Le plein de Blorg de Matthieu Sylvander et Perceval Barrier (Mouche L’Ecole des loisirs)

C’est l’été et Ninon est en vacances chez ses grands-parents, qui profitent de sa présence pour lui laisser la ferme et les animaux à garder et filer faire des courses (normal). Tandis qu’elle est en train de discuter gentiment avec Cochon, Mouton, Chèvre & cie surgit un vaisseau spatial qui  atterrit pile au milieu de la cour. En sortent d’étranges créatures qui bientôt prennent la parole… Que le lecteur se rassure, un alphabet plutoniem est fourni en glossaire et ce n’est pas du luxe, tant cette langue est totalement inintelligible, même pour Cochon qui est pourtant un puits de science. On comprend bientôt (mais pas très vite quand même) que ces aliens sont animés de mauvaises intentions. Que faire ? Confiance à Ninon qui a plus d’un tour dans son sac… Un court roman à proposer de 8 à 11 ans pour une première approche tout en humour de la SF.


Sous mon arbre de Muriel Tallandier et Mizuho Fujisawa (Gründ)

Où l’on suit la petite Suzanne qui, le temps d’un été, établira une tendre complicité avec un arbre précis, dans la forêt des vacances chez ses grands-parents. A ses côtés, on en apprend beaucoup sur les arbres, tout en jouant avec les différentes clapets et découpes le long des pages (on peut même toucher du doigt l’écorce à la fois si douce et tellement rugueuse de l’arbre). On observe au passage la vie dans la forêt (les fourmis, les baies alléchantes qu’on n’a pas le droit de goûter si on ne les connait pas…) et on se détend en prenant un bon bain de verdure – à la mode en ce moment mais néanmoins très vivifiant -, en se plongeant dans les grandes illustrations très colorées. A proposer dès 3 ans.


Sous mon arbre de Jo Witek et Christine Roussey (De La Martinière Jeunesse)

Je suis fan du travail de ce tandem, Jo Witek (au texte, toujours un enchantement de fantaisie, de gaieté, d’imagination tendre) et Christine Roussey (aux illustrations, colorées, marrantes, joyeuses). Elles déclinent ici l’Arbre façon poupée russe, à chaque changement de page un univers différent : l’arbre majestueux, l’arbre confident, l’arbre qui chante dans le vent, l’arbre pour jouer (à la tambouille avec ses feuilles par exemple), etc. On entre dans cette farandole le coeur léger et l’âme sylvestre. A offrir dès 4 ans.


Les bottes d’Antonin Louchard (Seuil Jeunesse)

Le voici enfin de retour, notre petit lapin grognon préféré ! Mais cette fois, il est tranquille, sage, obéissant. Si, si. On a dit qu’il devait mettre les bottes pour aller sauter dans les flaques pendant la récré, il met les bottes. Enfin, il aimerait bien, mais il y a un petit problème… Il va rendre la maîtresse chèvre pour notre plus grand amusement, avec une chute impayable ! Dès 3 ans.


Je suis garagiste (Mes Dididoc à jouer) de Mélisande Luthringer (Nathan)

On ne s’en lasse pas, des Kididoc ! Même si la cible de ce « Je suis garagiste » est de deux ans, à presque quatre ça fonctionne toujours et c’est un véritable livre-jouet, idéal pour les trajets en voiture par exemple. On tire, on pousse, on soulève tout un tas de petites choses et on en apprend tout autant sur les voitures. A proposer indifféremment aux petites filles ou aux petits garçons !


J’apprends l’anglais (Mes Petites Découvertes Sonores) de Marie Leghima (Gallimard Jeunesse)

A proposer dès 18 mois, ce livre sonore est une approche tout en douceur de l’anglais. Avec des phrases brèves et un appui sonore (le grognement du cochon suit le mot « The Pig » par exemple, puis après un petit temps, on entend la phrase « The Pig is Pink », il permet de faire tranquillement connaissance avec l’anglais. Indispensable pour tous nos futurs globe-trotters !


 

 

Publicités