Timoté fête Noël d’Emmanuelle Massonaud et Mélanie Combes (Gründ)

Certes, il est tôt encore pour penser à Noël mais certains albums sont des investissements et pourront être ressortis chaque année à la bonne date, un peu comme les calendriers de l’avent. C’est d’ailleurs pour en acheter un que Mamie vient chercher Timoté à l’école en ce 1er décembre, non sans lui rappeler la règle : on ouvre une seule fenêtre par jour, jusqu’au jour de Noël. En attendant, il y a la lettre à écrire au père Noël, la maison à décorer et l’esprit – le fameux esprit de Noël – à diffuser… J’aime bien ce petit album parce qu’il est complet, et sait rester simple. On a même un code à scanner pour entendre « Mon beau sapin » si on veut et quelques décorations à assembler en fin de livre. Dès 3 ans.


Je reviens vers vous d’Olivier Tallec (Rue de Sèvres)

Cet album n’est pas vraiment destiné aux enfants, mais ils peuvent le lire (dès 8/9 ans) ! Il n’est pas certain qu’ils comprennent tout mais il ne faut pas mésestimer la force du comique. À chaque page, une seule et grande image. Des personnages aux traits plutôt bon enfant au centre, en petit (comme écrasés par le décor); une situation, et une phrase lapidaire en légende. C’est toujours drôle, mais pas toujours de la même façon. Ça peut être cynique, cruel, tout simplement moqueur, mais aussi absurde ou totalement décalé. Le charme est en tous les cas puissant. Bref, un exemple : c’est l’été, nous sommes dans un champ, au loin un verger, et devant nous un trampoline; deux vaches sont en train de sauter tout en mangeant une banane, on voit de nombreuses peaux de bananes par terre tout autour du trampoline; une pancarte indique : « Vente directe, Milkshake, goût banane, ICI.« 


Noir Blanc Rouge (Éditions Tourbillon)

Ce tout petit album tissu est un must dès quelques jours et je le prouve :

(Arthur, 5 jours)

Depuis 2014, donc, je l’offre à tous les nouveaux-nés dont j’ai connaissance et, pour peu qu’on lui propose régulièrement, bébé AIME ce livre. D’abord parce qu’il est tout en contrastes, seule chose perceptible durant les premiers jours, ensuite parce les trois couleurs lui deviennent accessibles très vite, enfin parce qu’il est super interactif : dessin, texture et manipulation. Les pages sont douces et crissent lorsqu’on les touche, les petites étiquettes fascinent et permettent aussi de tourner plus facilement les pages, en plus on peut le laver, tout bon.


Nous sommes là d’Oliver Jeffers (Kaléisdocope) Texte manuscrit par Kris Di Giacomo et trad. Isabel Finkenstaedt

Oh le bel album que voici ! Un papa entreprend de prendre des notes pour son bébé pas encore né afin de lui présenter grosso modo le monde dans lequel il va débarquer. Il commence par le système solaire, dessine et indique notre planète, la Terre : nous sommes là, montre la flèche. Les océans, les montagnes, le ciel, les gens, les animaux; l’organisation globale du truc (en gros, il fait jour, on fait des trucs, la nuit, on dort (illustré par un bébé muni d’un marteau au-dessus de son lit en bois à-côté de ses parents qui dorment…) et puis viennent les conseils tendres et avisés et la demande, très bien formulée, de ne jamais hésiter à poser des questions.   Un livre tendre et poétique, à portée de petit bout de chou dès 3/4 ans qui remet l’adulte à sa juste place : au milieu et avec les autres, tous les autres.


Guess How Much I Love You de Sam mcBratney et Anita Jeram (Candlewick Press)

La future petite princesse à naître a une maman canadienne anglophone : il faut bien lui organiser une bibliothèque bilingue très vite et cet album est un classique de chez classique, qui nous raconte une escalade verbale. Devine combien je t’aime ? Aussi grand que mes bras ouverts (oui mais l’adulte a plus d’envergure). Aussi haut que mes bras tendus, etc. jusqu’au traditionnel aller-retour jusqu’à la lune. L’important, bien sûr, étant cet échange de douceurs et de tendresse juste avant l’endormissement, ça fonctionne pour le petit lièvre, ça fonctionnera pour bébé (on y croit). Dès la naissance, en rituel, tous les soirs !


Le plus gros des bisous de Virginie Aracil (Tourbillon)

On le voit un peu sur la photo, ce livre s’effeuille en relief (les pages sont épaisses et cartonnées) et découvre l’image en laissant le texte sur la page de gauche. On y fait toutes sortes de bisous à différents animaux pour finir, bien sûr, par le plus gros pour le bébé chouchou ! Super mignon dès quelques mois.


Les Monsieur Madame dans l’espace d’Adam Hargreaves d’après Roger Hargreaves  (Hachette) Trad. Anne Marchand Kalicky

Chez les Monsieur et Madame, aller dans l’espace c’est aussi facile que de dire : « Oups ! ». Figure-vous qu’ils ont pris *par erreur* la mauvaise fusée, celle qu’il ne fallait pas visiter parce qu’elle avait un vol programmé. Oups ! Mais pas grave, on va en profiter pour faire coucou à Monsieur Incroyable qui prend ses quartiers d’été sur Mars, vous comprenez, il aime bien de temps en temps s’isoler un peu du monde. Au passage, bien sûr, on jettera un oeil sur un ou deux trous noirs ou on se fera un petit orbite rapide sur un satellite, le temps que les autres prennent le thé à la station internationale. Bref, du pur n’importe quoi mais joyeux, très joyeux. Dès 4 ans.

 

 

Publicités