Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Je n’aime pas

« Vivre sans avoir plus rien à attendre, pas question. »

Une mère d’Alejandro Palomas Cherche Midi 2017, 310 pages Traduit de l’espagnol par Vanessa Capieu Un réveillon de Saint-Sylvestre à Barcelone, ça commence toujours par la préparation des grains de raisin : « En Espagne, le 31 décembre au soir, pour... Lire la suite →

« Deux erreurs : 1. Prendre tout littéralement, 2. Prendre tout spirituellement »*

La Chambre d’ami de James Lasdun Sonatine 2017 247 pages Traduit de l’anglais par Claude et Jean Demanuelli (The Fall Guy 2016) *Pascal Charlie invite son cousin Matthew à passer l’été dans le bungalow de sa résidence secondaire, dans un... Lire la suite →

Pêle-mêle d’abandons (1)

Pourquoi abandonne-t-on la lecture d’un livre ? Parfois c’est clair et net, il n’est pas pour nous, c’est tout. Mais quelquefois c’est plus compliqué, le moment n’est pas le bon, la disponibilité fait défaut, l’envie déserte en cours de route.... Lire la suite →

« Tous ceux qui ont prétendu modifier les hommes ont toujours fini par les tuer parce qu’ils ne se conformaient pas à leur modèle. »

Nicolas Eymerich, inquisiteur volume 1 de Valerio Evangelisti Le Livre de Poche, 2016, 1654 pages Traduit de l’italien par Serge Quadruppani Cette intégrale rassemble les cinq premiers tomes de la série, à savoir : 1. Nicolas Eymerich, inquisiteur 2. Les... Lire la suite →

« Les mots sont ici comme ces poids morts dont on se débarrasse parce qu’ils ne servent qu’à alourdir les bagages. »

Continuer - Laurent Mauvignier Editions de Minuit, 2016, 240 pages En 2014, j’aurais volontiers donné le Goncourt à « Autour du Monde » que j’avais trouvé excellent. Deux ans plus tard, je n’ai pas l’impression de lire le même écrivain. Dans «Continuer »,... Lire la suite →

« Moi, le déglingué. Non : *un* déglingué. »

« A la fin de ma première période d’affectation, j’étais déjà un connard. » Phare 23 - Hugh Howey Actes Sud, collection Exofictions, 2016, 233 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Estelle Roudet (Beacon 23, 2015) « Depuis que je bosse... Lire la suite →

« Tout écrivain digne de ce nom se pense meilleur que les autres. »

Un bon écrivain est un écrivain mort - Guillaume Chérel Mirobole éditions, 2016, 241 pages J’ai lu le billet de Mior alors même que je m’apprêtais à entamer ma lecture de ce roman, acheté, comme elle, sur une irrésistible impulsion... Lire la suite →

« Je détecte les ennuis; ils émanent de certains individus, comme des phéromones. »

Images fantômes - Elizabeth Hand Super 8 éditions, 2016, 408 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Brigitte Mariot Bientôt la cinquantaine pour Cass, qui continue à vivre comme du temps de sa jeunesse punk : un petit boulot dans les... Lire la suite →

* * Summer Star Wars, épisode VII * * (6)

J'avais bien commencé le 21 juin et puis tout un tas de choses se sont passées et j'ai calé après ma cinquième lecture pour ce * * Summer Star Wars, épisode VII * *. Oh j'ai bien tenté quelques lectures mais ne suis... Lire la suite →

« Franco est mort, pas les franquistes. »*

*Première phrase Mala Vida -  Marc Fernandez Préludes (département du Livre de Poche), 2015, 277 pages Une enquête menée de nos jours en Espagne par un journaliste de radio et qui concerne ce drame des bébés volés aux opposants du... Lire la suite →

« Déverse sur moi le trop plein de ton coeur »

Lucie Dreyfus la femme du capitaine - Elisabeth Weismann Textuel, 2015, 330 pages Pourquoi Lucie ? Elisabeth Weismann s’en explique dans un préambule de treize pages difficile à résumer en quelques mots, mais qui contient tout ce qu’elle va par... Lire la suite →

« Les idées sont comme les enfants dès les toutes premières heures de leur existence : impossible d’envisager la vie sans elles. »

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle Monnin avec Alex Beaupain JC Lattès, 2015, 381 pages A partir d’un lot de photos acheté sur Internet, Isabelle Monnin entreprend une grande oeuvre romanesque : d’abord, écrire un roman à partir de ce... Lire la suite →

« Il faut qu’on se taille. Du genre, maintenant. »

Les infâmes - Jax Miller Editions Ombres noires, 2015, 347 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Claire-Marie Clevy (Fredoom’s Child 2015) L’héroïne est une rousse plantureuse et très tatouée qui entame chacun de ses chapitres par ces mots : « Je... Lire la suite →

« Lorsqu’on est en danger, rien de tel qu’un Dickens pour avoir la vie sauve. N’importe lequel. »

"Lorsqu'on est en danger, rien de tel qu'un Dickens pour avoir la vie sauve. N'importe lequel." Il dit ça, et puis après il nous le détruit par tout un tas de propos qui m'ont navrée; il dit "2666" de Bolano... Lire la suite →

« Je ne sais pas quelle aurait été ma vie sans les livres, dit-il. J’y ai toujours trouvé l’espace nécessaire pour rêver et reprendre des forces. »

"Ce n'est pas facile de parler de peinture, on en vient généralement à parler de soi. Comme lorsqu'on parle d'un livre, d'ailleurs, nous avons chacun nos raisons de l'aimer ou de ne pas l'aimer. Le livre ou la toile cristallisent... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑