Chaplin en Amérique de Laurent Seksik & David François
Rue de Sèvres 2019, 73 pages

Premier volume d’un triptyque (une parution par an), cette BD n’est pas une biographie académique. On y rencontre le jeune Charles Chaplin tandis qu’il se rend en Amérique, par bateau en ce tout début du XX° siècle. Encore totalement inconnu, il est déjà hâbleur, sûr de lui, certain de son génie et de sa future gloire. Et en même temps, il est aussi ce rejeton d’une famille dysfonctionnelle de saltimbanques qui court les cachetons. On le suit de début en succès, avec les corollaires immédiats de la célébrité, l’envie et la médisance. Et lorsque ça démarre enfin vraiment pour lui, sa petite amie du moment lui annonce sa grossesse en même temps que son âge véritable… Le sujet (difficile de choisir plus grand que Chaplin, un personnage fascinant s’il en est) et l’angle (intimiste) choisis pour cette biographie sont très intéressants, je suis plus circonspecte quant au dessin. Certaines propositions sont enthousiasmantes, le rendu des passages ciné, le côté métaphorique de certains concepts, mais le dessin en lui-même ne me plaît pas beaucoup, j’ai du mal à reconnaître les traits des différents personnages qui se ressemblent beaucoup trop et qui sont tous assez moches, je trouve. Néanmoins, la BD m’a « prise » et je l’ai lue d’une traite, suffisamment accrochée donc pour attendre la suite, en 2020.

Publicités