Cache-cache ville d’Agathe Demois et Vincent Godeau (Seuil Jeunesse)

D’abord, on lit une histoire tout ce qu’il y a de « normale » : Tout est tranquille, à Cache-Cache ville.  Chacun est occupé chez soi à faire ce qu’il a à faire (en rimes, le plus souvent), et si on peut se poser la question du rouge permanent, on peut supposer qu’il s’agit d’un choix délibéré, et puis voilà. Oui mais derrière le rouge, on voit bien qu’il y a quelque chose; c’est vague, c’est diffus, mais c’est là. Une fois l’histoire terminée, reprenons dès le début muni de la grande loupe collée derrière la couverture : ce qu’on va voir est bien différent !… A proposer dès 3 ans à tous les petits enquêteurs en herbe qui n’aiment rien tant que débusquer les surprises qui se cachent.


Eden t.1. Le visage des sans-noms de Carole Maurel et Fabrice Colin (Rue de Sèvres)

Premier tome BD d’une série de SF pour ado (young adult), « Le visage des sans-noms » plante efficacement le décor et l’ambiance dans lesquels nous allons évoluer. Deux catégories de population (les pauvres et les autres), une résistance organisée, une sélection à quinze ans permettant – théoriquement – de passer d’une caste à l’autre, une soeur désireuse d’aider son frère etc. Pour qui a déjà vu ou lu de nombreuses séries empruntant l’une ou l’autre des caractéristiques précédemment évoquées l’univers proposé ici n’est pas suffisamment différent, mais pour la cible (les grands adolescents) c’est une excellente entrée dans le genre dystopique qui contient en germe la promesse d’une bonne histoire bien illustrée.


Mini-Loup dans l’espace de Philippe Matter (Les albums Hachette)

On se demande ce qui est le plus extraordinaire dans cet album : que Mamie et Papi-Loup invitent leur petit-fils avec QUATRE de ses amis (les inconscients^^) ou la suite de leurs aventures spatiales des plus farfelues. Quoi qu’il en soit, tout est bien qui finit bien et le dessin est des plus sympathiques. A proposer dès 4 ans, fonctionne également très bien pour une première lecture solo.


Ocean Pals Sea Activity Book (SKK Baby)

Un livre d’activités est tout à fait indispensable à tout bébé qui se respecte, et j’aime particulièrement celui-ci (acheté en France, je précise car ça ne se voit pas :)) : les couleurs sont vives, chaque « page » produit un son différent, il y a un miroir (plastique), un scratch, un « pouic-pouic » sur lequel appuyer, des matières différentes à toucher, caresser, tirer, une queue à mordiller et un nez en peluche, bref, le plein de sensations. Dès quelques semaines. (Le seul petit hic, ne se lave pas en machine)


Histoire du pommier qui rêvait d’être un sapin de Joanie Desgagné et Juliette Barbanègre (Seuil Jeunesse)

Alice est passée par cette forêt de sapins. Oui, oui, « la » Alice (du moins, à en croire l’arrière de sa robe, que l’on aperçoit). Et parce qu’elle avait fini de manger une pomme, et qu’elle en a jeté le trognon, un pommier s’est mis à pousser là. Entouré de milliers de sapins. Seul, très seul dans son genre. Chaque année, il voit les gens venir en décembre « libérer » des sapins. Il sait leur devenir, ornés et parés de milles couleurs, veillant sur des trésors précieux, humant de délicieuses odeurs. Lui, personne ne le remarque. Et si on le regarde, c’est avec indifférence. Il n’est pas un sapin. Cet hiver-là, il est fatigué. Las d’être si seul. Mais ?!… Un album très poétique, aussi bien dans son texte (tout simple) que par ses tonalités sombres mais néanmoins lumineuses. Très touchant. Dès 3 ans.


Bonjour Papa Noël ! Mes premières histoires animées (Kididoc) de Nathalie Choux (Nathan)

Les petits ne se lassent pas des Kididoc, c’est comme ça. Notre stock est pourtant conséquent, mais chaque nouvelle entrée est une source de curiosité. Celui-ci est parfait pour préparer Noël et dès 6 mois bébé s’amusera beaucoup à pousser, tirer, en haut, en bas, à gauche, à droite, tout en observant l’imaginaire mis en place pour Noël et ses déclinaisons de vert et de rouge. Solide, joli, résistant, que demander de plus ?


Je découvre Mozart et ses instruments illustrations de Delphine Renon (Didier Jeunesse)

Mes petites-filles sont très friandes de livres sonores, et Mozart est idéal pour les voir agiter leurs petites mains en rythme. Les extraits ont une durée parfaite, ni trop longue (elle se déconcentreraient), ni trop courte (elles ne pourraient pas danser !) (à tester sur le site de l’éditeur), les illustrations offrent de multiples détails à observer et chaque instrument est identifié. A offrir dès 1 an, avec son petit copain : Je découvre Le Carnaval des animaux et ses instruments, où c’est Camille Saint-Saëns qui est à l’honneur.


Ana Ana Douce nuit D’alexis Dormal et Dominique Roques (Dargaud Jeunesse)

Ana Ana, c’est la petite soeur de Pico Bogue, le très poétique, lunaire et amusant héros de la BD éponyme. Cet album est le premier tome de la série qui lui est consacrée (je crois qu’il y en a eu une bonne dizaine depuis déjà) et elle est tout de suite sympathique, cette petite fille : elle lit. Plus exactement, elle est plongée tout entière dans un livre passionnant, effrayant, hilarant et captivant, ce qui empêche ses doudous de dormir : elle « vit » son livre. Mais quand arrivent les bâillements et sa propre envie de dormir, ils ne l’entendent pas de cette oreille… Moi je suis tout à fait conquise par Ana Ana : tout me plaît, y compris le savant mélange entre album et bande dessinée, idéal pour une transition en douceur vers 3 ans. Reste à le proposer à mon testeur en chef, s’il aime de toute façon il voudra toute la série 🙂


Summer Kids de Mathieu Pierloot (Médium, École des loisirs)

Une jolie découverte que la plume de Mathieu Pierloot, car si ce roman s’adresse aux adolescents (dès 13 ans), il se lit avec grand plaisir bien au-delà. On y suit Antoine l’été après le bac, quand il ne sait absolument pas ce qu’il fera l’année prochaine et n’y accorde pas la réflexion que ça mériterait : il est en pleine peine de coeur. Hannah, dont il est amoureux depuis la petite enfance et avec qui il était en couple depuis plus d’un an, l’a quitté. Dévasté, il va bien falloir qu’il occupe son été… 154 pages qui filent à toute allure et s’offrent le luxe de ressembler au Tardis du Doctor Who : c’est bien plus grand à l’intérieur. Subtil, drôle et tendre, un carton plein.