Si gourmand de Florian Pigé (HongFei)

Deuxième volet du tryptique (après « Si petit« ), « Si gourmand » nous invite à suivre un cacatoès très gourmand : il s’essaie à manger à peu près n’importe quoi, développe des idées parfois vraiment ingénieuses (et élaborées !) pour parvenir à ses fins, et – oups ! – chipe également par mégarde la pomme d’un singe… Mais comme il est aussi très partageur, tout s’arrange, et c’est tellement sympa de manger avec ses amis ! Un univers dominé cette fois par le bleu et le gris (avec quelques touches de rouge) que l’on proposera vers 18 mois.


A la plage de Susanna Mattiangeli et Vessela Nikolova (Seuil Jeunesse)

Un superbe album qui raconte la plage à hauteur d’enfant : d’abord, quand on ouvre le livre, on trouve la liste des choses chouettes à faire à la plage (juste avant de le refermer, celle des choses moins chouettes). Ensuite on y suit une petite fille très occupée à creuser un grand trou, puis en recherche de coquillages pour le décorer. Elle a bien pris son repère avant de s’éloigner, le parasol familial rouge juste en face du bateau, mais à force de slalomer entre les pieds et les ventres qui jalonnent son chemin (à sa hauteur, elle les voit comme des entités indépendantes), elle n’est plus sûre du bateau de départ, ni de savoir où elle est en fait. Heureusement, avant que la panique ne s’installe pour de bon (ça commençait à monter), sa maman l’appelle (elle n’avait pas du tout remarqué que la petite fille s’éloignait, d’ailleurs s’est-elle éloignée ?…). Un superbe album, donc, qui retranscrit avec une grande justesse cet état de contentement animal qui nous saisit lors d’un moment passé à la plage, ce temps qui file on ne sait ni où ni comment, dans le bruit des vagues et le soleil qui caresse, servi par des illustrations précises et bluffantes. A partir de 4 ans.


Les bêtises de Nina de Caroline Fait et Mathilde George (De La Martinière Jeunesse)

C’est bien pratique, les amis imaginaires, n’est-ce-pas, Nina ? Quand on fait une bêtise, par exemple, on peut se dédouaner facilement. C’est pas moi, c’est l’éléphant ! Non, non, non, Monsieur l’éléphant, ça ne se fait pas ! Une fois qu’elle a commencé ça, Nina, elle s’en donne à coeur joie. Bêtise sur bêtise imputées à la girafe, au crocodile… qu’à force, elle commence à voir pour de vrai. Jusqu’au bouquet final pour lequel elle endosse enfin ses responsabilités : cette fois, c’est elle. Elle sera donc punie. Mais là, surprise, ses amis imaginaires viennent la soutenir… Une histoire qui risque de donner des idées mais qui enchante en même temps par l’illogisme de sa progression : si ces animaux n’existent pas, pourquoi Nina les voit-elle ? Eh oui, c’est le principe des amis imaginaires. Une chouette approche avec des illustrations pertinentes. A partir de 5 ans.


Bonjour d’Alastair Heim et Alisa Corburn (Trad. Michèle Moreau) (Didier Jeunesse)

Qu’il est mignon, ce petit renard ! Vif et plein d’humour, il a vite fait de s’introduire dans une belle et grande maison et tout en la visitant (et en faisant quelques bêtises…), en octroyant de sonores salutations à tout et n’importe quoi, hop, il chaparde, il vole, il dérobe ! Oh !Jusqu’à ce que les propriétaires rentrent… On apprécie les petits clins d’oeil (le bonjour qui se transforme en au-revoir forcé ou le fait que c’était la maison de trois ours…) et surtout le graphisme, pop, pimpant, joyeux ! Dès 4 ans.


La fabuleuse méthode de lecture du professeur Tagada de Christophe Nicolas et Guillaume Long (Didier Jeunesse)

Ca date de 2013 et je ne sais pas du tout si en tant que méthode d’apprentissage de la lecture ça peut aider mais pour faire rire, c’est très efficace. Les deux auteurs aux manettes de Tétine Man nous offrent ici dix leçons à prendre un jour après l’autre (ils nous virent, d’ailleurs, à la fin de la leçon, ouste, à demain) et nous présentent les lettres de l’alphabet, les voyelles, les consonnes (elles sont nombreuses ça les rend chagrin (et fatigués)), les syllabes, expliquent au petit lecteur qui ne sait pas encore les lire que l’adulte qui se charge pour le moment de le faire pour lui est corvéable, et l’utilisent (par exemple pour énoncer les sons en suivant le doigt de l’enfant sur différent poussoirs). Le tout est constellé d’humour, de vannes, de dessins marrants comme tout et c’est un vrai plaisir à parcourir. Dès 5 ans.

Publicités