Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

« Vous voulez que j’aille récupérer une mine terrestre ? Non. Plus précisément, foutre non. »

La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins Denoël 2017, collection Lune d’Encre, 475 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel Brèque (The Library at Mount Char 2015) Nous sommes de nos jours au beau milieu d’une Amérique tout à... Lire la suite →

Publicités

« Difficile de haïr en permanence, sur la durée. »

Réveiller les lions d’Ayelet Gundar-Goshen Les Presses de la Cité 2017, 413 pages Traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz Ethan est neurochirugien. Exilé dans un obscur village dans le désert israélien pour avoir voulu dénoncer la corruption de son chef,... Lire la suite →

Le camp des autres – Thomas Vinau

Quel billet, mazette. J’admire.

Le tour du nombril

image.html

Mais la forêt n’a jamais perdu ses propres règles, son propre règne, son ventre de nuit sauvage.

Politic poetry. Poésie du temps présent aussi. Thomas Vinau, on ne le présente plus. Poète qui observe son temps et passe à la prose de en temps. Vinau distille ses histoires de peu de mots. Pas beaucoup de pages et des respirations. Comme pour mieux ingérer ces phrases qui sonnent comme des vers et nous prennent par la main.

Thomas Vinau nous emmène où il veut. Il nous raconte la marge, la lisière. Il nous fait sortir du chemin où avance le troupeau. La forêt, sauvage, où se cachent ceux qui refusent la norme. Ceux qui fuient l’ordre dicté. les non conformistes, les insoumis (c’est lui qui l’écrit), ceux qui refusent de montrer du doigt ceux qui ne leur ressemblent pas. J’ai pensé à Comès, à La Belette et à Silence.

La vie…

View original post 392 mots de plus

Pêle-mêle de livres pour les petits (32)

Le livre amoureux de Ramadier & Bourgeau (Ecole des loisirs) Après le livre qui dort (chut), celui en colère (grrrr), voici le livre amoureux ! Mais de qui ce livre peut-il bien être amoureux ? Il est timide, il a... Lire la suite →

« Méfiez-vous des gens blasés : ils sont contagieux. »

Les mille et une vies des urgences de Dominique Mermoux et Baptiste Beaulieu Rue de Sèvres 2017, 228 pages Adaptation du livre de Baptiste Beaulieu (lui-même issu de ses billets du blog « Alors voilà »), cette BD et une réussite totale.... Lire la suite →

« Appelle-moi Leonard et dis-moi « tu ». »

Le diable en personne de Peter Farris Gallmeister 2017, collection NEO NOIR, 266 pages Traduit de l’anglais (USA) par Anatole Pons (Ghost in the Fields 2017) Maya en sait trop, elle doit être éliminée. Deux sous-fifres l’emmènent dans le coffre... Lire la suite →

« La chaleur capiteuse de cette pensée transperça sa carapace, pénétra ses os, le souleva sur la pointe des pieds et s’évapora en fumant de sa personne comme de l’eau bénite des épaules du diable. »

Hérésies glorieuses de Lisa McInerney Joëlle Losfeld éditions 2017, 452 pages (Magnifiquement) traduit de l’anglais (Irlande) par Catherine Richard-Mas (The Glorious Heresies)   C’est un premier roman, et c’est le genre de premier roman qui donne envie que son autrice... Lire la suite →

« Je peux parler de ce que je veux ? Eh bien ! Le mieux, c’est que je parle de moi, non ? »

188 mètres sous Berlin de Magdalena Parys Agullo 2017, 375 pages Traduit du polonais par Margot Carlier et Caroline Raszka-Dewez (Tunel 2011) « Les petits soucis n’avaient pas leur place ici, chacun avait ses gros problèmes. » On entre dans ce roman... Lire la suite →

« On apprend de ses erreurs, dit le hérisson en descendant de la brosse de chiendent. »

Le pianiste blessé de Maria Ernestam Gaïa éditions, 2017, 416 pages Traduit du suédois par Anne Karila   « Je reste debout à la fenêtre. Une membrane de verre entre moi et le monde. Je songe à ces éclairs de lucidité... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (31)

Mölang Où est caché Piu Piu ? de Hye-Ji Yoon et Marie Manand (Père Castor) (Flammarion Jeunesse) Mölang joue à cache-cache avec Piu Piu, et ce dernier s'est très bien caché. L'occasion de soulever plusieurs volets pour découvrir différentes surprises,... Lire la suite →

« (…) romancier égaré dans les prolongations de sa jeunesse. »

La Fille à la voiture rouge de Philippe Vilain Grasset 2017, 250 pages En 2011*, Philippe Vilain décortiquait la différence de classe sociale dans le couple. En 2017 Il s’attaque à la différence d’âge, avec moins de vivacité me semble-t-il.... Lire la suite →

« Son âme grinça très légèrement, comme une maison qui se décale à peine de ses fondations. »

Miss Wyoming de Douglas Coupland Au Diable Vauvert 2017, 404 pages Traduit de l’anglais (Canada) par Walter Gripp (Miss Wyoming 2000) « John avait appris au moins une chose pendant son absence : la solitude était le sujet le plus tabou... Lire la suite →

« Ecris ce que tu connais, et fais semblant pour le reste. »

Ne fais confiance à personne de Paul Cleave Sonatine 2017, 458 pages Traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Fabrice Pointeau (Trust No One 2015) Jerry Grey perd la boule. Plus exactement, il est sous l’emprise du Grand A, avec une progression... Lire la suite →

« Je demande aux français de ne pas céder à la panique. »

Ostwald de Thomas Flahaut Editions de l’Olivier, 2017, 169 pages « Les restaurants où nous nous retrouvons, papa et moi, se ressemblent tous. Nos discussions aussi. Les entrecôtes, la purée et les petits pois, les lumières glaciales, les pastiches d’Andy Warhol... Lire la suite →

« Parfois il se demande comment il a réussi à atteindre trente-huit ans. »

Les buveurs de lumière de Jenni Fagan Métailié 2017, 303 pages Traduit de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller (The Sunlight Pilgrims 2015) « Tous les gens du village paraissent inquiets et c’est bien ça le pire. Avant il n’y avait que... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑