Les inventrices et leurs inventions d’Aitziber Lopez et Luciano Lozano (trad. Sébastien Cordin) (Éditions des Éléphants)

Le chauffage pour les voitures, le Monopoly, les couches jetables, le lave-vaisselle, le kevlar, les fusées de signalisation, le verre antireflet, le principe du wifi (bluetooth et GPS), la seringue médicale, le périscope sous-marin, les tests diagnostiques, le canot de sauvetage, l’essuie-glace, l’ancêtre de la liseuse électronique et la vidéo-surveillance domestique : tout ceci a été inventé par des femmes. Avec des illustrations joyeuses et simplifiées, chacune de ces inventions est présentée en précisant ce qu’elle apporte de nouveau par rapport à ce qui existait auparavant, accompagnée d’une brève biographie de l’inventrice. C’est super, vraiment, ça donne envie de poursuivre cet inventaire enthousiasmant, mais on ne peut pas s’empêcher de chercher les françaises, la majorité des femmes présentées ici étant américaines. Il n’empêche, offrons ce vivifiant album très largement autour de nous, dès 6 ans.


Lionel et le perroquet d’Éric Veillé (Actes Sud Junior)

Où Lionel essaie d’apprendre à parler à son perroquet (mais ça ne marche pas super top). Alors bon, au bout d’un moment (on verra que Lionel est patient, tout de même), Lionel s’énerve un petit peu quand même. Mais après le perroquet pleure ! Lionel a des remords. Il lui faut une super idée… Un tome des aventures de Lionel que j’ai trouvé particulièrement réussi, très drôle et encore plus en le lisant à haute voix. Un indispensable ! Dès 9 mois (je le conseille vers 2 ans celui-ci).


Ma maman et MOi Les premiers jours des bébés animaux d’Orith Kolodny (Actes Sud Junior)

Les bébés animaux et leur maman ont des interactions très différentes les uns des autres. Certains ont besoin d’une seule semaine, d’autres neuf mois, ça peut être aussi trois ans, chacun est différent et dépend d’elle pour certaines choses. Et le petit homo sapiens ? Orith Kolodny nous dit tout, tout, tout, du phoque au kangourou jusqu’à… toi ! (Ne t’inquiète pas, tu ne quitteras ta maman que quand tu seras vraiment grand). Dès 2 ans.


Stina de Lani Yamamoto (Helvetiq) Trad. Corinne Verdan-Moser

« La fille qui avait peur du froid » claironne le bandeau, et on va voir que Stina élève l’art de l’évitement jusqu’à un niveau inégalé. En effet, elle a développé des stratégies impressionnantes pour éviter la sensation de froid en toutes saisons (inventions à l’appui). Mais un jour de tempête de neige, des enfants vont trouver refuge dans sa maison bien chauffée et percer sa carapace d’isolement… Un album à la fantaisie bleutée qui nous offre en cadeau la façon de tricoter sans aiguilles et une excellente recette de très bon chocolat chaud. Dès 4/5 ans.


Les étonnantes aventures du merveilleux minuscule Benjamin Berlin

de Julien Dufresne-Lamy (Actes Sud Junior)

Où l’on suit l’année que Berlin passe au Japon (son père est diplomate). 12 ans, haut comme trois (petites) pommes, en bisbille permanente avec sa (rebelle) soeur aînée et surtout, doué d’un pouvoir magique, Benjamin Berlin (dit Berlin) nous emmène dans le « vrai » Japon. On l’y suit  tandis qu’il apprend le japonais (c’est pourquoi il commence par quelques semaines en primaire), puis au collège où il se fait deux amis-pour-la-vie. La gouvernante à la maison qui tente de les initier au « bon » comportement japonais, la meilleure amie de sa soeur si kawaï, les rues, les quartiers, les magasins et leurs enseignes en français qui ne veut rien dire, le réseau social où il FAUT être, tout nous immerge profondément dans ce pays fascinant et chaque page nous apporte son lot de surprise. La petite touche de magie supplémentaire passe bien mais n’est pas ce qui m’a rivée aux pages, on l’aura compris. Préconisé à partir de 10 ans, je certifie qu’il se lit avec beaucoup de plaisir multiplié par 5.


Comment lire un livre ? de Daniel Fehr et Maurizio AC Quarello trad. Camille Guénot (Kaléidoscope)

C’est le genre de question à laquelle on ne résiste pas, surtout avec un aussi gros point d’interrogation en couverture. Alors, comment lire un livre, Mmm ? Celui-ci, en tout cas, ne va pas se laisser faire comme ça. Tout de suite, on prend les personnages à l’envers. Ils ne sont pas très contents, nous demandent de retourner le livre, mais surprise, à la page suivante, comme ils ne comptaient pas tellement qu’on le fasse, ils sont encore à l’envers. Suivent alors diverses tentatives pour tout remettre dans le bon ordre – car oui, on a un peu mis le bazar, la mer commence à couler depuis le haut et tout est chamboulé partout – et pas que chez les personnages ! Croyez-moi qu’il est grand, ce livre ! Et que de le secouer, de le tourner, etc., ce n’est pas si facile ! On se trompe, forcément, on repart en arrière, on rit beaucoup et après bien des péripéties, c’est fini, tout le monde est trop fatigué pour raconter une histoire. Sauf que… (petite surprise finale pour ceux qui n’auraient pas été très attentifs). À proposer dès 4 ans.


La petite épopée des pions d’Audren et Cédric Philippe (MeMo, petite Polynie)

Dans cette boite, tous les pions s’appellent Sasha. Ils mènent une vie rangée, obéissant à la main qui règne sur leur univers. Elle les sort, les manipule, leur assigne une place sur un plateau de bois, ils sont heureux, croient-ils. Ils ne peuvent pas en être sûrs, ils ne connaissent rien d’autre. Parmi les Sashas, il y en a un qui a envie d’autre chose. De connaître le Monde, bien sûr, mais surtout de changement, de mouvements, de surprise. Il va être servi… Un roman à proposer vers les 8 ans (plus ou moins, comme l’indique la collection…) qui offre des illustrations assez majestueuses, tout en noir et blanc, fourmillantes de détails et un suspens  bien tenu.