Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Pourquoi pas

« Nous voulons tous avoir peur des gens seuls. C’est endémique. C’est américain. »

Les corps cachés de Caroline Kepnes Calmann Levy 2019, 430 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Perrine Chambon et Elsa Maggion Joe Goldberg est libraire, à New York. En 2014 il a rencontré la femme « Parfaite », mais les histoires d’Amour... Lire la suite →

Publicités

« Mais ce qui lui paraissait le plus étrange, c’était qu’il était à la retraite sans avoir l’impression d’être vieux. »

Ce que savait la nuit d’Arnaldur Indridason éditions Métailié 2019, 285 pages traduit de l'islandais par Éric Boury « C’étaient peut-être là des sentiments normaux quand on prenait de l’âge. Konrad appartenait à la toute dernière génération d’Islandais nés sous domination... Lire la suite →

« Il faut que tu saches, dit-elle, les yeux fixés au plafond, que mon opinion concernant la vie, c’est qu’elle est merdique. »

Présumée disparue de Susie Steiner Les Arènes, collection Équinox, 2018, 532 pages Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Yoko Lacour « Il faut que tu saches, dit-elle, les yeux fixés au plafond, que mon opinion concernant la vie, c’est qu’elle est merdique.... Lire la suite →

« Je pense que tu es raide cinglée, répondit-il. Et je pense que tu as probablement raison. »

Outresable de Hugh Howey Actes Sud Exofictions 2019, 399 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Thierry Arson Nous sommes dans un futur éloigné, quelque part dans ce qui fut l’Amérique. Quelque part *au-dessus*, plus précisément, car le sable a tout... Lire la suite →

« L’humanité entière devrait être classée selon le barème BIL. »

Le discours de Fabrice Caro Gallimard, Sygne, 2018, 208 pages La scène, on la visualise très bien : Adrien, la quarantaine, est coincé dans un déjeuner de famille chez ses parents avec sa soeur et son beau-frère qui vont se... Lire la suite →

« C’était une règle dans notre famille que nul ne se déplace jamais sans un livre. »

Les jours de silence de Philip Lewis Belfond 2018, 427 pages Traduit de l’américain par Anne-Laure Tissut C’est un premier roman et il se déroule en Caroline du Nord, un état fascinant, un peu hors du temps, qui correspond bien... Lire la suite →

« Vous avez déjà essayé de courir après trois nuits sans sommeil ? C’est un peu comme de faire du kick-boxing dans du miel. »

Onze jours de Léa Carpenter Gallmeister 2018, 253 pages Traduit de l’américain par Anatole Pons « La phronèsis, selon Aristote, est la sagesse acquise par l’expérience qui vous permet de faire des choix sur la marche à suivre dans une situation... Lire la suite →

« La peur est mauvaise conseillère, mais bien souvent la première à se présenter. »

Chien-Loup de Serge Joncour Flammarion 2018, 476 pages Cette année, c’est Lise qui s’est occupée des vacances : ce sera une maison complètement paumée dans le Lot. Pas d’électricité, à peine de l’eau, évidemment pas de réseau (ni 4G, ni... Lire la suite →

« C’est grave important le tempo au jardinage. »

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry Les Éditions Noir sur Blanc, Notabilia, 235 pages Je ne sais pas si Sophie Divry a lu « Le Mur invisible » de Marlen Haushofer (Traduit de l’allemand par Liselotte Bodo et Jacqueline... Lire la suite →

« Rien ne ressemble à la première journée d’un procès pour meurtre. »

Le jeu de la défense d’André Buffard Plon, collection Sang Neuf, 2018, 429 pages «  J’ai attendu que le premier juré tiré au sort se lève du banc où il était assis au milieu des autres, se fraye un chemin... Lire la suite →

« Enfin, je savais bien que sortir à – j’ai consulté ma montre -, trois heures treize pour courir, ce n’était pas un jogging. C’était un problème. »

Les jours de ton absence de Rosie Walsh Les Escales 2018, 389 pages Traduit de l’anglais par Caroline Bouet Ils passent une semaine ensemble et tombent très, très amoureux. Il part en vacances (c’était prévu de longue date) et plus... Lire la suite →

« ll y a un écart entre celui que nous sommes et celui que nous pensons être. C’est le cas pour tout le monde. »

Piège conjugal de Michelle Richmond Presses de la cité 2018, 478 pages Traduit de l’anglais (USA) par Karine Lalechère « C’est l’histoire d’un universitaire qui marche sur une longue plage abandonnée. Au loin, il distingue une silhouette floue qui répète constamment... Lire la suite →

« On croit toujours qu’on ne pourra pas et puis on peut. »

3 bis, rue Riquet de Frédérique Le Romancer Denoël 2018, 324 pages « Alors elle s’effondra sur un des bancs. Elle respirait trop vite. Il fallait attendre, ça allait passer. Il fallait attendre et ne pas penser au temps qui passait,... Lire la suite →

« Alors j’ai décidé que toutes les cinq piqures je t’offrirai un petit cadeau. »

Rien ne se passe jamais comme prévu de Lucile Gorce et Emma Tissier (Dargaud BD 133 pages) Ils sont en couple, jeunes et heureux, ils décident de fonder une famille. Rien ne se passe. Ils consultent, s’arment de patience et... Lire la suite →

« Se saouler dans une émission de téléréalité, c’était comme la pizza teryaki ou le masque de beauté au venin d’abeilles : on ne pouvait pas condamner avant d’avoir essayé. »

Un bon parti de Curtis Sittenfeld Presses de la cité 2018, 538 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sylvie Schneiter « On n’a jamais vu de meilleure réinterprétation de Jane Austen… » claironne le bandeau (et le New York Times apparemment) et... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑