Les guerriers de glace d’Estelle Faye et Nancy Pena (Nathan)

La collection « Premiers Romans » s’adresse aux 7-11 ans et propose quelques illustrations le long d’une histoire d’une centaine de pages (c’est écrit gros :)). Il est ici question de Fantasy, dans un univers médiéval, et les deux héros sont des adolescents, Alduin fils du chef du village et Léna fille de la guérisseuse. Ils s’enfuient lorsque les terribles guerriers de glace reviennent demander leur dû au village, puis reviendront régler la situation avec un soldat rencontré à la ville. L’univers est cohérent et l’action rythmée, et puis ça fait du bien un peu de neige et de froid en ces temps caniculaires !


Menu fille ou menu garçon ? de Thierry Lenain et Catherine Proteaux-Zuber (Nathan)

Coup de cœur pour ce roman destiné aux 7-11 ans (je vais le proposer dès 6 ans, pour ma part) qui a tout bon : Papa emmène Léa manger un burger au fast-food, et en soi c’est déjà un exploit. Lui n’en mange jamais-jamais, milite contre la déforestation, lutte contre les sodas sucrés, l’huile des frites etc. Mais sur la vitrine se trouve une affiche : « Nouveau ! Menu garçon : les mini fusées ! Menu fille : Les mini poupées ! Collectionne-les ! » Et là, Papa devient dingue. Surtout que Léa ne ressemble pas trop à une fille et que lui-même… Franchement amusant, ce roman pose de plus de bonnes questions et se garde bien d’asséner de quelconques leçons. Moi je dis comme Léa, « on a quand même le droit d’être une fille comme on veut, non ? » On va se gêner, tiens.


Mes petites histoires Montessori : La nuit étoilée d’Eve Hermann et Roberta Rocchi (Nathan)

Liv a fait un cauchemar et n’arrive pas à se rendormir. Blottie dans les bras de papa, elle ose lui poser une grande question, du genre de celles qui tarabustent quand on cherche son sommeil : Est-ce que le Soleil pourrait brûler la Terre ? Papa va la rassurer et lui montrer le ciel, en lui expliquant les étoiles et constellations… Comme toujours dans l’univers Montessori on est dans la réalité et la précision, aussi bien dans le dessin que dans ce qui est raconté. A moi ça ne plaît pas beaucoup, mais force est de constater que le public prévu (dès 3 ans) accroche vraiment bien.


Les apprentis chercheurs : La mer a disparu d’Hélène Montardre et Laurent Audouin (Nathan)

Matt et Lisbeth sont en vacances la mer et se préparent pour aller à la pêche aux crevettes. Ils marchent, et marchent, et marchent encore mais… la mer a disparu ! Pourtant ils ont bien pensé à consulter les horaires des marées et tout et le coefficient est tout petit, que se passe-t-il ? La mer devrait être là !… Un adulte lisant ceci s’imagine tout de suite tsunami, mer qui recule,  danger et toutes ces sortes de choses mais nous sommes dans une série (car c’est une série, « Les apprentis chercheurs », des petits scientifiques dans l’âme) pour les 7-11 ans et forcément, l’explication ne va ni faire peur ni être fantaisiste. Pour autant il y a une forme d’enquête à laquelle il est facile d’accrocher et c’est à tester auprès de vos enfants !


M. Aventure d’Adam Hargreaves (Hachette jeunesse) Trad. Anne Marchand Kalicky

Les Monsieur-Madame, ils ont tout bon : ils coûtent moins de 3 euros, on les trouve partout, ils sont petits, légers, mais néanmoins résistants, et on peut les proposer dès 2 ans, jusqu’à un bon 6 ans, ils intéressent toujours (et donnent envie de les collectionner). Pour ce tout premier que je lis, j’ai choisi M. Aventure, un mot très inspirant pour tous les petits avides de mieux décrypter leur environnement. Eh bien M. Aventure, très logiquement, adore l’aventure. Les vacances pépère au bord de la mer, très peu pour lui. Dans sa vie quotidienne aussi, il a besoin d’introduire une pincée d’adrénaline. Il tente différents métiers, mais sa manie de toujours détourner le basic pour vivre quelque chose d’amusant rend les choses compliquées. Jusqu’à ce qu’il découvre le métier parfait, celui dans lequel il ne s’ennuie jamais !


Mme Invention d’Adam Hargreaves (Hachette jeunesse) Trad. Anne Marchand Kalicky

Mme Invention inventait toutes sortes de choses merveilleuses et très inutiles, comme cette machine à tourner les pages des livres à toute vitesse (car Mme Invention adore lire, comme il se doit, et de plus, elle lit très vite – dans mes bras), mais un jour elle est chargée d’inventer quelque chose pour M. Mal élevé. Très difficile ! De le côtoyer pour mieux le cerner, déjà (il est vraiment très mal élevé !), puis de trouver ce qui pourrait lui plaire… A noter le récit se déroulant au passé nous offrant quelques très jolis imparfaits et passés simples.


 

Publicités