Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Merveille

« La route tourne. »

Couleurs de l’incendie de Christian de Metter Rue de Sèvres 2020 Quelle histoire que celle de Pierre Lemaître ! D’abord, il gagne le Goncourt avec « Au revoir là-haut », un roman qui mélange les genres (à la fois historique, policier, d’aventure... Lire la suite →

« Mais pourquoi les Apaches, papa ? Parce que. Parce que quoi ? Parce qu’ils ont été les derniers de quelque chose. »

Archives des enfants perdus de Valeria Luiselli Éditions de l’olivier 2019, 471 pages Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard C’est l’histoire d’une famille, de nos jours, aux États-Unis. La mère avait une petite fille, le père un petit garçon,... Lire la suite →

« Être ou ne pas être. Là est la question. Être *et* ne pas être. Là est la réponse. »

Me voici de Jonathan Safran Foer Editions de l’Olivier 2017, 741 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Stéphane Roques (Here I am 2016) « Mon ethos, c’est : « Trouve la lumière dans la beauté de la mer, je choisis d’être heureux. »... Lire la suite →

« Parce qu’on aimait lire. »

L’Amérique des écrivains Road trip de Pauline Guéna et Guillaume Binet Robert Laffont 2014, 351 pages « Ce qui me fait peur, ce sont les gens qui ouvrent un livre pour apprendre. D’après moi, on ouvre un livre pour être ému.... Lire la suite →

« Il y a un sophisme torturant au coeur des technologies numériques. »

La toile de Sandra Lucbert Gallimard collection blanche 2017 468 pages « Des fois, c’est pas évident. Quoi dire, à qui, quand. Le pour, le contre, tout ça c’est discutable. Plus on y pense, plus ça complique le choix. Même pour... Lire la suite →

« Il aimait Viola comme seul un parent peut aimer un enfant, mais la tâche était rude. »

L’homme est un dieu en ruine de Kate Atkinson JC Lattes 2017 511 pages Traduit de l’anglais (GB) par Sophie Aslanides (A God in Ruins 2015) Après le formidable « Une vie après l’autre », Kate Atkinson nous fait suivre le petit... Lire la suite →

« Si Yahvé avait voulu que je sois calme, il m’aurait fait goy. »

Le Théâtre de Sabbath - Philip Roth Gallimard 1997 & Folio 1998, 648 pages Superbement traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Lazarre Bitoun (Sabbath’s Theater 1995) (c’est troublant, d’ailleurs, la traduction est puissante et venimeuse). Quand on l’interroge sur les romans... Lire la suite →

« Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’il pensait, ni s’il pensait, d’ailleurs. »

Je lis "Pastorale américaine" de Philip Roth (traduction de Josée Kamoun) depuis quelques temps et ce n'est toujours pas aujourd'hui que j'en viendrai à bout : même si je devrais être capable de me concentrer sur le style (qui m'enchante),... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑