Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Auteur

Cuné

Des livres !

« Je veux être un choix. Pas une résignation. »

Nos espérances d’Anna Hope Gallimard, Du Monde Entier 2020, 368 p. Traduit de l’anglais par Élodie Leplat « Elle pense aux livres qu’elle lisait enfant; toutes ces tantes célibataires, les dessins illustrant les lunettes, les poils au menton, la bonne humeur,... Lire la suite →

« Elle était de ces êtres délicats qu’un peu de froideur suffit à déstabiliser. »

« - Des problèmes de Blancs, tu vois un peu ? - Non. - Gérer le stress, respirer pour vivre, dormir pour pas être fatigué et fionton fionton(2). (2) Ce genre de conneries. » Noire précieuse d’Asya Djoulaït Gallimard, Continents Noirs, 2020,... Lire la suite →

« Ne me dites pas que vous ne savez pas ce qu’est la renouée du Japon ! »

Ce que l’on ne peut confier à sa coiffeuse d’Agata Tomazić Histoires slovènes délicieusement ordinaires Traduites par Stéphane Baldeck Belleville éditions 2020, 205 pages « Parce qu’au final, le pire, ce n’est pas, un beau jour, de ne plus supporter la... Lire la suite →

« Vous vous mariez pas, vous faites aucun enfant et vous vivez presque heureux, c’est pas beau ça ? »

Oh happy day d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat Fleuve édition 2020, 323 pages En 2015, nous avions rencontré Adeline et Pierre-Marie dans un roman épistolaire des plus réussis. Cinq ans plus tard, ils reprennent timidement le clavier car la vie... Lire la suite →

« C’est ça qui est ça. »

Ça fait longtemps qu’on s’est jamais connu de Pierre Terzian Quidam éditeur 2020, 231 pages Parce qu’il est tombé amoureux d’une québécoise, voici Pierre Terzian installé à Montréal. Il écrit, c’est entendu, mais il lui faut également manger, et ce... Lire la suite →

« C’était probablement une erreur, mais sur l’échelle des erreurs elle espérait que c’en était une bonne. »

Mothercloud de Rob Hart Belfond noir 2020, 412 pages Traduit de l’américain par Michael Belano Dans ce futur pas si éloigné, se tenir simplement dehors en été est devenu impensable et tout le commerce se fait en ligne. Lentement mais... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (117)

Oiseaux de Motomitsu Maehara (Balivernes) Joli titre de collection pour les tout petits aux éditions Balivernes : Farfadaises. Nous est ici proposé un imagier dont la particularité est d'être consacré aux oiseaux, en sept  langues avec leur graphie spécifique et... Lire la suite →

« La terre vous soutienne, le bord vous retienne. »

Bordeterre de Julia Thévenot Sarbacane 2020, collection Exprim, 520 pages « Frère - faut pas laisser grandir       l’horizontale violence Ou - tu vas sentir gronder           une épouvantable ambiance » « Allez vous faire lire » nous... Lire la suite →

« Dans une communauté fermée il y en a toujours un par génération qui fait chier. »

Richesse oblige d’Hannelore Cayre Métailié Noir 2020, 217 pages, collection Autres Horizons L’adaptation ciné de « La Daronne » sort le 2 mars, mois qui nous gâte avec la parution de ce « Richesse oblige » le 5. Après l’immense succès de sa traductrice... Lire la suite →

« Décidément, je me déçois beaucoup. »

L’été où je suis devenue vieille d’Isabelle de Courtivron L’Iconoclaste 2020, 192 pages « Je n’ai jamais voulu être esclave du regard et du jugement des autres; lorsque j’étais jeune, je me suis juré de refuser les injonctions de la société.... Lire la suite →

Pêle-mêle de livres pour les petits (116)

Ne chatouille pas le lion... (Usborne) Texte de Sam Taplin, illustrations d'Ana Larrañaga et traduction d'Éléonore Souchon Les trois petits points de suspension indiquent, à défaut d'une menace, un certain suspens, et de fait, si d'aventure vous vous amusez à... Lire la suite →

« Et quelle est la mère de la négligence, sinon le goût des suppositions ? »

L’institut de Stephen King Albin Michel 2020, 608 pages Traduit de l’américain par Jean Esch « - Tu sais ce qu’on dit au sujet de l’abîme, hein ? demanda Herb. Luke secoua la tête. Parce que cela faisait partie des rares... Lire la suite →

« Cet homme est un vrai fléau mais nous ne pourrons jamais le tuer car son futur est notre passé. »

Hier ou jamais (Les Chroniques de St Mary Livre 5) de Jodi Taylor Éditions Hervé Chopin (HC éditions) 2020, 332 p. Traduit de l’anglais par Cindy Colin Kapen « Croyez-le ou non, il y avait des règles. Tout le monde a... Lire la suite →

« J’ai une tête qui inspire confiance, c’est le lot des femmes plates. »

Diane demande un recomptage de Marie-Renée Lavoie XYZ 2020, 280 p. Si vous avez lu « Autopsie d’une femme plate » (ou « J’irai danser (si je veux) » en version J’ai lu), vous foncerez sur cette suite des aventures de Diane... Lire la suite →

« Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. »

La cité des rêves de Wojciech Chmielarz Agullo 2020, 380 pages Traduit du polonais par Erik Veaux « Il se souvenait de la première fois où il avait dû annoncer à des parents la mort de leur enfant. Le garçon avait... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑