Danses aériennes de Nancy Kress
J’ai lu 2019, 573 pages
Ouvrage proposé par Ellen Herzfeld et Dominique Martel
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Paul Durastanti & Thomas Bauduret

« Onze vues de Nancy Kress » nous dit-on en guise d’avertissement, en précisant bien qu’il ne s’agit pas là du « meilleur » de Nancy Kress, qu’on devrait à tout le moins si on décidait d’en juger lire beaucoup de cette autrice, ce à quoi contribuent les éditions Le Bélial & Quarante deux, puisqu’ils ont entrepris la traduction de ces onze textes (nouvelles et courts romans), en en attendant d’autres. Il est évident que cette lecture donne envie de poursuivre avec Nancy Kress, tant l’univers qu’elle propose est à la fois dense et accessible. Intelligence artificielle, artefacts mystérieux, jeux d’ados dans l’espace, bactéries résistantes, manipulations génétiques, j’en passe, on évolue dans de la pure SF toujours contrée (amoindrie ? tirée vers le bas ?) par nous, les êtres humains. On commence à bien conceptualiser l’effroyable mal qu’on a infligé à notre planète et Nancy Kress s’y entend d’ailleurs pour nous le rappeler mais on espère peut-être encore être capables de mieux, de différent, ailleurs, plus tard ? Les histoires ici concoctées nous démontrent le contraire : mêmes conneries, indécrottables profiteurs dotés d’une vision à très court terme que nous sommes. En attendant c’est sacrément bien troussé, fascinant, prenant, facile à lire et une excellente porte d’entrée vers la SF pour qui aurait envie de tenter.

Le RSF blog détaille à merveille tout ceci.