La Chasseuse de trolls de Stefan Spjut
Actes Sud Exofictions 2019, 633 pages
Traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud

Croyez-vous aux trolls ? Susso, elle, consacre un site à toutes leurs manifestions, jusqu’à présent l’occasion surtout de prouver des supercheries. C’est une cryptozoologue sérieuse et appliquée. Un jour, c’est une mamie inquiète qui la contacte : elle a aperçu quelque chose ou quelqu’un de très petite taille et d’un physique étrange qui les observait depuis l’extérieur, elle et son petit-fils. Susso n’hésite pas à traverser la Suède pour déposer un appareil photo se déclenchant avec les mouvements : bingo, et la photo est vraiment très étrange. C’est alors que le petit-fils disparaît…
Stefan Spjut signe ici un roman envoûtant qui prend tout son temps pour nous lier à ses personnages. À la fois thriller surnaturel et immersion profonde dans la société suédoise, il joue beaucoup sur les ruptures de rythme et prend un malin plaisir à nous égarer. Ainsi, les premières pages, bien qu’essentielles à l’intrigue, semblent détachées du reste et ne sont pas représentatives. La mère de Susso prend aussi la parole ponctuellement, sans être jamais pourtant un élément important.
Mais la magie opère de belle façon et on s’enfonce avec délectation dans les légendes et le folklore scandinaves, attentifs aux indices distillés et sous le charme, tout simplement..
« La Chasseuse de trolls », roman atypique s’il en est, est annoncé comme un diptyque, j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Susso !

Publicités