Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Catégorie

Autre chose

Interview de Carine Chichereau

Une superbe interview d’une merveilleuse traductrice !

Les Imposteurs

31143753_2117882545165315_954498868844691456_n

Carine Chichereau a traduit soixante-quinze textes, dont des œuvres de Raymond Carver, Lauren Groff, Jane Smiley, Chinelo Okparanta, Julie Otsuka, Virginia Reeves, Maria Semple, Meena Kandasamy, Fiona McFarlane ou encore l’écrivain irlandais Joseph O’Connor. 

Rencontre avec une traductrice qui exerce avec passion son métier depuis vingt ans sans avoir perdu son enthousiasme.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours : comment êtes-vous devenue traductrice ?

C’est ma volonté d’écrire qui m’a amenée à traduire. J’ai commencé à écrire vers l’âge de douze ans, mais j’ai vite compris que je ne pourrais pas en faire un « métier », que je ne pourrais pas gagner ma vie ainsi, et qu’il me fallait une autre profession. Ensuite, j’ai fait entre autre des études d’anglais, et un jour, lors d’un stage à la revue Europe, on m’a donné des textes à traduire. J’ai adoré faire ça. C’était sur Beckett. Donc j’ai choisi d’orienter mes études vers la traduction…

Voir l’article original 7 129 mots de plus

Publicités

LES COULISSES DU CRITIQUE · PARTIE 2 · TAG

Lorsque Marie-Claude a avancé l’idée de donner un petit frère au tag du chien critique, elle n’était pas certaine de m’y mettre. Mais apparemment, y’en a que ça intéresse! (Bé oui !) Elle a donc décidé de prendre le taureau... Lire la suite →

VNR – Laurent Chalumeau

Oui !

Le tour du nombril

9782246817598-001-T

Là, tu vas vite regretter que je ferme ma gueule, crois-moi. Donc, pour l’instant, si par moments tu trouves que je fais long, que je, comment c’est l’expression, que je me « perds dans le détail »,tu sais quoi ? Profite, mon pote. Savoure. Parce que plus ça dure, mieux t’es. Crois-moi : t’es pas pressé que je me taise.

Depuis quelques années, depuis Kif et VIP pour être précis – je sais, je m’y suis mis tard – je suis addict au Chalumeau comme je le serais des chips au cheddar ou à la Guinness tiède. Chalumeau c’est la gâterie littéraire, celle qui te fait sourire avant même de l’ouvrir. Tu sais que tu vas te marrer, que tu n’as aucune chance de t’ennuyer, que tu ne vas pas t’embourber dans le vocabulaire trop soutenu d’un nostalgique mal soigné d’une dépendance amoureuse à la littérature du XIXème, qui était super, quand on l’écrivait…

Voir l’article original 441 mots de plus

[TAG] Les coulisses du critique

« Tu adores mes billets, tu voudrais te lancer toi aussi mais tu es trop modeste pour me demander comment est l'arrière cuisine. Le chien n'a rien à cacher, tu sauras tout sur les coulisses de ma vie de blogueur, du... Lire la suite →

[Réagir] Campagne de préservation des auteurs (et de leur Ego fragile)

😉

La Bulle d'Eleyna

Pour la liberté de dire « J’ai aimé, mais… »
Pour le droit de ne pas avoir de coup de cœur….
Pour le courage d’exprimer ses opinions…
Pour la possibilité de mettre une étoile solitaire…
Pour la diversité des lectures et des avis…
Pour que cesse le mépris…

A toi, auteur, qui te blesse pour quelques mots.
A toi, fan du premier jour, aveuglé par ton amour.
A toi, chroniqueur, qui efface tes lignes subversives.
Chacun ses goûts. Et la lecture pour tous.

Séparateur

Campagne de préservation des auteurs

(et de leur Ego fragile) 

book-2282303__340

Amis lecteurs, amis chroniqueurs, l’heure est grave !

   Une terrible découverte vient de mettre à jour un mal chronique et transmissible au sein du monde littéraire. Cette maladie d’une sournoiserie sans bornes trouve son foyer d’infection sur la toile virtuelle. Au détour d’une page, elle s’insinue par les synapses responsables de la transmission du bonheur, contamine le…

Voir l’article original 846 mots de plus

Idaho – Emily Ruskovich

Exactement ! Beau billet, comme souvent.

Le tour du nombril

1296-cover-idaho-5ab37e215e539

Quand on aime quelqu’un qui est mort, et que sa mort disparait parce qu’on ne peut plus s’en souvenir, il ne vous reste que la douleur d’un amour non partagé. Ann sait que dans ses moments les plus calmes, Wade cherche la source de cette douleur. Il la cherche chez Ann. Il la cherche dans la montagne.

Je ne sais pas encore l’empreinte que Idaho va laisser. Dans ma mémoire et dans la grande histoire de la littérature américaine. J’ai lu ce roman d’une traite. Pas pu le reposer avant d’avoir terminé. Trop intense malgré la lenteur. Trop chargé en émotions aussi. Troublant. Ça faisait longtemps que je n’avais pas été bouleversé comme ça. Je ne faisais pas le malin quand je l’ai refermé.

Il y a du chef d’œuvre dans ce premier roman. Quelque chose de très fort, de désespérément magnifique aussi.

Un drame familial impensable. La pire des…

Voir l’article original 272 mots de plus

Meilleurs voeux à toutes et tous, que 2018 vous soit douce !

Un Grand Prix des blogueurs littéraires ? Et pourquoi pas ?*

*Titre adopté depuis le blog de Nicole, qui m'a fait découvrir cette nouvelle aventure. Mais oui ! Pourquoi pas ? Le Premier Grand Prix des Blogueurs Littéraires ! A lire le billet d'Agathe, la créatrice, c'est tout simple : vous... Lire la suite →

Le camp des autres – Thomas Vinau

Quel billet, mazette. J’admire.

Le tour du nombril

image.html

Mais la forêt n’a jamais perdu ses propres règles, son propre règne, son ventre de nuit sauvage.

Politic poetry. Poésie du temps présent aussi. Thomas Vinau, on ne le présente plus. Poète qui observe son temps et passe à la prose de en temps. Vinau distille ses histoires de peu de mots. Pas beaucoup de pages et des respirations. Comme pour mieux ingérer ces phrases qui sonnent comme des vers et nous prennent par la main.

Thomas Vinau nous emmène où il veut. Il nous raconte la marge, la lisière. Il nous fait sortir du chemin où avance le troupeau. La forêt, sauvage, où se cachent ceux qui refusent la norme. Ceux qui fuient l’ordre dicté. les non conformistes, les insoumis (c’est lui qui l’écrit), ceux qui refusent de montrer du doigt ceux qui ne leur ressemblent pas. J’ai pensé à Comès, à La Belette et à Silence.

La vie…

Voir l’article original 392 mots de plus

« Je l’aimais car sa désuétude frôlait la décadence. »

« Tu penseras aux bouquins que je t’ai demandés ? En ce moment, je traduis pour lui Madame Bovary en albanais. Je ne suis pas sûr que ça lui plaise. - C’est un très bon livre pour un proxénète ! Ca... Lire la suite →

Avoir un blog

Intéressant au-revoir de Sophie Adriansen

Sophielit

Ces derniers mois ont vu fleurir sur la toile, de la part de critique(s) littéraire(s) «installé(s)», le qualificatif de «roman de bloggeuses». A priori, ce n’était pas un compliment.

Voir l’article original 428 mots de plus

Les blogs que j’aime (1)

C’est un blog qui n’existe plus, dans le sens où sa créatrice, Corinne Scanvic, ne le tient plus. La librairie existe toujours (enfin, je crois ?), mais Corinne n’y travaille plus (elle tient maintenant une épicerie à Noirmoutiers, apparemment). Pourtant l’exercice... Lire la suite →

Et de onze

11. Onze. O.N.Z.E. O.n.Z.e. 2006 ==> 2017 Onze, quoi. 1125 romans français, 612 américains, 252 Jeunesse, 251 anglais, 226 SF, mais seulement 192 polars, 180 BD et 144 recueils de nouvelles, 122 classiques et 87 premiers romans, 67 lectures en... Lire la suite →

Joyeux Noël !

Ouvrir une papillote, déballer un marron glacé, choisir un chocolat, casser une noix ou peler un litchi, le choix est difficile en cette période mais ne nous laissons pas abattre : sortons les bulles. JoYeUx NoËl !  

Vous pouvez acheter un livre OU BIEN…

J'aime bien les petites notes de Joachim, libraire à La Procure à Reims 🙂  

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑