Archives de l’exode de Becky Chambers
Traduit de l’anglais par Marie Surgers
L’Atalante 2019 coll. « La Dentelle du cygne », 368 p.

« Ma profession m’a appris que les pires offenses culturelles sont accidentelles. »

Ce dernier tome de la trilogie peut lui aussi se lire de manière indépendante des deux autres, bien que se déroulant évidemment dans le même univers. Prix Julia-Verlanger 2017 pour «L’Espace d’un an » et « Libration », Prix Hugo de la meilleure série littéraire 2019 pour « Les Voyageurs », on ne peut pas dire que Becky Chambers soit passée inaperçue et c’est mérité.
On suit dans ce tome les descendants des pionniers, ceux qui ont quitté la planète Terre après l’avoir bousillée, et qui vivent à présent dans la flotte, une société de vaisseaux dans laquelle sont reproduites les conditions de vie sur Terre (avec nuit artificielle etc.) qui ne doit sa survie qu’à l’aide des extra-terrestres, ayant accepté les humains dans leurs organisations unies et les faisant bénéficier de leurs (très grandes) avancées technologiques. Dans les vaisseaux, tout se recycle, et chacun a, de base, un toit, de l’air et à manger. Le travail rémunéré n’a plus de sens, et si chacun travaille pourtant effectivement c’est sur la base du volontariat et afin de se sentir utile (et tout le monde travaille). Une organisation exotique même aux yeux du lecteur, qui intéresse d’un point de vue ethnologique une espèce alien à tentacules, qui vient en visite chez une archiviste… J’avais tellement aimé « Libration » que les premières pages de ces « Archives de l’exode » m’ont déstabilisée, se retrouver comme ça à nouveau dans un vaisseau avec une narration chorale ne me plaisait qu’à moitié mais bien évidemment, sans même m’en rendre compte, j’étais ferrée, dedans complètement au point d’avoir les yeux très humides à plusieurs reprises (mais je suis extrêmement bon public aussi, il faut bien le dire). Je ne résiste jamais à la grandeur des sentiments et c’est tellement beau de voir un personnage s’ouvrir à la dignité… Vivement d’autres romans de Becky Chambers !