Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Je n’aime pas

« Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher. »

Blood Orange d’Harriett Tyce Robert Laffont, La Bête Noire, 375 pages Traduit de l’anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj Alison est une bonne avocate, mais une mère très peu présente. Son couple bat sérieusement de l’aile. Elle se voit confier une... Lire la suite →

Publicités

« Un jour je serai tout là-haut. C’est ça, l’ambition. »

Nos vies prisonnières de Parno et Phil Castaza Bamboo éditions, Grand Angle, 2019, 144 pages Deux mondes glissent l’un à coté de l’autre dans cette longue BD qui contient une histoire unique : celui de la banque et de la... Lire la suite →

Pas trop

Il y a mille raisons qui font qu'on n'écrit pas de chronique sur un livre qu'on a lu, l'une d'entre elles étant le "pas trop". Eh oui, parfois on n'aime pas trop ce qu'on vient de lire sans avoir de... Lire la suite →

« Foulques n’a pas d’amis, il en cherche mais il s’y prend mal, il les change en courtisans. »

Foulques de Véronique Boulais JC Lattès 2019, 220 pages Foulques-Marie Béranger-Castex est un drôle d’oiseau. Ce premier roman de Véronique Boulais lui est consacré, sans que jamais on ne s’en fasse une idée précise. Inadapté à la vie telle que... Lire la suite →

« Alors elle s’offre un déni littéraire et décide de continuer sa vie sous la seule forme qu’elle connaisse: l’échec. »

La Reine des quiches de Sophie de Villenoisy Denoël 2018, 200 pages Pas la carrière qu’elle voulait, pas la relation désirée avec sa mère, pas de connivence avec sa petite soeur, pas de bébé, surtout. Dans la vie de Murielle... Lire la suite →

« C’est bien que tu réagisses ainsi, le félicite Philippe tout en pensant : Soit c’est Jésus, soit il est débile ! »

Poivre et sel de Guillaume Clicquot Fleuve éditions 2018, 280 pages Françoise et Philippe ont soigneusement réfléchi à leur retraite. Ils se sont organisés et les voici à la soixantaine tout juste enfin libres. Libres ? Ce serait sans compter... Lire la suite →

« C’est impressionnant comme les gens se rabattent sur les clichés lorsqu’ils sont à court d’arguments. »

Le Cactus de Sarah Haywood Denoël 2018, 443 pages Traduit de l’anglais par Jessica Shapiro A 45 ans, Susan Green est l’archétype de la psycho-rigidité. Célibataire (enfin… presque) (elle a établi une relation extrêmement codifiée - et parfaitement invraisemblable -... Lire la suite →

« Je fais mon intéressante, mon endolorie, je tends des pièges dans lesquels attraper les inquiétudes. »

David Bowie n’est pas mort de Sonia David Robert Laffont 2017, 174 pages   « Ce n’est pas pour rien qu’on s’attache aux symboles. Parfois, ils savent si bien dominer la réalité. » Quand j’ai vu passer les Matchs de la rentrée... Lire la suite →

« Vivre sans avoir plus rien à attendre, pas question. »

Une mère d’Alejandro Palomas Cherche Midi 2017, 310 pages Traduit de l’espagnol par Vanessa Capieu Un réveillon de Saint-Sylvestre à Barcelone, ça commence toujours par la préparation des grains de raisin : « En Espagne, le 31 décembre au soir, pour... Lire la suite →

« Deux erreurs : 1. Prendre tout littéralement, 2. Prendre tout spirituellement »*

La Chambre d’ami de James Lasdun Sonatine 2017 247 pages Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli (The Fall Guy 2016) *Pascal Charlie invite son cousin Matthew à passer l’été dans le bungalow de sa résidence secondaire, dans un... Lire la suite →

Pêle-mêle d’abandons (1)

Pourquoi abandonne-t-on la lecture d’un livre ? Parfois c’est clair et net, il n’est pas pour nous, c’est tout. Mais quelquefois c’est plus compliqué, le moment n’est pas le bon, la disponibilité fait défaut, l’envie déserte en cours de route.... Lire la suite →

« Tous ceux qui ont prétendu modifier les hommes ont toujours fini par les tuer parce qu’ils ne se conformaient pas à leur modèle. »

Nicolas Eymerich, inquisiteur volume 1 de Valerio Evangelisti Le Livre de Poche, 2016, 1654 pages Traduit de l’italien par Serge Quadruppani Cette intégrale rassemble les cinq premiers tomes de la série, à savoir : 1. Nicolas Eymerich, inquisiteur 2. Les... Lire la suite →

« Les mots sont ici comme ces poids morts dont on se débarrasse parce qu’ils ne servent qu’à alourdir les bagages. »

Continuer - Laurent Mauvignier Editions de Minuit, 2016, 240 pages En 2014, j’aurais volontiers donné le Goncourt à « Autour du Monde » que j’avais trouvé excellent. Deux ans plus tard, je n’ai pas l’impression de lire le même écrivain. Dans «Continuer »,... Lire la suite →

« Moi, le déglingué. Non : *un* déglingué. »

« A la fin de ma première période d’affectation, j’étais déjà un connard. » Phare 23 - Hugh Howey Actes Sud, collection Exofictions, 2016, 233 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Estelle Roudet (Beacon 23, 2015) « Depuis que je bosse... Lire la suite →

« Tout écrivain digne de ce nom se pense meilleur que les autres. »

Un bon écrivain est un écrivain mort - Guillaume Chérel Mirobole éditions, 2016, 241 pages J’ai lu le billet de Mior alors même que je m’apprêtais à entamer ma lecture de ce roman, acheté, comme elle, sur une irrésistible impulsion... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑