Recherche

Cunéipage

Le blog de Sylvie Sagnes

Résultats de recherche

"paco"

Pêle-mêle de livres pour les petits (109)

Les bottes magiques du Père Noël de Mark Gaito et Sébastien Chébret (Gründ)

Eh oui, eh oui, c’est dès octobre qu’on s’équipe pour Noël, ce n’est pas trop tôt si on veut pouvoir choisir et proposer différentes choses. Un livre sur le Père Noël est tout à fait indispensable, et celui-ci possède un accessoire magique, une SuperExtraPowerCan ! En effet, celle-ci se détache de la couverture et permet, lorsqu’on la passe sur un certain dessin (et quand on a compris ce qui déclenche le truc…), d’entendre différents sons, dont le SuperExtraPowerCan prononcé with a beautiful accent. L’histoire, on ne va pas se le cacher, passe dès lors aux oubliettes : il n’y a que la SuperExtraPowerCan qui compte ! (Et elle plaît BEAUCOUP !…)  Dès 3 ans.


Six histoires de Mirabelle et Viandojus de Christine Roussey (De La Martinière Jeunesse)

Qu’est-ce qui unit une petit fille très écolo à l’âme partageuse et contemplative et  un sanglier né dans une décharge, grognon et ambitieux ? Une très belle quoiqu’improbable amitié et le goût de l’aventure et des bêtises ! Comme toujours avec Christine Roussey, un vent de liberté souffle sur les pages et j’avoue rester parfois un peu sur le bord du trottoir (traduction, je n’adhère pas à tout sans doute parce que je ne comprends pas tout…), mais ces deux amis-là parviennent toujours à me rattraper tôt ou tard et puis franchement, moi aussi je veux que la vie soit douce et/ou qu’il pleuve des frites. Six petites histoires à proposer dès 4 ans.


Loup Gris se déguise de Gilles Bizouerne et Ronan Badel (Didier Jeunesse)

Il est bête, ce Loup Gris, mais bête ! Qu’il tente de se faire passer pour un arbre, une brebis ou une carotte, c’est toujours n’importe quoi et personne ne se laisse prendre. Lui, en revanche, ne voit rien de ce qui se passe sous son nez et est prêt à croire littéralement n’importe quoi… On l’aime quand même, bien sûr, et on l’aime même beaucoup parce qu’il nous fait trop rire et que, chuuut, c’est pour de faux tout ça. Les enfants dès 4 ans seront très heureux de retrouver leur anti-héros irrésistible et les lecteurs à voix haute se régaleront des jolies rimes et autres onomatopées du texte toujours très rythmé. Un indispensable !


Le lac des cygnes de Pascale Maret et Alexandra Huard (Nathan)

Je ne suis jamais allée à l’opéra. Peut-être qu’un jour j’emmènerai un de mes petits-enfants voir Le Lac des Cygnes, dont on connaîtra au moins l’histoire ! Ici adaptée de la version de Rudolf Noureev, elle nous narre comment le prince Siegfried se fit avoir par l’infâme et redoutable Rothbart et confondit un cygne noir avec l’élue de son coeur. Les pages sont d’une beauté inquiétante, l’album est grand, sombre, l’histoire est torturée, tout est en place pour donner envie d’aller voir sur une scène des bras s’élever et tournoyer sur la musique éternelle de Tchaïkovski. À partir de 5 ans.


Papa, Maman, quel talent ! de Matgorzata Swedrowska et Joanna Bartosik (Trad. polonais par Nathalie Le Marchand) (Thierry Magnier)

La famille vue par les enfants, c’est tellement chouette ! Pour le petit narrateur, en tout cas, son père et sa père sont TOUT. Capables de tout, déjà, mais aussi complémentaires, associés, aidants, moteurs, poétiques, pratiques, j’en passe, c’est un pur plaisir de parcourir ces pages chantant leurs louanges et disons-le franchement, ça inspire ! C’est une question de regard, bien sûr, dans un oeil bienveillant on révèle le meilleur de soi (bonne leçon), et les illustrations (formidables, précises, nettes, épurées) ajoutent leur grain de sel. Dès 3 ans.

 


Jean-Michel et le poussin sandwich de Magali Le Huche (ACTES SUD Junior)

Une nouvelle aventure pour Jean-Michel le caribou, une bande-dessinée petit format sans cases. Ce matin-là, il découvre que tout le village se presse autour d’un camelot, qui revient matin après matin vendre tout son stock à des villageois crédules. N’écoutant que son courage (non je plaisante, c’est Gisèle qu’il écoute) (…), il va chercher à en savoir plus… Tout le monde va reconnaître tout de suite de qui Magali Le Huche s’est inspirée pour le personnage du méchant, et ça fonctionne parfaitement. Moralité : n’achetez pas n’importe quoi et surtout, si ça gratte, on enlève. Avec tout un tas de petites choses amusantes un peu partout à regarder, dès 5 ans.


Voyage au centre de la terre de Marjorie Béal et d’après Jules Verne (Balivernes) (Farfadaises)

Vous êtes fan de SF ? Vous avez envie que votre tout petit se familiarise très tôt avec les classiques ? Vous adorez Jules Verne ou les volcans ? Les raisons sont nombreuses, et tout aussi bien peut-il n’y en avoir d’autre que le hasard qui place cet album entre vos mains. En tous les cas c’est l’occasion d’évoquer une très belle histoire avec un bébé, celle d’un voyage extraordinaire au centre de la Terre… Des personnages tout rond, deux volcans, des pages bien cartonnées qui ne craignent pas d’être mâchouillées, à proposer dès 1 an avant de passer plus tard à des versions plus étoffées.


Croc croc la carotte de Fang Yiqun, Véronique Massenot et Clémence Pollet (HongFei)

Les éditions Hongfei nous emmènent du côté de la Chine en reprenant un conte de Gang Yiqun : adapté en français par Véronique Massenot et illustré par Clémence Pollet, ce Croc Croc la carotte nous promène de maison en maison en reprenant sans cesse la même trame et les mêmes paroles, offrant un effet de répétition toujours très apprécié. On aime tout autant la chaleur de l’amitié et les valeurs de partage également présentes, comme emmitouflées dans un manteau de neige. Un album très doux à proposer dès 3 ans.


Casse-noisette (Mon petit livre sonore) de Pierre Coran et Julia Spiers (Didier Jeunesse)

Ce livre sonore ressemble beaucoup à un Paco, ce qui n’est pas une mauvaise chose : les pages sont en papier (il faut donc appuyer avec un peu de précision et de détermination sur la puce musicale), l’histoire occupe une vraie place et n’est pas simple prétexte à mettre la musique, et la réalisation est soignée : dorures, illustrations chatoyantes, une impression de luxe. On retrouve les dix extraits en 3° de couverture et en attendant c’est la fête ! Il faut dire que Casse-noisettes est un opéra qui se prête particulièrement bien à la danse et à la joie, et dont on finit par bien connaître les airs. Dès 3 ans.


Océans de Mia Cassany et Marcos Navarro (Nathan) (Album Mosquito !)

Voici un un incroyable album, immense par la taille et le contenu ! On s’intéresse aux océans, c’est entendu, mais on n’avait encore jamais pu les observer de cette manière, avec des illustrations qui éclatent de couleurs et de détails et des informations à la fois instructives et amusantes (la raie manta peut se reconnaître dans un miroir ?!…). On le pose par terre, on s’installe, et c’est parti pour de longs moments d’observation (on peut même jouer à chercher les animaux dont on nous annonce le nombre à chaque page). À partir de 5 ans.


 

Pêle-mêle de livres pour les petits (78)

La légende d’Elzébor de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet (École des loisirs)

Même lorsqu’il fait très très très chaud, les enfants n’ont pas le droit d’aller se baigner dans la rivière, par crainte de rencontrer Elzébor. Certains disent qu’il ne s’agit que d’une légende, mais d’autres certifient qu’ils l’ont vu, et les descriptions sont dissuasives : Elzébor est un monstre effrayant.  Maïa fait tout pour être raisonnable, mais les jours passant et la chaleur ne diminuant pas, l’eau de la rivière est tout de même trop tentante… Un album destiné aux 3-6 ans qui leur offre un petit ascenseur émotionnel intéressant. On est dans le registre du conte, avec une jolie distance, mais on n’occulte pas les choses pouvant faire peur, avant d’offrir un super épilogue tout en subtilité. Les tonalités orangées réussissent à être de saison tout en en évoquant une autre. Bravo !


La grenouille à grande bouche (livre sonore) de Francine Vidal, Gibus et Élodie Nouhen (Didier Jeunesse)

Il faudrait vivre dans une grotte pour ne pas connaître l’histoire de la grenouille à grande bouche ou la petite chanson des crocodiles, mais ce livre sonore revisite tout ça, à la fois par des illustrations légèrement floutées dans des tonalités douces et par l’ajout de nombreux sons. « Hopi, hopa » fait la grenouille en se promenant, « Oulala », « Ouhaaa » ou encore « Pouah ! » s’exclame-t-elle à chaque nouvelle information, tout en déroulant l’histoire en rimes. À lire en jouant le jeu des mimiques très exagérées ! Dès 2 ans (mais le principe des puces sur le papier, comme dans les « Paco », est peut-être un peu difficile avant 3/4 ans).


Les enfants qui volent de Vincent Cuvellier et Aurore Callias (Gallimard Jeunesse, Giboulées)

Dans une drôle de ville se promènent d’étranges adultes. Des enfants beaucoup trop sages leur donnent la main. Il ne pleut jamais, personne ne court, il n’y a pas de papillon. Tout est sage, super super sage. Soudain, une goutte tombe du ciel. Mais il ne pleut jamais ?! Un coup de vent fait s’envoler un chapeau. Mais il n’y a jamais de vent ?! C’est ainsi que des tas d’enfants volant vont mettre la pagaille dans cette organisation beaucoup trop sage, apportant avec elle du rire et de la joie. Mais pas d’inquiétude, tout va rentrer dans l’ordre. Enfin, presque… Un album à proposer dès 7 ans qui m’a fait l’effet d’une bouffée d’air frais dans une production Jeunesse généralement assez standardisée. L’imagination est portée à sa juste et belle place et ça fait du bien !


Le mur des apparences de Gwladys Constant (Rouergue) collection Doado

« Nous n’étions que des courtisans et notre monarque absolu avait nom Apparence. » Margot s’est suicidée et Justine ne comprend pas. Pourquoi ? À ses yeux, elle avait tout. Jalouse d’elle depuis leur petite enfance, Justine va mener l’enquête… Un roman à proposer dès 13 ans pour une immersion dans l’univers d’un lycée de nos jours. Harcèlement, difficulté de sortir de la norme, réseaux sociaux et tyrannie du conformisme sont mis en scène par une langue vivante et entraînante.


Eliott veut danser de Françoise de Guibert et Olivier Latyk (Gallimard Jeunesse)

Aujourd’hui Eliott doit choisir une activité à faire tout au long de l’année. Judo ? Foot ? Gym ? Piscine ? Rien ne le tente vraiment, mais c’est à lui de décider (grosse pression). Sa copine Chaïma l’invite à la rejoindre à l’école de danse, pourquoi pas ? Mais ce n’est pas si simple de se faire commander par sa copine… On retrouve toujours Eliott avec plaisir (2 à 4 ans) surtout quand il nous offre l’occasion de repousser les vilaines notions de genre et de s’amuser, bien sûr ! (Quelques volets à soulever, en plus !)


Le Sapin de Lionel d’Éric Veillé (Actes Sud Junior)

Ce matin, Lionel mange une compote, tranquille, mais papa l’appelle : c’est Noël ! Lionel ouvre ses cadeaux, il est très très content, il a eu exactement ce qu’il voulait : un peigne et une banane. Soudain, il entend un petit pleurnichement sous le tapis : le tout petit crocodile n’a pas eu de cadeaux. Qu’à cela ne tienne… Une histoire très sympathique (et joliment décalée) dans un tout petit format, idéal pour les petites mains (dès 18 mois).


Archibald le petit renard Vive Noël d’Aline de Pétigny et Estelle Madeddu (Hemma)

L’univers d’Archibald le petit renard est douillet, coloré et très doux. Cette année, pour fêter Noël, il a une grande idée : rassembler tout ceux qu’il aime. Aucun problème, tout le monde est d’accord et chacun s’affaire pour que tout le monde passe un bon moment. Rien de grandiose, mais justement, la simplicité est au coeur de cet album, et ça fonctionne ! À proposer dès 2 ans  pour réchauffer les petits coeurs.


Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton (Gallimard Jeunesse)

Ça commence à l’autre bout du monde à deux endroits opposés : des explosions plus hautes que la couche d’ozone qui détruisent absolument tout sur leur passage. Ça avance selon une ligne calculable, les deux murs d’explosion se rejoindront en Bretagne, dans dix jours. Sur leur passage, la mort de tout et de tous. Le compte à rebours est lancé pour une poignée de personnages que rien de prédisposaient à être ensemble. Mais que fait-on du temps qui reste quand on sait que tout va s’arrêter ? Un roman ado qui, une fois commencé, refuse d’être laissé ne serait-ce qu’une seconde. Suspens nourri, rythme haletant, histoire super bien ficelée, on se laisse faire très volontiers et on admire au passage l’excellence du mystère entretenu et le jeu autour de la création littéraire. Manon Fargetton, nom à retenir ! (Lu d’une traite)


Je construis sur le chantier Kididoc d’Anne-Sophie Baumann et Pierre Caillou (Nathan)

Impossible de se lasser des Kididoc (dont j’aime vraiment le credo : « Curieux petit, curieux pour la vie !« ), surtout quand ils proposent un livre jeu aussi réussi. Bienvenue dans l’univers du chantier ! Dès 4 ans les enfants vont pouvoir s’amuser à tourner le volant des engins, tirer la ficelle pour délimiter le terrain, tirer et pousser sur des manettes, peindre des toits, j’en passe, tout en soulevant différents rabats pour apprendre plein de choses.


Drôles d’animaux de Fabien Ockto Lambert et Cee Cee Mia Pog (Langue au chat) collection Chatouille

`

Un super joli recueil de trois histoires d’animaux narrées tambour battant avec un réjouissant sens de l’absurde. Dans la première histoire « Drôle de chien« , Monsieur Roger, collectionneur de chiens rares, reçoit un jour par la poste un chien très bizarre et super pas sage. La deuxième histoire « Un jour, je serai vétérinaire« , énumère tout ce que fera la petite héroïne pour soigner tous les animaux de la Terre (cela va du bisou magique au démêlage de noeuds de serpents trop gourmands). Enfin la troisième histoire (ma préférée) « Hoppy Colvert et la chenille (très) bavarde » nous enseigne l’importance de la politesse la plus élémentaire : dire BONJOUR ! Le tout avec un dessin tout rond et très mignon, trois histoires du soir d’un petit quart d’heure chacune qui feront la joie des 2 ans et demi /  3 ans.

 

Pêle-mêle de livres pour les petits (77)

Nous avons rendez-vous de Marie Dorléans (Seuil Jeunesse)

Alors que les enfants n’ont dormi qu’une ou deux heures, Maman les réveille. Elle chuchote, vite, nous avons rendez-vous. La petite famille traverse la ville endormie encore chaude de la journée d’été écoulée, s’éloigne à travers la campagne à la lueur des lampes de poche, grimpe sur les hauteurs vers le ciel où des milliers d’étoiles se distinguent de plus en plus à mesure qu’ils avancent. Des petits temps de repos rythment leur avancée mais Papa les rappelle à l’ordre : ils ont rendez-vous ! Un album majestueux travaillé à la plume et à l’encre qui raconte une grande aventure à hauteur d’enfant (dès 3 ans). L’adulte, lui, admire l’effet saisissant de la lumière au fil des pages et se souvient de ses propres levers de soleil enchantés. Vraiment très beau !


Le carnaval de Trotro de Bénédicte Guettier (Gallimard Jeunesse)

Autant j’ai du mal à « subir » l’âne Trotro à la télé (les rires surtout), autant le format petit album avec les oreilles qui dépassent me plaît. Tout à la fois jouet et livre, ce volume consacré au carnaval est amusant avec sa petite ritournelle (« Zaza aussi« , pour la petite soeur qui fait rien que d’imiter son grand frère) et avec la devinette finale : si tout le monde se déguise en Trotro, lequel est le vrai ? J’espère que ma petite-fille me démontrera ses talents d’observation 😉 Dès 2 ans.


Vive Noël ! de Marion Billet (Kididoc à jouer, Nathan)

Ils sont parfaits les Kididoc, ils font mouche à tous les coups. Celui-ci est consacré à Noël et rien ne manque : le calendrier de l’avent,  les activités de l’hiver, la crèche, le sapin, la lettre au Père Noël etc. et on peut comme toujours tirer, pousser, soulever, faire rouler, bref, à acheter, c’est tout ! Dès 2 ans.


M. Chatouille de Roger Hargreaves (Hachette Jeunesse)

M. Chatouille n’aime rien tant la vie que de… faire des chatouilles, évidemment. Il est pour cela doté de deux bras incroyablement longs, ce qui lui est très pratique par exemple pour aller chercher des biscuits dans le placard sans se lever de son lit. Le problème c’est que M. Chatouille aime surtout faire des chatouilles lorsque ce n’est pas le moment, et à la mauvaise personne. Au policier en train de faire la circulation, par exemple. Mais les ennuis provoqués par ses chatouilles ne lui retombent jamais dessus, car personne ne le voit, il se tient très loin grâce à ses bras immensément longs. D’ailleurs, attention, il pourrait bien être en train de préparer quelque chose pour toi… Complètement immoral mais irrésistible dans la mesure où on joue le jeu, ça se termine par de grands éclats de rire ! Dès 4 ans.


T’choupi Mes chansons de Noël de Thierry Courtin (Nathan)

Imaginons que, comme ça, par hasard, vous brûliez d’envie de chanter :

 – Mon beau sapin
– Neige blanche
– La marche des rois
– La nuit de Noël
– L’as-tu vu ? (le petit bonhomme)

Pas de problème, T’choupi est là ! Dans ce grand et très hivernal livre sonore, il vous assurera une bande-son au petit-poil (attention il se permet de changer quelques paroles – voire d’inventer) mais on pardonne tout à T’choupi ! Dès 2 ans.


Paco et le disco de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse)

 

Imaginons que, comme ça, par hasard, vous brûliez d’envie de danser : pas de problème, Paco Travolta est là ! Bon, moi qui ai adoré la période disco que je suis assez vieille pour avoir connue en direct live, je ne connais aucun des titres mis en situation mais l’ambiance, elle, est bien disco à fond et puis de toute façon, Paco c’est Paco, on les a tous les Paco. Dès 3 ans.


La jeune fille plus sage que le juge de Mariana Cojan Negulesco et Cécile Becq (Albin Michel Jeunesse)

Intelligente, il faut l’être pour répondre à des questions comme qu’est-ce qui est le plus gras, le plus rapide et le plus juste ? ou encore pour aller voir quelqu’un ni nue ni vêtue, ni à cheval ni à pied, ni par le chemin ni en dehors du chemin. Pour une certaine jeune fille, vivant entourée de nombreux frères et soeurs dans une chaumière trop petite avec des parents très pauvres, ces questions ne sont pas difficiles… Il faut se précipiter sur ce conte traditionnel roumain revisité car il est non seulement plutôt féministe mais il propose également des illustrations fort jolies qui soulignent le côté traditionnel tout en se montrant modernes. Dès 6 ans.


Amour, beauté et crottes de nez de Mrzyk & Moriceau (Les Fourmis Rouges)

Que se passe-t-il quand on utilise la catapulte ou le lance-pierre en guise de moyen de transport ? Des imprévus, évidemment. Magali, la jolie crotte de nez fan de ships, désire se rendre à Las Végaze pour participer à un concours de coiffure : c’est son dada, elle est douée, et surtout, le premier prix est son poids en ships. Elle n’atterrira pas au bon endroit… Je découvre par cet album (le troisième de la série) l’univers de Mrzyk et Moriceau, il est surprenant. Tout à fait politiquement incorrect il allie d’évidentes qualités narratives à un dessin « stylé » et très contemporain. C’est drôle, transgressif, accessible dès 3 ans tout en restant intéressant même adulte !

Pêle-mêle de livres pour les petits (44)

Rock’n’roll baby ! d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Avant Paco, on peut offrir (dès 1 an) ces petits imagiers sonores, qui sont littéralement géniaux. L’appui sur les puces est très facile, il y a un rabat pour mettre en position on/off (à cet  âge ils raffolent des rabats !) et les musiques sont parfaitement choisies : Tutti Frutti, Rock around the Clock, Blue Suede Shoes, Great Balls of Fire, Johnny B. Goode et enfin Be-bop-a-lula, dandinements assurés (en plus, les extraits sont longs !).


Tu lis où ? de Géraldine Collet et Magali Le Huche (P’titGlénat)

Petit mais costaud : cet album, tout en rimes, est une ode à la lecture (désacralisée) (démocratisée) et s’offre le luxe d’une chute malicieuse (que l’adulte voit venir, sans doute, mais qui est une surprise pour l’enfant). A offrir dès 3 ans.


Les habits mon imagier animé d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Dans la collection « Mes premières découvertes » chez Gallimard Jeunesse, cet imagier animé consacré aux vêtements passionnera les petits dès 18 mois : on y joue avec les habits. Selon les saisons (que porter quand il fait chaud, froid, qu’il pleut) ou le moment (pour aller au dodo), on peut également trier par matière ou même obtenir des conseils pour s’habiller tout seul ! Avec une foison de petits volets à soulever ou de roue à tourner, dans des coloris vifs, de quoi passer un bon moment.


Mes berceuses Jazz d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Dès 1 an toujours, « le » livre pour accompagner la mise au dodo. 6 berceuses, 6 images, 6 puces, et de la sacrément bonne musique. Indispensable !


Ma valisette à jouer C’est la petite bête qui monte ! de Camille Chincholle (Gallimard Jeunesse)

Oh qu’elle est maligne, cette petite valisette ! Avec ses deux gros scratch, son repli tout simple, elle permet d’emporter partout les neuf gros cubes de carton (façon multiples puzzles) et le petit livre tout mignon prétexte à de nombreuses chatouilles. Dès 18 mois.


Eliott et Chloé d’Agnès de Ryckel (‘Alice Jeunesse)

Dès leur naissance, Eliott et Chloé se montrent d’un caractère très différent : l’une est vive et remuante, l’autre calme et paisible. A leur entrée à l’école, leurs approches sont là aussi aux antipodes : Chloé est très excitée, Eliott beaucoup plus craintif. Mais au fil du temps, ils se rejoignent sur leur envie de ne plus y aller. C’est très difficile de ne pas se fondre facilement dans un groupe. Heureusement, un jour, ils se rencontrent, et là… Un album qui fait mouche et qui réactive instantanément, en ce qui me concerne, toutes les inquiétudes que j’ai pu vivre à l’époque où j’étais concernée. Etape après étape, des mots salvateurs sont posés sur des situations difficiles et l’épilogue, porteur d’un très joli message, vient apaiser tout ça. Très chouette ! Dès 5 ans.


Ville bleue Ville jaune de Ljerka Rebrovic et Ivana Pipal (‘Alice Jeunesse)

Une histoire d’une logique implacable… dans l’absurde ! Deux petites villes séparées par un pont. Insidieusement, une guerre des couleurs s’établit. Chacune se met à frénétiquement devenir entièrement bleue, l’autre jaune. L’intolérance les amène à des comportements ridicules, ça dégénère en bagarre ouverte, et il faudra l’intervention de la nature elle-même pour que chacun recouvre ses esprits. Transposition criante de vérité de bien des conflits actuels, cette histoire aux illustrations minutieuses emporte son lecteur. J’adore ! Dès 6 ans. L’avis de Hop sous la couette !


Le bonheur d’Isidore de Virginie Pfeiffer (‘Alice Jeunesse)

Isidore est un petit bonhomme qui depuis quelques temps se sent triste. Ne pouvant plus continuer comme ça, il part à la recherche de son bonheur. Il cherche partout, voyage, rencontre des gens, Dame Nature elle-même, qui, touchée par sa détresse, l’aide. Il explore la Terre et l’Univers, en vain. Nulle trace de son bonheur. Pourtant, il va le trouver… au fond de lui ! Je suis partagée au sujet de cet album, destiné aux enfants à partir de 5 ans. Il y a un formidable travail graphique, avec une montée progressive des couleurs très convaincante et des illustrations vraiment jolies. Mais j’ai du mal avec le message, qui m’évoque un guide de développement personnel.


L’autobus de Marianne Dubuc (De La Martinière Jeunesse)

Une petite fille, avec un gilet rouge, part rendre visite à sa grand-mère, un panier sur le bras, dans lequel il y a de la galette. Ca vous rappelle quelque chose ? Cette réécriture se déroule dans un bus, premier voyage en solitaire pour notre petite héroïne. Et que de choses elle aura à raconter à sa grand-mère ! Le texte est minimaliste (une phrase par page), en revanche les illustrations fourmillent de détails et j’aime beaucoup le format rectangulaire. Dès 3 ans.


Première nuit d’hiver d’Amy Hest et Lauren Tobia (NordSud)

Trad. Agnès de Ryckel (Are You Sure, Mother Bear ?)

C’est la première nuit de l’hiver et tous les ours hibernent, en hiver. Petite Ourse, cependant, n’a pas très envie d’aller dormir, beaucoup de choses l’attirent encore dehors et elle est inquiète : comment être sûre de tout retrouver au printemps ? Sa maman, avec une infinie douceur et une pédagogie très efficace, la rassure… Un album formidable à proposer dès 4 ans qui donne envie de sortir dans la nuit pour une aventure dans la neige suivie de grosses tartines grillées saupoudrées de cannelle.

Le meilleur de 2017

Dans ce que j’ai lu cette année des parutions 2017, je retiens, nomme et élis :

  1. La toile de Sandra Lucbert
  2. La daronne d’Hannelore Cayre
  3. Me voici de Jonathan Safran Foer (Trad. Stéphane Roques)
  4. La Diaspora des Desrosiers de Michel Tremblay
  5. La bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins (Trad. Jean-Daniel Brèque)
  6. La salle de bal d’Anna Hope (Trad. Elodie Leplat)
  7. A malin malin et demi de Richard Russo (Trad. Jean Esch)
  8. Hérésies glorieuses de Lisa McInerney (Trad. Catherine Richard-Mas)
  9. Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill (Trad. Mathilde Bach)
  10. Ce qui gît dans ses entrailles de Jennifer Haigh (Trad.Janique Jouin-de Laurens)

(C’était très dur de choisir cette année, il y a eu de nombreux très bons romans, j’aurais pu doubler facilement le top ten.)

En littérature Jeunesse :

  1. Voilà l’hiver de Pauline Kalioujny
  2. C’est quoi un enfant ? de Béatrice Alemagna
  3. Mes petits cadeaux de Jo Witek et Christine Roussey
  4. Déluge chez les fourmis d’ElmoDie
  5. Le voyage des Quatre Saisons de Jessica Courtney-Tickle
  6. Le manchot qui en avait marre d’être pris pour un pingouin de Nicolas Digard et Christine Roussey
  7. Paco et la musique africaine et Paco à l’opéra de Magali le Huche
  8. Einstein, sur un rayon de lumière de Jennifer Berne et Vladimir Radunsky (Trad. Ilona Meyer)
  9. Hi hi ha ha ha de Michiyo Namura
  10. A pas de loup de Christine Schneider et Hervé Pinel

Et vous ?

 

 

Pêle-mêle de livres pour les petits (43)

Je n’aime pas Koala de Sean Ferrell et Charles Santoso (‘Alice Jeunesse)

Qui a dit que l’attachement au doudou était une chose simple pour un enfant ? Adam, lui, n’aime pas Koala. Il le dit, le crie, le déclame sur tous les tons et en toute circonstance, et pourtant, chaque matin à son réveil il est là, tout contre lui. Il a tout essayé, l’emmener par delà les montagnes (les escaliers) et les forêts (les meubles), s’enfuir discrètement hors de sa vue, le jeter violemment à l’autre bout de la chambre, rien n’y fait. Koala est toujours là, avec son regard qui regarde et ses yeux qui voient tout. Mais au fait, ce n’est peut-être pas si mal, ça, un protecteur ? Mais si Adam reconnaît aimer Koala, c’est peut-être papa qui va être jaloux… Un album malicieux au graphisme très attachant qui parlera au coeur de tous les petits lecteurs de 4 ans.


Joyeux Noël, Lou ! de Jeanne Ashbé (Pastel, l’Ecole des loisirs)

Un album grand format destiné aux petites mains (dès 1 an) qui raconte l’effervescence montant lentement dans une maison quand on prépare Noël. Dans chaque pièce, rien n’est tout à fait comme d’habitude et chacun virevolte de-ci de-là avec mille choses à faire. Le petit lecteur est d’ailleurs invité à participer lui aussi, avec de nombreux volets à soulever ou de petites roues à tourner. Un album festif et joyeux !


Une histoire d’amour de Gilles Bachelet (Seuil Jeunesse)

Préconisé à partir de 6 ans, cet album s’adresse aussi (surtout ?) aux adultes, à mon avis, tant l’inventivité du dessin est un régal pour les mirettes. C’est l’histoire toute simple de Georges et Josette. Comment ils se rencontrèrent, s’aimèrent, fondirent un foyer et finirent par s’éteindre (enfin Georges, parce que Josette continue à réunir toute sa grande famille le jour du 14 juillet). Très simple, donc, et parfaitement conforme à ce qu’on peut attendre d’un récit tel que celui-ci. Sauf que Georges et Josette sont deux gants MAPA ! Partant de là, rien n’est finalement conforme aux mots qui les racontent et c’est un ravissement que de tourner les pages, allant de surprise en découverte. J’ai adoré !


à table ! de Delphine Lacharron (Langue au chat)

Réédition pour ce succès de la collection Bébé Touche-à-tout destinée aux plus jeunes (dès quelques mois) qui décline l’univers du repas. On touche, on observe les couleurs pimpantes et les aliments ciblés : une banane, du gruyère, de la confiture qui colle, format tout petit et bien cartonné, c’est un must.


Bon voyage, bébé ! de Béatrice Alemagna (Hélium)

Tous les jours à la même heure, bébé doit se préparer pour un voyage. Il y a tout un tas de choses à ne pas oublier, des rituels à respecter, ça prend du temps, de l’attention, et ça met en condition… Une excellente manière d’amorcer la mise au dodo, surtout si on imite pas à pas les faits et gestes de bébé 🙂 A partir de 1 an.


Paco et le rock de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse)

J’ai offert la série des Paco à de nombreux enfants, de tout âge (1 an et demi à 6 ans), et tous, TOUS, adorent. Pour ce tome consacré au rock, Paco nous emmène à Londres, la ville du rock (dit-il) ! On découvre plein d’instruments, quelques titres (pas les plus connus) et toujours les petits sons annexes, distrayants. Qualité au top, un cadeau parfait !


Tout le monde a un pyjama sauf moi d’Aline Robard et Silvia L. Cabaco (Mouck)

Bébé kangourou n’a pas de pyjama. Que faire ? Il part à la rencontre de tout un tas d’animaux et échange avec eux au sujet de leurs pyjamas, qui sont très variés. Ainsi, celui du dromadaire est bossu, ou celui de la chenille gratte les fesses ! Après toutes ces rencontres, il trouve enfin son pyjama, c’est la poche de sa maman, douce et chaude, parfaite pour dormir ! Un album tout carton à proposer dès 1 an.


Limace de Géraldine Collet et Olivia Cosneau (Sarbacane)

Hou la la, il ne fait pas bon être une limace quand on lit ce livre ! Que n’entend-on pas ! Une limace c’est super méga hyper MOCHE, gluant, dégoûtant, j’en passe, il n’y a que ça. En plus ça ne parle pas, une limace, pas moyen de se défendre. Elle aura pourtant le dernier mot… Un super album empli de volets à soulever qui égaiera sans faute par ses couleurs pimpantes et son ton irrévérencieux les bibis dès 18 mois.


Joyeux Noël, Splat ! de Rob Scotton (Nathan) Traduction de Rose-Marie Vassalo

C’est l’album de saison de Splat (parution 2010) et il est plutôt canon : Splat, se demandant s’il a été assez gentil durant l’année écoulée pour recevoir un GROS cadeau du Père Noël, met tout en oeuvre pour se montrer très, très gentil… en multipliant les bêtises ! Drôle, mignon, et empli de jolies vérités, car on a tous connu cette attente anxieuse du matin de Noël (même si j’ai toujours été très très gentille moi-même, évidemment.)


Raoul – Attendez ! Je suis pressé ! de Michel Van Zeveren (Pastel, Ecole des loisirs)

La série Raoul s’adresse aux 5-7 ans, mais fait tout autant plaisir à lire en tant qu’adulte, tant les saynètes qui y sont déclinées sont à la fois tendres et amusantes. La vie quotidienne entre un petit bonhomme vif et curieux et ses parents, rythmée par les repas, les passages aux toilettes ou la mise au dodo, que du vécu, bien raconté, joliment mis en image. Merci Marie pour le conseil !

 

 

 

Pêle-mêle de livres pour les petits (38)

Le voyage des Quatre Saisons de Jessica Courtney-Tickle (illustrations) (HatierJeunesse)

C’est un très beau livre qui fait un cadeau idéal. On y suit la petite Isabelle qui traverse le printemps, l’été, l’automne et enfin l’hiver en compagnie de son chien Pistache, le temps d’une journée. Le format est grand et les illustrations de Jessica Courtney-Tickle sont magnifiques, colorées et emplies de détails. A chaque double page, on appuie sur une pastille pour entendre dix secondes de quelques mouvements de Vivaldi correspondant à la saison traversée, extraits mis en contexte en fin d’ouvrage (avec une biographie de Vivaldi et quelques explications musicales). Proposé à partir de 6 ans, je le destine à un petit bonhomme qui en a moitié moins mais qui a découvert Vivaldi avec la série des Paco (Gallimard) et qui, depuis, en est véritablement fan.


Sous le même ciel de Britta Teckentrup (Hatier)

Traduit de l’anglais (GB) par Frédéric Rébéna

Il n’est jamais trop tôt pour célébrer la solidarité et l’égalité entre les peuples, n’est-ce pas ? Dès 3 ans, ce grand album poétique aux illustrations douces nous montre que nous vivons tous sous le même ciel. Chats, lions et autres pingouins lèvent tous la tête vers lui et subissent les mêmes éléments. A contempler au travers de découpes judicieuses, qui ajoutent un élément ludique.


Bêtes en devinettes de May Angeli (Les éditions des éléphants)

Format très sympathique pour ce livre-jeu que l’on ouvre horizontalement et dont les réponses se trouvent sous une page à déplier. Il faudra ainsi reconnaître l’animal que l’on doit têtu par exemple, ou celui qui se dandine et caquette dans la basse-cour – entre autres. Les pages sont cartonnées et les devinettes faciles, tout pour plaire dès 2 ans !


Mon imagier-jeu des animaux de Nathalie Choux (Nathan)

Des animaux à observer et une petite molette à tourner pour faire apparaître celui demandé, le tout dans des pages épaisses et solidement cartonnées dans un format moyen facilement manipulable : de quoi occuper pour un petit moment les petits dès 9 mois.


La ballade de l’ours nomade de Julia Donaldson, Rebecca Cobb & Ilona Meyer (traduction)

(Les éditions des éléphants)

« Elle observa alors son stock de morues et déclara : « Un Ours, ici, c’est incongru ! » » Coup de coeur pour ce chouette album qui raconte ce qui arriva à l’ours nomade après avoir chuté du cartable d’Olivier. La traduction tout en rythme et en rimes se marie subtilement aux dessins joyeux et familiers, et on prend grand plaisir à lire à haute voix cette histoire du petit ours que chaque élève emmène chez soi le soir à tour de rôle. Dès 4 ans.


Maxime au volant de Claire de Gastold et Thomas Bretonneau (Ecole des loisirs)

Un road trip à proposer dès 5 ans, qui sollicite la fantaisie et l’imagination : Maxime, pour jouer, se met au volant de la toute nouvelle voiture de papa. Une voiture rouge pimpante et… très bavarde ! Bientôt, routes et champs sont délaissés pour un voyage dans l’espace où ils feront une drôle de rencontre… Emplie de petits détails prosaïques (se dessiner une fausse moustache pour faire plus âgé, par exemple), cette histoire ressemble en tous points à celle que peut se raconter tout seul un petit bout de chou qui joue tout seul et ne ménage pas les surprises.


La tribu qui pue d’Elise Gravel et Magali Le Huche (Les fourmis rouges)

Ce très grand album / BD raconte comment Fanette Ducoup, chef de la tribu des enfants qui puent (elle est toute petite, mais elle a un cerveau de Formule 1 !) a déjoué l’odieux plan d’Yvonne Carré, la directrice de l’orphelinat. A la base, une dame maniaque de la propreté et une  bande d’enfant libres et très, très, sales, ça ne semble pas pouvoir cohabiter en paix, mais… Un album dont les illustrations fourmillent de détails croquignolets et dont l’histoire parlera à coup sûr aux petits dès 4, 5 ans.


Voyage au pays des rêves de Mia Cassany et Ana de Lima (Nathan)

A partir de 4 ans. C’est l’heure d’aller au lit et le bout de chou va très certainement rêver pendant son sommeil. Mais sait-il qu’il existe un pays des rêves ? Un pays dans lequel il y a une jungle qui voit ses animaux changer de couleur et de pelage chaque fois que l’un d’eux éternue, une baie avec une baleine endormie qui porte toute une ville, des montagnes qui ont poussé à l’envers, un volcan à chewing-gum et tout un tas d’autres choses impossibles. En s’endormant, ce sera à lui de continuer le voyage… Onirique et très doux, ce voyage dans des lieux qui n’existent pas est un très joli moyen de faire coupure avec la journée écoulée.


Minus et Maousse de Roisin Swales et Jacqueline Odin (Milan)

 Minus et Maousse forment une équipe fantastique : un petit écureuil et une grosse tortue très très amis. Mais un jour tout a changé, Maousse n’a plus eu envie de jouer. Il s’est recroquevillé dans sa carapace, et pas moyen de l’en faire sortir. Minus essaie tout, rien à faire. Son ami lui manque beaucoup. Il finit par lui faire un gros câlin, tout simplement. Magique ! Un très bel album aux illustrations d’inspiration cinématographiques (champ et contrechamp), devant lequel tout adulte s’empresse de penser hibernation, etc. alors que le petit lecteur (dès 2 ans), comprend immédiatement ce dont il est question : parfois, on n’a pas (encore) la capacité de mettre des mots sur ce qui nous rend chiffon, de reconnaître ses émotions, auquel cas un peu de patience et de tendresse font merveille. Sensible et doux.


Loupé ! de Christian Voltz (Rouergue)

Un monsieur un peu âgé attend son bus. Un jeune arrive, en train d’écouter de la musique avec ses oreillettes depuis son smartphone. Il constate qu’il a un peu d’attente avant que le bus ne passe. Il s’ennuie, fait des selfies, échange des SMS, revérifie l’heure etc., totalement centré sur lui-même, indifférent à ce qui l’entoure. Pendant ce temps, le monsieur observe mouches et fourmis qui vaquent à leurs occupations, est pleinement dans le moment présent… Une scène issue du quotidien avec une chute malicieuse, servie par un dessin furieusement sympathique. Dès 4 ans.

 

Pêle-mêle de livres pour les petits (37)

Une surprise pour La Fée Fifolette de Mimi Zagarriga et Christiane Hansen (Bayard)

La Fée Fifollette (une gentille fée avec une baguette magique cassée) est certaine qu’il se passe quelque chose aujourd’hui, mais elle ne se rappelle plus quoi… En attendant, elle met de l’eau à chauffer pour faire des pâtes. Il lui faut du sel, Abracadabelle, mais là… SURPRISE ! Ce n’est pas du sel qui apparaît. Après quelques autres péripéties dûes à sa baguette magique cassée, elle se souvient ce qui se passe aujourd’hui… Un livre musical très coloré et joyeux auquel l’utilisation de la baguette magique fournie donne un coté mystérieux : on a essayé d’activer les puces sonores avec tout un tas d’autres choses, rien ne fonctionne. C’est vraiment magique 😉 Dès 3 ans.


Paco et Mozart de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse)

Les Paco et Mozart sont préconisés à partir de 3 ans mais je les offre bien avant ça, tant il est facile d’appuyer sur les puces sonores – bien que les pages soient en papier, et surtout, ça marche à tous les coups. Je ne connais aucun enfant capable de résister à « La Reine de la nuit« , et la qualité audio est parfaite. Un must !


Splat fait son spectacle de Rob Scotton et RM Vassalo (trad) (Nathan)

La série des Splat est préconisée à partir de 4 ans et a un grand fan dans mon entourage, je complète sa collection petit à petit et cet épisode (un peu ancien, 2014 je crois) est très sympathique : c’est le spectacle de fin d’année à l’école de Splat et ils donnent Cendrillon (enfin, pardon, CHADRILLON^^). Splat est très content de son rôle (un cheval) mais voilà que l’acteur qui devait incarner le prince charmant a une allergie à cause du trac ! Pas bien vaillant lui non plus, Splat se donne à fond pour les beaux yeux de Kattie mais son costume est trop grand, et … Drôle, rythmé, illustrations pimpantes, tout est chouette.


Un point c’est tout de Xavier Deneux (Milan)

Ce livre-ci est superbe et fait un très joli cadeau dès 3 ans : c’est un livre surprise. On y joue avec les points, un par un, la découpe de la page suivante ne laissant absolument pas deviner ce qu’on va voir. Sur chaque page, des points (de 1 à 10) sont découpés. de son doigt, l’enfant en suit les contours, puis il les compte, observe leurs couleurs et imagine ainsi quel animal se construit. Exercice de mémoire au fil des lectures, il permet aussi de compter, sans y prendre garde. Grand format et carton épais, il a de l’allure !


Les aventures d’un doudou à travers le monde de Lenia Major et Claire Shorrock (Circonflexe)

J’adore cette histoire ! La transmission d’un petit ours en peluche qui, tombé d’un sac à dos dans le Midi de la France, finira ses jours dans le cabinet d’un médecin en Provence, en étant passé par le Japon et les Etats-Unis, entre autres. Toujours aimé et cajolé, il est passé de bras en bras avant de trouver « sa » maîtresse, qui jamais ne l’égara. Les illustrations sont douces et le format idéal pour lire, relire et rerelire ce très très beau voyage. 3 à 5 ans.


Emma ne veut pas dépasser de Céline Person et Francesca Dafne Vignaga (Circonflexe)

Encore une petite merveille aux éditions Circonflexe que ce bel album, d’un très grand format, aux illustrations vaporeuses. Il nous présente Emma, une petite fille qui adore dessiner mais dont la hantise est de dépasser. Elle s’applique très fort, et quelque chose bloque un peu son plaisir – elle a vraiment très peur de dépasser. Et si, au contraire, dépasser permettait d’accéder à quelque chose d’autre, de mieux peut-être ? Jolie histoire qui chante la curiosité et la créativité, dans un imaginaire riche et joyeux. J’ai beaucoup aimé la petite touche d’humour avec les « Tu dessines ? » répétés d’Emma. 4 à 6 ans.


Tétine Man vous salue bien de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

J’avais bien accroché avec le premier volume de Tétine Man qui m’était passé entre les mains et Arthur, bientôt 3 ans, aussi (sa maman m’a raconté qu’un jour, il mangeait vraiment n’importe comment, il en mettait partout, enfournait tout à toute vitesse avec les mains, une horreur – et pas du tout son habitude – elle lui demande mais qu’est-ce que tu fais Arthur ? Il lui a répondu (très sérieusement) : « Je bâfre, maman ». (C’était dans Tétine Man, effectivement, par opposition à lui qui parvient à manger sans que jamais on ne le voie ôter sa tétine, certains enfant bâfraient à titre d’exemples de façons de manger.) Elle n’a pu que rire !), j’ai donc décidé de lui offrir tous les volumes. Celui-ci est aussi drôle, surtout qu’il s’agit dans un des trois épisodes de faire éclater de rire Tétine Man dans le but de lui faire cracher sa tétine (ça ne fonctionne pas, évidemment, il est trop fort Tétine Man, tss). C’est drôle jusque dans les détails, le livre que lit Wandrille, le copain de Tétine Man, c’est… « La théorie des cordes« , ou encore Wandrille joue bien, parce qu’avec lui, on est tous les deux chef chevalier ;o))


Tétine Man est le plus fort de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

C’est dans ce deuxième volume que j’apprends l’âge de Tétine Man : il a quatre ans. Alors en effet, on comprend qu’il doive négocier (enfin, Tétine Man ne négocie pas, il impose, en réalité !) le constant port de sa tétine. Dans ces trois épisodes (très drôles, comme toujours), il épuise une monitrice de colo, il perd papa au marché, et il énerve le papa de Luca pendant le spectacle de fin d’année. Le tout sans jamais retirer sa tétine, même pour goûter un radis ! Trop fort !


Tétine Man n’a peur de rien de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

C’est le tout premier volume des aventures de Tétine Man et il contient tout ce qui fait la magie de ce petit héros empli de courage grâce à sa tétine : tout sonne juste. Qu’il parvienne à occuper la dame de la piscine pour qu’elle n’inspecte pas les enfants pendant de trop longues minutes, qu’il éloigne le chien de son tonton qui en veut à sa tototte chérie, ou qu’il fasse se trémousser mamie pour ne pas apparaître sans sa tétine pendant une descente de luge (impossible d’en faire une sans crier, on le sait bien !), on le suit en souriant et on en veut encore !


Le manchot qui en avait marre d’être pris pour un pingouin de Nicolas Digard et Christine Roussey (Nathan Albums)

« Qu’on se le dise : un manchot n’est pas un pingouin !
Pierrot Manchot lisait le journal dans un parc, quand un ours passa près de lui et le salua poliment :
– Bonjour, monsieur Pingouin !
À ces mots, Pierrot Manchot bondit de son banc, furieux :
– J’en ai plein le bec, par dessus les nageoires, marre aux canards ! J’en ai assez que tout le monde prenne les manchots pour des pingouins ! Il faut que cela cesse !« 
Un album plutôt génial où tous les animaux que l’on prend pour un autre se rebellent et s’unissent pour faire entendre leur exaspération. Tous ? Non… l’épilogue est marrant comme tout, comme d’ailleurs le déroulé et les très chouettes illustrations. On fera attention dorénavant, promis, aux oreilles du hibou et à la … chouettitude de la chouette, à qui se dresse sur ses nageoires de devant ou au nombre de bosses sur le dos des chameaux / dromadaires ! Dès 3 ans.

Pêle-mêle de livres pour les petits (35)

 

Un petit monde de Julie Guillem (Actes Sud Junior)

C’est un livre jeu à proposer dès 4 ans. A partir de petites formes (que l’on peut découper en fin de livre dans du papier coloré, mais que l’on peut également compléter par des découpes dans de la feutrine ou tout autre matériel) : ronds, rectangles mais aussi formes beaucoup moins définies, on crée son propre petit monde, auquel on peut inventer tout le contexte que l’on veut. On peut faire très simple, par exemple la lumière avec sept petits morceaux, mais aussi beaucoup plus élaboré, comme une fusée. Plusieurs bonnes idées sont proposées (et illustrées), mais l’imagination n’a pas de limites.


Poussin et le porte-monnaie de Najoua Darwiche et Cécile Gambini (Didier Jeunesse)

Il était une fois un petit poussin qui avait trouvé un porte-monnaie. Un Grand Monsieur passant par là trompe sa confiance et le lui chaparde. Hors de question de se laisser faire ! Poussin se lance à sa poursuite. Sur son chemin, il rencontre un renard, un loup et une rivière… Un joli conte-randonnée à proposer dès 3 ans, avec un rythme de comptine et de très belles valeurs défendues : solidarité et justice.


 Les nouvelles aventures de Lester & Bob d’Ole Könnecke

Mouche de l’école des loisirs, traduit de l’allemand par Svea Winkler-Irigoin

Destinées aux 7-10 ans, ces aventures, sous forme de strips, nous montrent l’amitié improbable entre un canard (Lester) et un ours (Bob). Très différents l’un de l’autre, ils n’en partagent pas moins nombre de bons et moins bons moments, l’un se moquant tout de même (toujours gentiment) pas mal de l’autre. Heureusement, il est souvent pris à ses propres niches et le sourire du lecteur n’est jamais feint. Où l’on verra, entre autres, que le yoyo peut être dangereux, comment manger sans se fatiguer un bon gâteau maison, ou encore l’importance d’un petit-déjeuner à l’aube d’un grand duel. Mignon, amusant, et atypique dans son déroulé.


Les tototes de Toni de Maria Jönsson (Pastel Ecole des loisirs)

Toni est un petit loup adorable et tout, qui aime encore beaucoup (beaucoup) sa tétine. Et ce n’est pas parce que papa décrète qu’il est trop grand maintenant (et lui coupe sa totote en deux avec des ciseaux) (à ne jamais faire, par ailleurs – quelle violence !) qu’il va abandonner comme ça ce grand plaisir. Faire sluuuurp, il adore ça ! Un soir, il doit garder sa petite soeur, elle aussi grande accro à la tétine. Au moment du coucher, c’est le drame, ils n’en trouvent qu’une seule ! Que faire ?… Un petit album malicieux comme tout qui dédramatise ces passage obligés du bien grandir et qui s’offre le luxe d’une chute hilarante.


Il était trois petites souris de Malika Doray (Loulou & cie, Ecole des loisirs)

C’est l’heure d’aller au dodo, et trois petits souris n’en ont guère envie. Ce qu’elles aimeraient, elles, c’est jouer de la musique. D’accord, disent leurs parents, en ouvrant toutes les fenêtres pour que le quartier en profite. Bientôt, c’est une procession de voisins mécontents qui viennent frapper à la porte… Une accentuation de ce qui pourrait (ou plus vraisemblablement, ne pourrait jamais) arriver si on cédait aux désirs de nos petits, par le rire et la fête (avec le soutien de la Compagnie Créole ;o)). Dès 2 ans.


Petit bruit dans la nuit de Sabine De Greef (Pastel, Ecole des loisirs)

Un roman tout carton qui nécessite un public : dans la forêt, la nuit, on entend un petit bruit, et on va interagir avec lui. D’abord, on appelle, on lui demande de s’approcher, on joue, on tourne les pages, jusqu’à ce qu’il s’éloigne, qu’on n’entende plus rien. Fonctionne très bien en ajoutant de l’emphase aux phrases lues à haute voix !


Paco et la musique africaine et Paco à l’opéra de Magali le Huche (Gallimard Jeunesse)

Seize musiques pour l’Afrique mais seulement onze pour l’opéra (plus longues, ceci dit), ces deux derniers volumes de la série Paco sont adorés comme tous les autres. Ils exercent une véritable fascination sur les petits qui se jettent littéralement dessus, et ne se lassent jamais ! A offrir à absolument tous les enfants, dès 2 ans.


De A à Z de Peggy Nille (Nathan)

Un abécédaire super sympa empli d’animaux et d’allitérations amusantes. Ainsi, pour le « M » (les lettres sont toujours inscrites en majuscule puis en minuscule), Marta la marmotte joue des maracas (la phrase est inscrite en page de gauche et sur celle de droite est illustrée avec bonne humeur). On se régale tout comme Fanny (Fanny le faon raffole des fraises des bois) et on applaudit au groupement des quatre dernières lettres ! (Zacharie le zèbre fait son yoga zen au son du xylophone de Willy le xérus.) Dès 3 ans.


Graou n’a pas sommeil de Kaisa Happonen et Anne Vasko (Nathan)

L’hiver arrive et tous les ours doivent se préparer pour hiberner, mais Graou n’a pas sommeil ! Elle obéit, bien sûr, parce qu’elle est une sage petite ours, mais le temps est si long quand tout le monde dort et pas elle. Elle s’ennuie. C’est très, très, TRES ennuyeux d’attendre le sommeil quand il ne vient pas. Elle essaie de toutes ses forces, mais… Un album superbe qui explore la différence et montre une nature magnifiée par l’hiver, secondée par une application gratuite à télécharger qui fait évoluer le petit oiseau que l’on aperçoit page après page. Dès 3 ans.


 

 

Pêle-mêle de livres pour les petits (25)

Cache-cache magique de Sophie Ledesma (De La Martinière Jeunesse)

Un livre de bain magique ! Une fois mouillé, des couleurs et des contours de personnages cachés dans le décor apparaissent. Fascinant pour le bébé (dès la naissance).


Paco et l’orchestre de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse)

Paco est très content! Ce soir, il y a un beau concert dans la forêt. Mais où sont donc passés tous les musiciens? En route pour une balade toute en musique et en malice!
En appuyant sur l’icône, l’enfant peut écouter la clarinette , le piano , le violon , la contrebasse , le célesta , le xylophone, le piccolo, le violoncelle, la flûte traversière, le basson et l’orchestre du Carnaval des animaux de Saint-Saëns! Mais aussi de drôles de sons surprise! C’est le dernier-né de la série des Paco et il obtient un franc succès auprès d’Arthur, 2 ans et demi, comme tous les opus de Paco. La manipulation demande pourtant de la précision, mais le format tout comme le choix des extraits parle complètement à l’imaginaire des petits. Les adultes, eux, peuvent même découvrir des instruments (je n’avais jamais entendu parler du célesta…)


Le gravillon de pavillon qui voulait voir la mer de Claire Schvartz (Les Fourmis Rouges)

Dany est un gravillon, mais attention, pas n’importe quel gravillon, un gravillon de pavillon ! Il vit au numéro 43 de la rue Alexandre Dumas avec ces 18 300 frères et soeurs. À longueur de journée, il est écrasé par des pieds, des roues de voiture, ou pire… des poubelles. Le jour où Launay, un beau galet de mer, débarque au pavillon, la vie de Dany change. Captivé par les récits de Launay, Dany rêve de voir la mer… Il faut pourtant se rendre à l’évidence : il n’a pas de pieds. À cœur vaillant, rien d’impossible : aidé de Serge, un valeureux bousier, Dany va entreprendre un périlleux voyage. Leur but : rejoindre la tribu des galets. C’est le premier album de Claire Schvartz et elle a un ton bien personnel : à mi-chemin de l’absurde et du roman d’Aventure, son histoire souriante tient en haleine les petits (à partir de 4 ans), le tout servi par un graphisme bienveillant et plutôt doux.


Au bain, les monstres ! d’Iris de Moüy (Ecole des loisirs)

Un album petit format aux pages épaisses (dès 2 ans) qui prend au pied de la lettre l’expression   « Au bain, les monstres ! ». La fratrie se barricade dans sa chambre en poussant de grands grognements, invite quiconque n’est ni un papa ni une maman à entrer, et imagine que toutes sortes de monstres liés à la saleté et la poussière se joignent à eux pour faire les fous-fous. Une seule solution alors, se précipiter dans le bain, pour être tout propres et recevoir un gros câlin des parents. Mais les monstres s’en fichent, ils comptent bien réinvestir la place dès le lendemain !


Mes premières postures de yoga de Stéphanie Couturier et Séverine Cordier (Gründ)

Dans un premier temps destiné aux parents, cet album au petit format tout carton permettra au petit, une fois familiarisé avec les positions, de se remémorer leur contexte grâce aux pastilles sonores apaisantes. Six positions très simples et faciles à réaliser pour un enfant (le paon, le papillon, l’enfant, le cobra, le chat et la sauterelle), avec à chaque fois leurs bénéfices (par exemple la posture l’enfant est la posture de la détente; elle calme l’esprit et les émotions).


Max et Lapin La sorcière Gros-derrière d’Astrid Desbordes et Pauline Martin (Nathan)

Voici la suite des aventures de Max et Lapin, une série qui plaît beaucoup à mon petit-fils de 2 ans et demi. C’est un après-midi calme à la maison, et Max apporte une pile de livres à Maman pour qu’elle les lui lise. Après une longue séance de lecture, voici le tout dernier, le préféré de Maman, l’histoire de La sorcière Gros-derrière. A l’assaut ! C’est l’occasion de se défouler et de laisser libre cours à son imagination… Les bagarres fictives font beaucoup de bien (et pas de bobos !).


Max et Lapin La cabane de nuit d’Astrid Desbordes et Pauline Martin (Nathan)

Une petite histoire toute mignonne pour tous les petits bouts qui aiment se construire une cabane imaginaire sous la couette, avec la veilleuse en guise de lampe torche et de grandes discussions avec son doudou. Chez Max et Lapin, ça se termine par un concert avec Papa et Maman, tout doucement avant de s’endormir. Quelle chance !


Je joue à la marchande ! de Marion Billet (Nathan Kididoc)

Dès 2 ans, cet opus des kididoc passionnera son public avec ses nombreuses petites manipulations fines, et quelques notions de calcul en prime. Un succès assuré.


Vive le football ! de Marion Piffaretti (Nathan) Kididoc

Quelques règles élémentaires du foot, aussi bien dans le jeu que dans l’esprit sportif et le bon comportement à avoir, avec toujours des tas de petits éléments à actionner, un must. Allez les bleus !


Splat goes to the aquarium de Rob Scotton (Nathan)

Dans la collection des premiers livres en anglais, cette sortie de classe à l’aquarium est amusante comme tout. Splat cherche à séduire Kitten en racontant n’importe quoi : que les hippocampes sont en réalité de vrais petits dragons qui crachent du feu (que l’eau éteint trop vite pour être visible), que les méduses sont constituées de gelée de fraise ou encore que les poissons-vaches sont tout à fait de minuscules vraies vaches. Spike a beau assurer à chaque fois que ce n’est pas exact, Kitten sourit, ce dont Splat se réjouit. Mais c’est quand, malgré lui, il fait une grosse bêtise qu’elle rit franchement… A tester avec l’application (gratuite) Nathan Live qui offre une lecture audio très vivante avec l’accent parfait.


 

Le meilleur du premier semestre 2017

Dans quelques jours les six premiers mois de 2017 seront derrière nous. Avant d’entamer la rentrée littéraire de septembre (que j’attends avec impatience), faisons le point sur les meilleurs livres lus en ce début d’année :

  1. La toile de Sandra Lucbert
  2. La daronne d’Hannelore Cayre
  3. L’homme est un dieu en ruine de Kate Atkinson
  4. Seules les bêtes de Colin Niel
  5. Deux enfants du demi-siècle de Charles Nemes
  6. Ce qui gît dans ses entrailles de Jennifer Haigh
  7. Nouvelles définitions de l’amour de Brina Svit
  8. Bêtes féroces, bêtes farouches de Karen Köhler

C’est un exercice intéressant que de « trier » ce qu’on vient de lire, avec un peu de recul. On s’aperçoit qu’à part quelques évidences (La toile est une fulgurance, La daronne s’impose toute seule), il est difficile d’élire l’un plutôt que l’autre, dans le nombre de ce qu’on a aimé. Dans ces cas-là, je fais confiance à ma mémoire émotionnelle, et c’est ce qui reste de mes impressions qui compte. Quand j’ai terminé L’homme est un dieu en ruines, j’aurais donné n’importe quoi pour rencontrer Kate Atkinson tellement ce qu’elle écrit me réjouit; Seules les bêtes m’a complètement impressionnée, c’est du polar et c’est bien autre chose en même temps; Deux enfants du demi-siècle c’est l’élégance, aussi bien dans le style quand dans l’histoire racontée; Ce qui gît dans ses entrailles est un grand roman américain, dans la tradition du genre et en phase totale avec notre époque; Nouvelles définitions de l’amour m’a confortée dans mon amour des Nouvelles et fait découvrir Brina Svit dont je compte explorer l’oeuvre, et enfin Bêtes féroces, bêtes farouches est un vrai coup de coeur, une lecture qui donne envie de manifester son allégresse à chaque page tellement c’est BON.

En Jeunesse, mes préférés sont :

  1. Moi, Albert, détestateur de livres d’Ingrid Chabbert et Guridi (pour le thème)
  2. Voilà l’hiver de Pauline Kalioujny (pour le magnifique travail de linogravure)
  3. La soupe aux frites de Jean Leroy et Ella Charbon (pour l’humour)
  4. Paco et Vivaldi de Magali Le Huche (meilleure série musicale ever)
  5. Monsieur Emile et petit Tom d’Anne Isabelle le Touzé (pour son imagination)
  6. Sauveur et fils de Marie-Aude Murail (les 3 saisons) (pour tout)
  7. Contes pour les petits de Lesley Sims (pour la modernité)
  8. Max et Lapin d’Astrid Desbordes et Pauline Martin (série parfaite pour les 2 ans)
  9. C’est quoi un enfant ? de Béatrice Alemagna (pépite !)
  10. A quoi rêves-tu bébé ? de He Zhihong (somptueuses peintures sur soie)
  11. Bébé va au marché d’Anituke et Angela Brooksbank (pour sa gaieté)

Et vous ?

Pêle-mêle de livres pour les petits (13)

Petit escargot rouge de Rascal (Ecole des loisirs, collection Pastel)

per

« Il était une fois un petit escargot rouge qui avançait très lentement. » Un mot par page, un visuel en noir et blanc sauf, évidemment, le petit escargot rouge, et une action qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, avance. D’abord, l’escargot – bien que très lentement – avance ! Il passe devant des salades (l’occasion de dire combien il les apprécie), il monte sur un mur, bref, il y a de quoi commenter, si on le désire. Ensuite, ce jeu de contrastes est particulièrement adapté à la vision des tout petits petits. Enfin – et surtout – c’est drôle !

Un

livre

à

lire

très

lentement.


Mon ami Mahousse de Jean Leroy et Giulia Bruel (Ecole des loisirs, collection Loulou & cie)

mam

C’est l’histoire d’un gros éléphant et d’un tout petit singe. Ils sont amis et se rendent mutuellement tout un tas de services tout au long de la journée : ils se protègent du soleil (chacun d’une manière différente), s’apportent le goûter ou encore se lisent des histoires pour s’endormir. On retrouve l’une ou l’autre de leur vision des choses selon que l’on lise cet album dans un sens ou dans l’autre, ils se rejoignent au milieu, à l’endroit ou à l’envers ! Amusant et porteur, mine de rien, d’une belle apologie de la différence.


Mon petit doigt m’a dit de Soledad Bravi (Ecole des loisirs collection Loulou & cie)

sb

S’en mordre les doigts, toucher du doigt, filer entre les doigts, faire quelque chose les doigts dans le nez,… elles sont nombreuses les expressions imagées autour du mot doigt. Soledad Bravi en explique quinze, en les illustrant à sa manière si particulière. (Par exemple, pour expliquer « savoir sur le bout des doigts » (‘connaître par coeur » sous-titre-t-elle), ce sont six petits animaux en train de se déhancher en chantant La danse des canards. « J’adore trop cette chanson » dit l’autruche. Préconisé de 2 à 4 ans mais 5 ou 6 c’est bien aussi.


Dragon chéri d’Isabelle Bonameau (Ecole des loisirs)

dc

Bienvenue dans l’aventure extraordinaire de Léonie ! Un jour, parce que tata Zaza lui a offert son épée et sa carte du pays des dragons, elle a décidé d’y aller. Elle a tout bien préparé son sac à dos (elle n’a vraiment rien oublié, on le verra), pris son courage à deux mains et hop, elle a marché. Marché. Marché encore. C’est loin le pays des dragons ! Mais en chemin, elle a fait une drôle de rencontre… Un très grand format pour une aventure comme on aime beaucoup beaucoup les lire vers cinq-sept ans, avec du bivouac, des dragons, du poulet rôti, un oreiller moelleux et une fin joyeuse, comme il se doit. Et bien sûr, avec des DRAGONS !


Boom Boom Boom de Johan Troïanowki (Thierry Magnier)

bbb

Boom Boom Boom, c’est une petite fille qui tente d’enfoncer un clou dans son mur, pour poser un miroir. Ca intrigue la petite souris dans le mur. Boom Boom Boom c’est ce qu’entend, très fort, la voisine de l’autre côté du mur alors qu’elle allait pendre un bon thé avec son livre. AAAAAAAA c’est ce que crie la petite fille qui s’est tapé sur le doigt, ça fait rager la petite souris, tout ce boucan. AAAAAAAA c’est ce que crie la voisine, effrayée au dernier degré par ce cri horrible entendu. BOOM BOOM c’est la petite fille qui perd patience et y va de toutes ses forces avec son marteau, la voisine, quant à elle, est planquée derrière son fauteuil le plus éloigné, et elle a bien fait, car BRRRRR, le mur s’écroule. Bonjour… (La petite souris déménage, trop de bruit par ici, d’ailleurs son terrier est à vendre, si ça intéresse quelqu’un…) Un mini album tout carton avec trois onomatopées pour tout dialogue, et toute une histoire qui se raconte par la magie des illustrations, très parlantes.


Sur la bouche d’Antonin Louchard (Thierry Magnier)

al

Un livre à embrasser ! « Je suis un prince riche et charmant qu’un jour un sorcier très méchant en vilain crapaud a changé… embrasse-moi sur le nez ! » A chaque page, avec un joli petit texte et l’injonction du baiser qui rime, le crapaud nous promet monts et merveilles. Mais quand le petit lecteur, arrivé au bout de son périple bisounesque, attend alors « la » transformation, heu.. disons que… SURPRISE ! Ici on a drôlement ri en tout cas, et on a recommencé tout de suite la lecture, encore et encore 😉


Les ogres de Jean Gourounas (Rouergue)

jg

Ouh làlà, ouh làlà, c’est la panique chez les petits, heu… les petits personnages de toutes les couleurs dans la maison, il y a un gros, heu… un oeil immense qui les regarde par la fenêtre, et qui fait même « GrrRRRrrrrrRR ». Ca court, ça se cache (partout partout, y compris sous le chapeau du lampadaire ou derrière le rideau de douche), ça change de pièce, tout, mais le monstre est trop fort et avale tout le monde. Tout le monde ? Non, car un petit rouge a résisté et mord le monstre !… Epilogue vraiment très drôle qui remet tout en perspective et dédramatise complètement ce qu’on vient de lire (avec le plus d’emphase possible !). Un album tout carton qui ravira dès 2 ans, avec sa petite fenêtre découpée de page en page qui permet de faire une vraie animation. Très réussi ! Un teaser en vidéo sur le site de l’éditeur.


 Paco et Vivaldi de Magali Le Huche (Gallimard Jeunesse Musique)

paco

C’est toute une collection que Paco et la musique (Paco et le jazz, le rock, la fanfare, etc.) et je la découvre par cet opus consacré à Vivaldi. Proposé à partir de 3 ans (mais ça les intéressera avant), le livre unit avec bonheur une petite histoire (Paco se rend à Venise pour le carnaval), onze musiques de Vivaldi (Les Quatre saisons bien sûr mais aussi des concertos, sonate ou du chant !) et des sons plus amusants, comme le bruit des bisous ou des pigeons. Les illustrations ne sont pas en reste, luxuriantes et emplies de détails. Ce qui frappe dès la première utilisation c’est la qualité de la réalisation, le mécanisme fonctionne vraiment bien alors même que l’on appuie directement sur les pages en papier, et le son est bon (peut-être un tout petit peu fort). une excellente façon de leur faire découvrir la musique !


 Le dîner aux bougies d’Eve Herrmann et Roberta Rocchi (Nathan Jeunesse)

montessori

Où l’on retrouve Liv et Emy, les héroïnes des petites histoires Montessori, qui ce soir ont invité un copain à manger et dormir à la maison, lorsque tout à coup, il y a une panne d’électricité. L’occasion de dîner aux bougies, une expérience qui non seulement demande tout un tas de fines manipulations mais surtout sort de l’ordinaire ! Nos petites amies apprécient grandement (et donnent envie, il faut bien le dire :)) et nous proposent même un tutoriel (en final) pour fabriquer nous-même nos propres bougies. A tester !


Splat papa poule de Rob Scotton (Nathan Jeunesse)

splat

Splat est un petit personnage inventé par Rob Scotton, d’après le chat de ses voisins (un vieux matou édenté appelé Ninja); Splat se prête beaucoup plus à l’identification des jeunes enfants, car il leur ressemble (en plus poilu et plus moustachu). Ainsi, Splat va à l’école, et justement, c’est à son tour de prendre chez lui la caisse d’oeufs qui vont bientôt éclore (il faut donc les surveiller attentivement). Mais une fois apparus, les petits poussins ne cessent de courir un peu partout, donnant des sueurs froides à Splat qui compte bien les ramener tous en parfaite santé en classe… Recommandé à partir de 4 ans.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑