Scherbius (et moi) d’Antoine Bello
Gallimard 2018, 437 pages

« Pour ne jamais faillir, Scherbius a un truc : il s’imagine qu’il est Jean-Paul Belmondo et qu’une demi-douzaine de caméras suivent ses moindres faits et gestes. »

Où est passée Papillon ? S’il y a bien un roman susceptible de briser l’abandon de son blog, c’est celui-ci !
Qui saurait mieux qu’elle nous raconter à quel point Bello est brillant et comment il nous roule dans la farine ?
Tout jeune déjà, comme nous l’apprend l’émission « Encore » de France24 English (c’est en anglais sans sous-titres, donc) découverte sur Bibliosurf, il a bluffé son éditeur en gagnant sous deux identités différentes un concours de nouvelles. Pour Antoine Bello, la vérité n’existe pas. Les faits existent, la réalité existe, mais la vérité est un concept.
De fait, rien n’est vrai dans son dernier roman, et pourtant tout existe.
Ça commence à la fin des années soixante-dix par un très jeune psychiatre dont le premier patient (« le premier venu », littéralement) est un imposteur magnifique. Pendant vingt-cinq ans, leurs destins vont être intimement liés et nous sont racontés par le biais de six éditions du même livre, un best-seller absolu, ajoutant à chaque nouvelle édition un complément. Quelle est la pathologie exacte de ce Scherbius impossible à cerner et pourquoi son psychiatre se laisse-t-il si facilement berner encore et encore ?
En tant que lecteur on s’attend tellement à l’entourloupe que l’on scrute chaque détail avec circonspection et on a de la matière : notre psy est gratiné, tout de même (et férocement amusant avec ses emportements anti-américains, par exemple).
De l’humour, il y en partout et ça participe à l’effet dévoration : il est impossible de faire quoi que ce soit d’autre une fois qu’on a commencé ce roman. On a envie d’en poursuivre la lecture de préférence à tout autre activité (y compris le sommeil) et c’est tellement rare.
Apologie de la fiction par excellence, cette histoire de dingue(s) (littéralement, encore une fois) nous balade exactement comme elle en a envie et on en redemande.

« Il maraude pour ne pas écorner son pécule », « Il me regarde avec commisération », « une hypothèse audacieuse s’échafaude en moi », « Il compense une certaine étroitesse lexicale par un usage désinhibé de l’argot », « Je vous dois des excuses, les plus humbles, les plus plates qui se puissent imaginer. », « Nul doute que mon incurie les eût copieusement divertis. » ==> Les premières années débordent d’un style très travaillé. Ça s’estompe au fil du temps qui passe.

« En physique, l’examinateur m’a demandé de calculer la durée du vol d’un boulet de canon ; j’ai trouvé huit ans et demi; il m’a dit : « Non, ça c’est le temps qu’il vous faudra réviser pour avoir votre bac. » »

Publicités