Harold Cummings prend la tangente de Steven Boykey Sidley
Belfond 2018, 268 pages
Traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Catherine Gibert (Stepping Out)

« Il a beaucoup d’affection pour elle. Il ne sait pas au juste s’il l’aime encore, mais cela a-t-il seulement un sens et est-ce si important ? Quand elle n’est pas là, elle lui manque et quand elle est là, il est bien. Il s’est habitué à son rythme et elle au sien. C’est une relation façonnée par la longévité, un paysage conjugal gentiment sculpté, érodé par le temps, sans arêtes tranchantes ni crevasses. »

À Columbus, Ohio, Harold Cummings a pris sa retraite et mène une vie de banlieue tranquille et prospère. Avec Millie, son épouse depuis toujours, et Ducon, leur chien vieillissant, ils ont leurs amis de longue date et leurs enfants qui sont devenus des étrangers vivant loin qu’ils voient une fois par an, les bonnes années. Un jour, Harold est témoin d’une petite chaparderie dans l’épicerie du quartier, un ado dérobe une barre chocolatée. Ne sachant pas trop comment réagir, il ne dit rien mais lorsqu’il aperçoit l’ado plus tard dans le parc il décide de lui faire la morale. Le gamin l’envoie paître en le menaçant, qu’il dégage ou il va crier au pervers. Perturbé, Harold laisse cet incident tourner en arrière-plan dans sa tête et accompagne Millie à l’aéroport, elle part soigner sa soeur malade en le laissant seul quelques jours, comme ils en ont l’habitude. Mais cette fois, Harold tourne en rond. Et s’il s’était trompé toute sa vie sur ce qu’il voulait vraiment ? Quelle est donc cette insatisfaction qui remonte à la surface, alors qu’il est conscient d’avoir littéralement tout pour être heureux ? La vieillesse est-elle un naufrage ?… Vastes questions et sentiments tout à fait profonds et universels. Sauf qu’Harold ne va pas choisir les réponses conventionnelles…
Troisième roman de Steven Boykey Sidley à être traduit en français, ce « Stepping Out » (je préfère le titre original à celui choisi pour la France !) est une petite pépite qui se dévore et ne cesse de surprendre son lecteur. À la fois cocasse et intelligent, il évoque forcément les aînés qui sont abondamment évoqués d’ailleurs, les Philip Roth and co, tout en assurant un rythme de vaudeville qui fonctionne tout à fait bien. Un auteur que je vais suivre !