Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

J’adore !

« Syénite se demande à quoi sert de détester un fou. Ce n’est pas comme s’il allait s’en apercevoir, de toute manière. »

La cinquième saison de N.K. Jemisin Les livres de la terre fracturée 1. J’ai lu collection Nouveaux Millénaires 2017, 457 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Michelle Charrier (The Fifth Season Broken Earth 1, 2015) « Ne te retourne pas, conseille-t-il.... Lire la suite →

Publicités

« Vous voulez que j’aille récupérer une mine terrestre ? Non. Plus précisément, foutre non. »

La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins Denoël 2017, collection Lune d’Encre, 475 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel Brèque (The Library at Mount Char 2015) Nous sommes de nos jours au beau milieu d’une Amérique tout à... Lire la suite →

« Méfiez-vous des gens blasés : ils sont contagieux. »

Les mille et une vies des urgences de Dominique Mermoux et Baptiste Beaulieu Rue de Sèvres 2017, 228 pages Adaptation du livre de Baptiste Beaulieu (lui-même issu de ses billets du blog « Alors voilà »), cette BD et une réussite totale.... Lire la suite →

« Parfois il se demande comment il a réussi à atteindre trente-huit ans. »

Les buveurs de lumière de Jenni Fagan Métailié 2017, 303 pages Traduit de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller (The Sunlight Pilgrims 2015) « Tous les gens du village paraissent inquiets et c’est bien ça le pire. Avant il n’y avait que... Lire la suite →

« Heureux, nous ne le serons que si vous ne l’êtes. »*

*Citation exacte, explication dans le roman ! A malin malin et demi de Richard Russo Quai Voltaire 2017 611 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Esch (Everybody’s Fool 2016)   Pour son dixième livre, Richard Russo revient à l’univers... Lire la suite →

« On n’est soi-même que dans la solitude et le silence. Le reste, c’est du théâtre. »

Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières de Barney Norris Seuil 2017, 301 pages Traduit de l’anglais (GB) par Karine Lalechère (Five Rivers Met on a Wooded Plain 2016) « Je lui dirais que ce qui occupe ses journées,... Lire la suite →

« Il a un rire qui vous brûlerait les cheveux de la tête si vous l’attrapiez par le côté »

La salle de bal d’Anna Hope Gallimard, Du Monde Entier, 2017, 383 pages Traduit de l’anglais par Elodie Leplat (The Ballroom 2016) Nous sommes en 1934 en Irlande et une jeune femme s’avance, fébrile, vers un homme déjà âgé affairé... Lire la suite →

« Mais le regret, en fin de compte, était un sentiment assez élastique et toujours relatif. »

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill Gallimard, 2017, 703 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mathilde Bach (The Nix 2016) « - Tu as parlé à Alice ? demanda Samuel. - Ouaip. - Comment elle était ? Quelle impression... Lire la suite →

« La culture, c’est la mémoire de l’intelligence des autres. »

Une saison chez Lacan de Pierre Rey Points Essais, 2016, 221 pages (Robert Laffont 1989) C’est à la boxe que Pierre Rey rencontre « Le Gros », qui lui est immédiatement antipathique. C’est réciproque. Ils combattent sur le ring, et continuent de... Lire la suite →

« Les seuls souvenirs fiables, j’imagine, sont ceux qui ont été oubliés. »

Farralon Islands d’Abby Geni Actes Sud 2017, 381 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy (The Lightkeepers 2016) « A bord du ferry se trouvait une carte postale pour mon père. J‘étais sur les îles depuis presque deux mois et, durant... Lire la suite →

« Qu’est-ce que vous présentez cette année ? »

Les cuisines du Grand Midwest de J. Ryan Stradal rue Fromentin 2017, 342 pages Traduit de l’anglais (américain) par Jean Esch « Qu’est-ce que vous présentez cette année ? - Une nouveauté. On appelle ça des roulés Résurrection. - Des roulés... Lire la suite →

« En plus, j’ai même pas les cheveux longs. »

Fendre l’armure d’Anna Gavalda Le Dilettante, 2017, 287 pages « Petit saint Georges d’un soir, J’ai, et c’est là toute ma gloire, Usé de mon seul jargon Pour approcher ce dragon. » Des nouvelles d’Anna Gavalda ! Enfin ! Sept, exactement. Dont... Lire la suite →

« Aimez-vous tu ça, vous, les films, ma tante Tititte ? »

Conversations avec un enfant curieux de Michel Tremblay Actes Sud 2017, 149 pages « Des mystères, c’est pas fait pour être compris, Michel, c’est fait pour… pour être mystérieux ! » Ce recueil de conversations est une pépite, que l’on connaisse l’oeuvre... Lire la suite →

« Elle m’agace, mais peut-être pas au point de la laisser pleurer douze jours d’affilée. »

Rebelles, un peu de Claire Castillon L’Olivier 2017, 202 pages « Parfois je me demande si Sébastien est un garçon bien. Je ne sais pas ce que serait un garçon bien à mes yeux. Je préfère le regarder avec les yeux... Lire la suite →

« Walker ne comprenait pas cette logique : si chaque génération s’effaçait au profit de la suivante, quand s’épanouissait-on ? »

L’homme qui s’envola d’Antoine Bello Gallimard 2017 318 pages Walker et Sarah, c’est The American Dream dans toute sa splendeur : riches, beaux et heureux, ils ont *réussi*, comme on dit. Leur petite quarantaine est resplendissante, leurs trois enfants sont... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑