Hier ou jamais (Les Chroniques de St Mary Livre 5) de Jodi Taylor
Éditions Hervé Chopin (HC éditions) 2020, 332 p.
Traduit de l’anglais par Cindy Colin Kapen

« Croyez-le ou non, il y avait des règles. Tout le monde a besoin de règles. Après tout, comment peut-on enfreindre ce qui n’existe pas ? Les règles donnent un objectif à l’anarchie. »

Cinquième Livre des Chroniques de St Mary, qui vont en comporter dix au total, nous voici pile à la moitié. Si j’accusais un petit coup de moins bien au livre précédent c’est passé et bien passé, j’ai retrouvé un plaisir intact à suivre Max et ses troupes lors du grand incendie de Londres, à Florence pour rencontrer Botticelli, à Sparte pour croiser Léonidas ou même à St Mary de nos jours pour une journée porte ouverte aussi farfelue que le reste. C’est toujours drôle, vif et léger, ça ne se prend pas un instant au sérieux tout en nous donnant systématiquement envie d’approfondir un peu les événements historiques évoqués. Je me perds toujours un peu dans les paradoxes liés aux voyages dans le temps, mais c’est totalement accessoire de toute façon (pour moi en tous les cas). Une série aussi distrayante, on ne la manque surtout pas.

Les épisodes précédents sont là