Orange amère d’Ann Patchett
Actes Sud 2019, 302 pages
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Frappat

Ça commence lors du baptême de Franny. Bert déboule avec la première chose qui lui est tombée sous la main, une grande bouteille de Gin. Il connaît vaguement le père, il s’incruste avec culot, désireux de passer quelques heures loin de ses enfants turbulents et de sa femme enceinte du quatrième. Il rencontre alors Beverly, la mère de Franny et leurs destins à tous en sont bousculés à jamais. Divorces, déménagements, familles recomposées, jusqu’au drame. Des années plus tard, Franny raconte son histoire à son amoureux, un écrivain célèbre, qui met tout ça dans un roman, occasionnant de nouveaux remous. Enfin, quelques années plus tard encore, un film est adapté du roman… Oh le bon roman que voilà. Une histoire de famille (mais pas que), une histoire avec des écrivains et des lecteurs (mais pas que), une histoire qui brouille un peu les époques (mais pas trop), bref, une sacrée bonne histoire. Ann Patchett est une excellente conteuse, elle accroche son lecteur dès les premières pages et sait le surprendre tout en l’attachant de plus en plus fort à ses personnages, en équilibre sur un fil désenchanté. Un coup de coeur !

Publicités