Seul sur Mars de Jon Agee (Seuil Jeunesse)

C’est un petit astronaute bien décidé qui nous emmène avec lui sur Mars. Personne n’y a jamais  rencontré un signe de vie, mais lui est venu avec un cadeau (ce qui change tout, nous en conviendrons aisément). Il a beau explorer la planète en long, en large et en travers, c’est tout déçu qu’il reprend le chemin de la maison. Sauf que… Une excellente surprise que cet album reprenant (avec malice) le titre d’un roman et d’un film célèbre. J’aime la SF aussi pour les petits (dès 3 ans) ! Les illustrations sont assez dépouillées mais très efficaces et le petit lecteur en voit bien plus que le héros, ce qui lui plaît toujours beaucoup. Et c’est un grand oui pour la chute rigolote !


Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment d’Amélie Jackowski (Rouergue)

Un album pour accompagner la mise au dodo, dès 1 an : grâce au petit refrain qui revient comme une ritournelle (Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment) on ponctue quelques petites phrases toutes simples, illustrées de manière dépouillée, tantôt abstraite, tantôt figurative. Les tonalités offrent un fort contraste (très adapté à cet âge) et le cartonnage est solide, le livre ne craint rien. J’adore la couverture !


Lulu l’agneau qui n’en faisait qu’à sa tête de Sylvain Victor (Thierry Magnier)

Michel le mouton qui n’avait pas de chance et Brigitte la brebis qui n’avait peur de rien (deux albums précédents qu’il n’est que trop conseillé de lire – avant, pendant ou après celui-ci, pas d’importance) ont un bébé : Lulu ! Ce petit agneau n’aime pas les framboises (ses parents en raffolent) mais beaucoup les câlins et surtout, surtout, il aime n’en faire qu’à sa tête. Le long de ses aventures (désopilantes) on ne cesse de s’émerveiller de la double lecture possible; l’enfant (dès 2 ans) va tout prendre littéralement, Lulu a sommeil alors la nuit tombe (pratique), Lulu a envie de voler alors un rapace l’emporte (bien sûr) et ainsi de suite. L’adulte, lui, voit la réalité derrière les fanfaronnades et s’amuse beaucoup à la mettre en évidence pour le petit lecteur. Quelle joie alors de rire ensemble ! À noter le format qui propose une toute première approche de l’univers BD.


Truffe et Machin d’Émile Cucherousset et Camille Jourdy (MeMo) (Petite Polynie)

Truffe et Machin nous accueillent pour trois petites histoires dans leur univers, celui de deux frères lapins adorant faire des bêtises et ne reculant devant aucune idée, aussi lumineuse soit-elle ! D’abord, ils l’ont perdue, l’idée. Beaucoup d’aventures pour la chercher, avant de retrouver le terrier familial (jamais très loin) et Maman (un peu impressionnante, Maman). Nous les suivons ensuite dans une grande capture : attraper leurs ombres ! avant de se mettre à chercher leurs dents, avec l’aide d’une petite gerbille détective (pas très douée mais très volontaire). Impossible de résister à leur innocence espiègle, surtout qu’elle ne cesse de reprendre les grands hits de l’imagination infantile (cette idée de creuser la terre pour capturer l’ombre par dessous !), et on se régale à lire avec ou pour les enfants d’à peu près 7 ans (plus ou moins nous indique-t-on :)). Pas mal de texte mais aussi de grandes et belles illustrations.


Les petits tracas de Théo et Léa de Jean-Philippe Muzo (Actes Sud Junior BD)

J’aime pas l’école ! et J’aime pas les légumes !

On retrouve Théo et Léa aux prises avec deux problèmes distincts : l’un n’aime pas les légumes et l’autre c’est l’école qui lui pose problème. Enfin, jusqu’à ce qu’ils comprennent de quoi il retourne au lieu de se cantonner aux idées reçues ou à la facilité. Deux BD sympas comme tout qu’on peut lire dès 5 ans et qui décortiquent gentiment des thématiques quotidiennes, en mettant toujours l’accent sur le bon sens.


T’choupi se brosse les dents de Thierry Courtin (Nathan)

`

Ça fait bizarre d’avoir lu tellement de T’choupi à Fiston quand il était petit et de voir à quel point l’une de mes petites-filles accroche bien elle aussi, malgré plusieurs décennies écoulées depuis. Mais c’est vrai que T’choupi a tout pour plaire, dès 2 ans ! Il est gai, rond, gentil, les albums sont colorés, solides, les pages plastifiées et maintenant on peut même écouter l’histoire sur l’application Nathan Live (très facile à utiliser). Normalement je n’aime pas trop ça (parce que c’est trrrrrès lent), mais quand dans l’histoire il y a une petite chanson (vous savez, celle du brossage de dents…), c’est sympa d’avoir le « bon » air pour lire soi-même l’histoire à voix haute ensuite. Bref, T’choupi, c’est toujours oui !


Cocotte tricote de Christine Beigel et Christine Destours (Didier Jeunesse)

« Tric tric, cot cot, cocotte tricote » : autant vous habituer tout de suite, vous allez prononcer cette petite ritournelle à chaque page. Non seulement elle aime beaucoup ça, tricoter, cocotte, mais en plus elle a des tas d’amis qui ont tous besoin d’écharpes, de bonnets, de gants, car il fait très froid, cet hiver. Mais au bout d’un moment, la laine finit par manquer. Que faire ? Cocotte est maligne, alors elle… détricote ! Puis retricote ! « Tric tric, cot cot, cocotte tricote« , elle n’arrête pas, pour le plus grand plaisir du petit lecteur, dès 2 ans.


L’imagier rigolo des véhicules (Ouistiti fait rire les petits) (Nathan) de Florence Langlois

Ça fonctionne par double page dans cet imagier, selon le principe suivant : d’abord, présentation des véhicules et de la situation. Par exemple, tandis qu’un train passe nous pouvons voir un vélo, une remorque emplie de poules tirée par un tracteur, avec un tricycle un peu plus loin. « À ton avis, petit ouistiti, que va-t-il se passer ?« , demande-t-on. Et sur la page suivante, la remorque a versé et il y a des cocottes partout, partout… Dès 18 mois, les petits lecteurs ont beaucoup de plaisir à jouer avec les devinettes, surtout quand ils ont mémorisé les situations !


La tour Eiffel fait du ski de Mymi Doinet et Mélanie Roubineau (Nathan) (premières lectures)

La tour Eiffel est l’héroïne d’une série dans la collection « Premières lectures« , pour ce volume-ci catégorie « Je commence à lire« , soit la possibilité pour le jeune lecteur de lire seul les bulles (façon BD), le long d’une histoire de saison, puisque la tour Eiffel emmène Samy rentre visite son arrière-grand-mère à la montagne, l’occasion de constater que c’est bien utile d’être très grande. Mettons vite nos bonnets et nos gants parce que ça donne toujours envie d’aller la tâter par soi-même, de voir de la neige partout comme ici ! Dès 6 ans.