Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Excellent

« Vous voulez que j’aille récupérer une mine terrestre ? Non. Plus précisément, foutre non. »

La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins Denoël 2017, collection Lune d’Encre, 475 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Daniel Brèque (The Library at Mount Char 2015) Nous sommes de nos jours au beau milieu d’une Amérique tout à... Lire la suite →

Publicités

« La chaleur capiteuse de cette pensée transperça sa carapace, pénétra ses os, le souleva sur la pointe des pieds et s’évapora en fumant de sa personne comme de l’eau bénite des épaules du diable. »

Hérésies glorieuses de Lisa McInerney Joëlle Losfeld éditions 2017, 452 pages (Magnifiquement) traduit de l’anglais (Irlande) par Catherine Richard-Mas (The Glorious Heresies)   C’est un premier roman, et c’est le genre de premier roman qui donne envie que son autrice... Lire la suite →

« Heureux, nous ne le serons que si vous ne l’êtes. »*

*Citation exacte, explication dans le roman ! A malin malin et demi de Richard Russo Quai Voltaire 2017 611 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Esch (Everybody’s Fool 2016)   Pour son dixième livre, Richard Russo revient à l’univers... Lire la suite →

« Il a un rire qui vous brûlerait les cheveux de la tête si vous l’attrapiez par le côté »

La salle de bal d’Anna Hope Gallimard, Du Monde Entier, 2017, 383 pages Traduit de l’anglais par Elodie Leplat (The Ballroom 2016) Nous sommes en 1934 en Irlande et une jeune femme s’avance, fébrile, vers un homme déjà âgé affairé... Lire la suite →

« Mais le regret, en fin de compte, était un sentiment assez élastique et toujours relatif. »

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill Gallimard, 2017, 703 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mathilde Bach (The Nix 2016) « - Tu as parlé à Alice ? demanda Samuel. - Ouaip. - Comment elle était ? Quelle impression... Lire la suite →

« Il y avait à cette antipathie de nombreuses raisons, dont aucune n’était logique, mais qui toutes étaient impérieuses. »

L’homme au complet gris de Sloan Wilson Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Rosenthal 10-18 2017, 452 pages   Initialement publié en 1955, c’est le succès de la série Mad Men (qui s’en inspire) qui a permis la réédition de... Lire la suite →

« En plus, j’ai même pas les cheveux longs. »

Fendre l’armure d’Anna Gavalda Le Dilettante, 2017, 287 pages « Petit saint Georges d’un soir, J’ai, et c’est là toute ma gloire, Usé de mon seul jargon Pour approcher ce dragon. » Des nouvelles d’Anna Gavalda ! Enfin ! Sept, exactement. Dont... Lire la suite →

« Quand Loo avait douze ans, son père lui apprit à tirer. »

Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley d’Hannah Tinti Gallimard, 2017, 438 pages Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Mona de Pracontal « Le père de Hawley avait établi un ensemble de règles pour la vie en pleine nature. Tout... Lire la suite →

« Il avait épousé une femme rieuse, la meilleure décision de sa vie. »

Ce Qui Git Dans Ses Entrailles de Jennifer Haigh Traduit de l’américain par Janique Jouin-de Laurens (Heat and Light 2016) Gallmeister, collection Americana, 2017, 433 pages « C’est la grande leçon de la vie d’adulte de Rich, démoralisante : rien, mais... Lire la suite →

« Et surtout, l’espoir ne se débranche pas si facilement. »

Trois années-lumière d’Andrea Canobbio Gallimard, Du Monde Entier, 2015, 429 pages Traduit de l’italien par Vincent Raynaud (Tre anni luce 2012) « Se mettre dans cet état, aux premières lueurs du jour, le lit envahi de pensées qui piquaient telles des... Lire la suite →

« Et qu’est-ce que réfléchir, si ce n’est faire de la théorie ? »

Rouvrir le roman de Sophie Divry Essai Notabilia 2017 202 pages « Ce livre a pour but de discuter quelques idées reçues qui pèsent sur la conscience de l’écrivain français contemporain qui, il faut l’avouer, a un lourd héritage. Cette réflexion,... Lire la suite →

« Il y a un sophisme torturant au coeur des technologies numériques. »

La toile de Sandra Lucbert Gallimard collection blanche 2017 468 pages « Des fois, c’est pas évident. Quoi dire, à qui, quand. Le pour, le contre, tout ça c’est discutable. Plus on y pense, plus ça complique le choix. Même pour... Lire la suite →

« Quand j’y repense, j’étais vraiment trop conne. »

Seules les bêtes de Colin Niel Rouergue Noir 2017 212 pages « Je sais pas comment c’est pour les autres, mais moi la solitude, je dirais pas que je l’ai voulue. » On est en montagne et ici c’est le domaine des... Lire la suite →

« Ma vie je la passe à lire des livres pour remettre les choses en place, pour me déplier, et c’est comme chanter tout bas à ma propre oreille pour me réveiller. »

Une activité respectable de Julia Kerninon La Brune au Rouergue, 2017, 60 pages « (…) j’étais la toute petite fille de ma mère qui, elle-même, lorsqu’elle s’asseyait trois minutes dans des toilettes de restaurants dépourvues de toute affiche, cherchait dans ses... Lire la suite →

« Et toi, qu’est-ce que tu deviens ? dit Luc, à court de narcissisme. »

Deux enfants du demi-siècle de Charles Nemes HC éditions 2017, 205 pages « Pouvait-on être bon père sans être vieux con ? Toussaint s’efforça de retenir les sarcasmes, chercha en vain une formulation praticable de ses réticences et recommandations, décida de... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑