Paris 2119 de Zep (scénario et storyboard) et Dominique Bertail (dessin)
Couleurs Gaétan Georges et Dominique Bertail
Rue de Sèvres 2019, 80 pages

C’est comment, Paris, en 2119 ? Pas top. Depuis le programme de désinfection de l’atmosphère il pleut tout le temps, et même si le métro existe encore (et l’Eurostar, d’ailleurs, un par jour, à ses risques et périls…), plus grand monde ne l’utilise. Plus grand monde ne sort dans la rue, en fait, parce qu’il existe le Transcore, la téléportation à la portée de tous. Aller à l’autre bout du monde ou à deux rues de chez soi prend le même temps : aucun. C’est instantané. Mais pas Tristan Keys. Non, lui c’est un rebelle dans l’âme, il continue de (se) poser des questions, sur tout, tout le temps, il écrit, des textes, pas des romans, auxquels seize personnes (en gros) s’intéressent, incluant sa mère et sa petite-amie. Il marche, il veut voir les gens « en vrai » pour leur parler, il trouve que la nourriture ne ressemble plus trop à de la nourriture, il est nostalgique d’usages (dé)passés, bref, c’est un petit peu un chieur quand même, il faut le dire. Avec une pointe de rigidité aussi dans son comportement. Mais un jour, il se met à douter encore plus…
Qui n’a jamais appelé de ses voeux la téléportation pour éviter toutes ces heures d’ennui mortifère coincé dans une voiture qui donne mal au coeur ? Gageons que cet album (une histoire unique) va calmer quelques ardeurs et éventuellement donner envie de bouger un petit peu ses pieds.
Superbe ambiance, dessin léché, histoire prenante, futur rendu en de nombreux détails saisissants, une BD très réussie !

Publicités