Les inoubliables de Fanny Chartres (École des loisirs, Médium)

Loulou c’est Luca, petit prodige roumain du violon venu avec son père perfectionner sa technique en France. Il est EANA, Elève Allophone Nouvellement Arrivé, et dans sa classe ils sont un petit groupe, les Zéanas donc, de différents horizons, qui vont se lier d’amitié et ensemble nous faire éprouver ce sentiment si particulier qui n’a pas de mot précis en français (à ma connaissance ?), le dor roumain, cette « douleur de la joie », s’apparentant vaguement au manque et à la nostalgie. L’histoire est celle d’une bande de potes face à l’adversité (ici, vivre en France quand on l’a tant rêvée et qu’elle nous fait nous sentir très étranger) mais le texte est entièrement sous-tendu par l’histoire de la Roumanie (à hauteur d’enfant) et c’est à la fois émouvant et instructif. J’ai beaucoup aimé. À partir de 12 ans.


Mes Baby Docs Sonores : Les pompiers de Marion Zoubenko et Charlie Pop (Gründ)

Carton plein avec ce petit livre sonore à offrir dès 2 ans : c’est tout ce qu’ils aiment, et bien au-delà de l’âge préconisé. La sonnerie du téléphone, l’alarme, la sirène, ça retentit de partout et l’univers de la caserne est parfaitement rendu. Préparez-vous à entendre sonner un bon paquet de fois…


Vassilia et l’ours de Françoise de Guibert et Laura Fanelli (Seuil Jeunesse)

Nous sommes quelque part en Russie. Vassiia est très amie avec un ours, pourquoi, comment, ça nous ne saurons pas, en revanche, nous pouvons apprécier leur belle amitié. L’ours est très curieux, la vie Vassilia l’intrigue énormément et il a tendance à s’approcher de plus en plus du village, ce qui effraie la petite fille. Si on le voit, on va prendre peur, et le chasser, le poursuivre, lui faire du mal peut-être. Alors pour qu’il cesse de se demander comment c’est, elle décide un jour de le prendre chez elle pour un soir… Je ne sais pas trop ce que les enfants vont penser de l’épilogue (à partir de 4 ans) mais je suis moi aussi très curieuse de le savoir. En attendant (je n’ai pas d’enfant sous la main là tout de suite) je me régale avec les belles illustrations très russes et le goût fantasmé de la solianka.


Mes premières chansons volume 2 d’Olivia Cosneau (Gründ)

On continue avec les livres sonores (ils plaisent absolument TOUJOURS et À TOUS) en reprenant une fournée de comptines : « Les petits poissons », « Y a une pie », « Mon petit lapin » et « La famille tortue » (ma préférée), le tout illustré avec beaucoup de bonne humeur et de couleurs vives. Dès quelques mois !


Au secours des Zulus-Papous de Thierry Dedieu (Seuil Jeunesse)

C’est un très grand album que nous propose ici Thierry Dedieu, à proposer dès 5 ans. On y voit l’irruption de la société dite moderne dans un monde plus traditionaliste, celui des zulus-papous. Alors qu’ils sont là, tranquilles, à vivre selon leurs habitudes, ils voient débarquer ce qu’ils appellent un gros frelon jaune, qui transporte un très gros scarabée, qui détruit tous les arbres. Ils sont impuissants face à cet envahissement, aucune de leurs armes n’est efficace. Tout change avec l’apparition d’une petite grenouille… À hauteur d’enfant, c’est la preuve qu’on peut arrêter les massacres. Vu de plus haut, c’est l’absurdité d’un monde qui veut bien préserver au nom d’une certaine rareté mais abat et détruit sinon l’essence même de ce qui nous permet la vie. Les illustrations impressionnent par leur simplicité qui n’empêche pas leur très grande efficacité.


Bienvenue Tristesse d’Éva Eland (Trad. Ilona Meyer) (Les éditions des éléphants)

Quel joli album ! Avec une infinie douceur, il explique – mieux, il démontre – à l’enfant (dès 3 ans) que la tristesse fait partie de la vie, que ce n’est pas grave d’être de temps à autre triste. À l’aide de trois couleurs et d’un dessin tout simple, on boit un chocolat chaud, on dessine, on fait un tour au milieu des arbres et quand on se couche, en ayant accepté Tristesse à ses côtés, il arrive souvent qu’elle reparte comme elle venue à notre réveil. Jusqu’à son prochain passage, dont on mesurera alors mieux le côté éphémère. À noter la couverture légèrement en relief, qu’on aime caresser.


L’ours et le canard de May Angeli (les éditions des éléphants)

Un canard s’emmêle les pattes et se blesse, réveillant un ours en train d’hiberner. Aie aie aie ? Pas du tout, car notre ours est un gentil. Il va soigner l’imprudent et au fil des jours, devenir son ami très cher. Mais c’est la loi de la nature pour les canards que de migrer. Que c’est triste quand on est tout seul, après avoir perdu un ami. Mais !?… Une très jolie histoire toute simple qui réjouit par son côté prévisible (à 4 ans on aime prévoir, tellement) et dont les illustrations sont superbes.


 

Publicités