Un drôle de truc pas drôle de Giulia Sagramola (Rouergue)

Ça se passerait comment si nos petites et grandes contrariétés se matérialisaient et nous accompagnaient toute la journée ? C’est ce que vit cette petite fille, qui remarque un jour une sorte de pelote d’un fil noir tout embrouillé qui refuse de la lâcher une seule seconde. Bientôt elle note également qu’elle n’est pas la seule à devoir transporter ça avec elle, elle constate que tout le monde, et même ses meilleurs amis, en sont chargés. Puisqu’on ne peut y échapper, autant aller voir de plus près de quoi c’est composé… Une allégorie (transparente) de tous nos « drôles de trucs » et une piste pour faire avec, on est preneur à tout âge ! L’album s’adresse ici aux enfants à partir de 5 ans et les guide avec son dessin tout simple et très concret.


Un appétit d’éléphant d’Éric Battut (Didier Jeunesse)

Une araignée tisse sa toile. Un éléphant la trouve parfaite pour faire de la balançoire ! Dame Araignée va alors pas-à-pas le préparer pour son repas, car elle a très très faim… Oh que c’est réjouissant ce beau sens de l’absurde, il faut voir notre petite dame faire sauter le très gros monsieur Éléphant à la poêle d’un tour de main très sûr, tandis qu’il apprécie la séance de trampoline ! Bien sûr, quand il s’agit de manger réellement, il ne se laisse pas faire. Mais sur un malentendu, il est toujours possible de voir éclore la plus belle des amitiés… Tout fonctionne dans cet album, le dessin, les contrastes, l’humour. Superbe ! Dès 2 ans.


Pierre et la sorcière de Gilles Bizouerne et Roland Garrigues (Didier Jeunesse)

Parution en format poche (collection les P’tits Didier) pour ce conte flamand raconté par le conteur (quel beau métier !) Gilles Bizouerne (avec le concours littéraire de Céline Murcier). On y suit le petit Pierre, un joyeux et téméraire petit garçon que son bon coeur met en danger. Deux fois. Bientôt trois… Ça remue, ça déménage, c’est effrayant à hauteur d’enfant et c’est violent aussi (pas trop) : tout ce qu’il faut pour exorciser quelque terreur informulée qui traînerait par là. Les illustrations, couleurs ardentes et encre de chine, sont riches et super belles. Un indispensable dans toute bibliothèque ! Dès 4 ans.


Sauveur & fils saison 5 de Marie-Aude Murail (L’école des loisirs)

« Pour faire la fête, expliqua Evelyne à son neveu, que cette abondance stupéfiait, il ne faut pas qu’il y a beaucoup, il faut qu’il y a TROP ! » : Cette saison 5 c’est ça, une fête. Donc il y a trop. Et c’est aussi ce qui fait que c’est réussi ! Nous retrouvons tous nos personnages chéris et adorés deux ans plus tard, et ça n’arrête pas une seconde. Cyber-harcèlement, famille recomposée, transgenre… des sujets difficiles faisant largement écho à une actualité récente, sorte de melting-pot un poil excessif, éteignent peu à peu la véracité et la vivacité des personnages. Louise, notamment, perd ses contours et je me suis demandée où et qui elle était, je n’y croyais plus du tout. Heureusement sa fille éclate, elle, d’humour et de fougue et évidemment, on ne décroche pas de ces 310 pages, toujours aussi plaisantes à lire. Vivement la saison 6 ! Dès 13 ans.


Laissez-moi tranquille… de Galia Bernstein (Nathan)

Où nous faisons la connaissance de Leyla, une petite babouine hamadrya – enfin, un singe femelle de la famille des babouins hamadryas, je ne sais pas si on dit babouine, en fait ?… Quoi qu’il en soit Leyla a une trrrrès grande famille, et ils vivent tous ensemble. Elle n’en peut plus d’être sans cesse câlinée et tout ça (sa vie est dure, non ?….). Elle fera un jour la connaissance d’un lézard qui lui apprendra un truc de dingue : faire RIEN. Tout est sympathique dans cet album destiné aux 3 ans et plus, jusqu’à la postface, explicative et mignonne. On valide ici !


Denise et moi de Barroux (Seuil Jeunesse)

Pour son anniversaire, le petit héros de cet album est content, très content. Il reçoit de très beaux cadeaux, et notamment une plante qui s’appelle Denise. Comme il est très occupé, il demande à un peu tout le monde de l’aider à en prendre soin : sa soeur quand il doit sortir, sa grand-mère quand il ne trouve pas sa soeur, etc. Mais au fur et à mesure, il ne trouve plus personne, Denise est seule. Seule ? Vraiment ? Surprise final en pop-up qui éclate hors des pages pour un album très réussi, mêlant humour et un délicieux zeste de frayeur *pourdefaux* (les meilleures). Dès 3 ans.


Tape dans ma patte ! de Dorothée Copel, Céline Murcier et Marie Novion (Didier Jeunesse)

On poursuit la découverte de la collection « À petits petons » avec ce conte russe revisité : Papa ours doit aller pêcher pour donner à manger à ses oursons mais à peine a-t-il le dos tourné qu’ils font des bêtises. Il lui faut quelqu’un pour les garder ! Il embarque une fournée de délicieux gâteaux maison et le voilà en route avec sa troupe. À chaque baby-sitter potentiel rencontré, il promet les gâteaux mais s’enquiert avant de leur conception de la garde d’enfants. Aucun candidat ne convient ! Aucun, jusqu’à… Adorable jusque dans les détails, avec beaucoup de bonne humeur dans le texte (onomatopées, répétitions…). Dès 3 ans.


Kiki en promenade de Marie Mirgaine (Les Fourmis Rouges)

Julien promène son chien. Mine de rien, sa promenade l’emmène dans un sacré périple, il faut le voir grimper, enjamber la mer, gravir des rochers, des murs, j’en passe, le tout sans sembler même s’en apercevoir, dans la plus grande des facilités et des indifférences : premier indice du côté vaporeux du truc… Conte de randonnée par excellence, « Kiki en promenade » possède ce petit truc qu’on a ou pas, cette grâce jouant des codes de l’absurde et de l’imaginaire pour jeter un trouble délicieux dans les esprits. Au départ, oui, c’est bien Kiki qui se promène avec Julien. Mais il est vite remplacé, par des animaux aussi incongrus que disparates. Ah oui ? Vraiment ? A lire, relire et observer encore, tant l’ensemble est fascinant et les illustrations, à base de collage et de couleurs tranchées, apportent encore à la douce confusion de nos sens. Dès 4 ans.