Je compte dans mon arbre de Peggy Nille (Actes Sud Junior)

Qu’il est beau, cet album ! Les illustrations sont un enchantement permanent, que l’on ne se lasse pas de décortiquer. Sur la page de gauche, un petit texte annonçant combien il y a d’un certain fruit et demandant de compter combien il y a d’un certain animal. Les réponses sont données à la fin de l’album, pour vérification mais surtout pour retourner observer car c’est plis difficile qu’il n’y paraît, tant notre attention est détournée par la beauté du dessin. Superbe ! Dès 4 ans.


Maman à l’école d’Eric Veillé et Pauline Martin (Actes sud junior)

Parution dans la collection « Encore une fois » (mini format tout souple) pour cet album de 2015 qui nous raconte comment une maman a dédramatisé le premier jour d’école de sa petite fille : avec l’accord de la maîtresse, elle est restée et a joué le jeu du déroulement de la journée. Dans un premier temps rassurée de ne pas être obligée de quitter maman, la petite constate insensiblement au fil de la journée que ça devient plutôt une gêne, que la place de sa maman n’est pas à ses côtés, et finit par lui demander de partir. C’est gagné pour tout le monde ! A lire et relire à tous ceux qui éprouvent cette indicible angoisse de la séparation. Dès 4 ans.


Dancers de Jean-Philippe Blondel (Actes Sud junior)

La plume de Jean-Philippe Blondel sonne juste, qu’elle s’adresse à des adultes ou à des ados (ici dès 14 ans). Le lycée, une fille, deux gars. Trois écorchés, en réalité. Qui se livrent à la danse, qui la vivent comme seule échappatoire. Et puis des gestes irréparables, des paroles cinglantes, des revirements amoureux. Mais toujours la délicatesse, la dignité, la culture qui, si elle ne sauve pas, permet au moins de s’exprimer. Tendu et passionnant.


Toujours rien ? de Christian Voltz (Rouergue)

Ce matin, de bonne heure, monsieur Louis a creusé un trou ENORME dans la terre… Ainsi commence cette histoire formidable qui parle de nature, de fleur qui pousse, d’un oiseau amoureux (et muet) et surtout, de patience. Illustrée par un dessin très expressif et pétri d’inventivité, cet album est à offrir sans compter (dès 2 ans).


Lison et la propreté d’André Bouchard (Seul Jeunesse)

Après son avis sur la campagne, la rentrée et ses nuits, Lison nous décline sa vision de la propreté et ça déménage ! « Mais maman, pourquoi tu m’as lavé les cheveux ? Je croyais que tu m’aimais… » Facétieuse, chipie, naïve et immensément drôle, Lison a trouvé en moi une fan fidèle. A proposer dès 3 ans. (À noter le format très anglo-saxon, une image par page et des mini-histoires qui se succèdent, le strip, mi-BD mi-album).