Connexion immédiate de Mary H.K. Choi
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Simon Baril
Gallimard Jeunesse 2018, 452 pages

« Il aurait voulu la serrer dans ses bras. En fait, il aurait voulu la serrer dans ses bras, puis élever une clôture électrique autour d’elle. Une clôture renforcée de douves pleines d’alligators affamés et enragés. »

Quand Sam rencontre Penny, ils voient bien tout de suite qu’ils partagent certaines références (ne serait-ce que leurs goûts vestimentaires, en noir des pieds à la tête et en Converse) (et mal sapés, pour tout dire) (sans recherche disons) mais elle a fraîchement dix-huit ans et c’est la nouvelle coloc de sa nièce (par alliance – ancienne alliance qui plus est – et même pas officielle; il a la petite vingtaine quant à lui). Bref, ça ne fait pas tilt. Mais Sam a de gros gros problèmes : de coeur, d’argent, familiaux, de perspectives. Et lors d’une crise de panique, c’est Penny qui le prend en charge. Depuis, ils s’écrivent. Des SMS, plein, tout le temps. Penny est mieux lotie, mais c’est une outcast elle aussi. Enfin disons qu’elle a profondément le goût de la solitude et bien du mal à se lier. Leur mode de communication va les rapprocher profondément…
« Une romance 3.0 pop et lucide » accroche la 4° de couverture et c’est plutôt bien vu. Le roman s’adresse aux adolescents et remplit tous les critères des codes de la romance mais le fait intelligemment et avec un humour constant qui soutient bien l’ensemble. Bien sûr, le coté conte de fées est encore trop prégnant pour un goût adulte mais on ne décroche pas, ce qui est toujours bon signe !
Dès 13 ans.

Publicités