jean-Louis Courriol « Il y a trois ans s’est produite une terrible sécheresse, une des plus terribles de ce siècle. Il n’a pas plu pendant des mois, les récoltes... Lire la suite →

« Je peux parler de ce que je veux ? Eh bien ! Le mieux, c’est que je parle de moi, non ? »

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys Agullo 2017, 375 pages Traduit du polonais par Margot Carlier et Caroline Raszka-Dewez (Tunel 2011) « Les petits soucis n’avaient pas leur place ici, chacun avait ses gros problèmes. » On entre dans ce roman... Lire la suite →

« La villa était construite dans un style aristo-varsovien, c’est-à-dire sans style. »

Pyromane de Wojciech Chmielarz Editions Agullo, 2017, 410 pages Traduit du polonais par Erik Veaux (Podpalacz 2012) « - Quelque chose encore ? D’autres idées ? - Peut-être interroger les gens du quartier sur ce qu’ils savent sur leurs voisins. Ils... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑