Un cadenas sur le coeur de Laurence Teper
Quidam éditeur 2019, 189 pages

Il faut ouvrir ce premier roman en n’en sachant rien, comme ça, comme le premier de 2019. On apprécie les exergues, dans un premier temps, le fameux « all is true » du père Goriot, et ceci :

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer.

C’est un roman découpé en trois actes, comme au théâtre.
Acte 1 : présentation des personnages, à hauteur d’enfant puis d’adolescente.
Acte 2: révélation
Actes 3 : retournement de situation et enquête.

Le ton évolue lui aussi, d’abord volontiers caustique et moqueur, il se fait candide et fragile avant de prendre de la vigueur et de trouver sa voie en épilogue. Le tout nous raconte Claire Meunier bien décidée à connaître la vérité sur sa naissance, sa famille, ses origines. Et c’est passionnant ! Une quête des origines qui évite les pièges du convenu, du larmoyant ou de la farce outrancière, qui a su trouver la juste distance et accroche le lecteur très habilement.

Publicités