En ce (glacial) samedi 19 janvier 2019 je viens de tomber dans un tremblement de temps très caractéristique de l’utilisation usuelle du net. En effet, alors je que consultais mes actualités Facebook, je tombe sur ceci :

Stéphanie Pelerin

Je crois que c’est LE livre que j’attendais le plus en ce début 2019
Eve Borelli c’est l’autrice drôle et brillante à la fois. C’est une amie en or, comme il en existe peu ! Et pour ceux qui se demandent, j’ai fait un énorme sacrifice en mangeant une mini galette pour pouvoir illustrer la photo !

Aucune description de photo disponible.
Ne connaissant pas cette autrice, je lance une recherche et lis les avis concernant son roman précédent, qui se déroule dans l’univers du cirque. Ce faisant, je constate que plusieurs internautes utilisent pour en parler le terme « circassien », que je ne connaissais pas (non plus. C’est fou tout ce que je ne connais pas, et pourtant, je suis curieuse de nature !). Donc je tape « circassien » dans le moteur de recherche et le premier site que j’ouvre me confirme :
circassien , adjectif Féminin circassienne.

Sens 1
Mais ça me semble étrange (de ne jamais l’avoir croisé auparavant), alors je continue.

Le Larousse est très clair :

circassien, circassienne

adjectif et nom

De Circassie.


 

Point. Pourtant juste dessous il y a un article du Midi Libre qui s’en donne à coeur joie :

« L’objectif est d’apprendre les rudiments de l’art circassien : jonglerie, trapèze, acrobatie, équilibre sur fil, trampoline et bien d’autres numéros qui serviront pour la représentation du spectacle de fin d’année du 18 juin. »


 

Et ce sont finalement les archives du journal « La Croix » qui me donnent l’explication :

Aussi curieux que cela puisse paraître, il semble n’y avoir guère de raison objective à l’emploi de ce mot pour désigner les artistes de cirque. Pour le dictionnaire Le Robert, il serait apparu en France en 1584 et proviendrait de Circassie, une région du Caucase septentrional. Par la suite, il s’est appliqué à une robe en gaze à la mode, à l’orée de la Révolution française, puis un tissu de laine et de coton sous la Restauration. Pour Bernard Kudlak, directeur du Cirque Plume, il s’agirait en fait d’un glissement sémantique dû à un emploi abusif. Les artistes de cirque s’en seraient emparés pour l’appliquer à l’univers du cirque, la Circassie exprimant pour eux la notion de pays lointain et de peuple libre et sauvage.


 

J’ai trouvé ce petit intermède très intéressant 😉