Rien ne se passe jamais comme prévu de Lucile Gorce et Emma Tissier (Dargaud BD 133 pages)

Ils sont en couple, jeunes et heureux, ils décident de fonder une famille. Rien ne se passe. Ils consultent, s’arment de patience et d’une bonne dose d’humour et se lancent dans différents traitements contre l’infertilité, à ne pas confondre avec la stérilité. Récit autobiographique et détaillé du parcours des traitements hormonaux, stimulations ovariennes et autres PMA, les cent trente trois pages de cette BD se déroulent en noir et blanc, à l’exception de touches de couleurs dont la signification nous est révélée en fin de livre. Forcément respectable et, à n’en pas douter, dotée d’une puissance de consolation pour qui subit le même parcours, cette BD m’est pourtant restée rétive essentiellement en raison de ses choix stylistiques, cette manière de dédoubler un trait crayonné finement pour matérialiser les pensées des personnages derrière leur apparence. Ça a créé une sensation de pénibilité pas très agréable. A noter cependant le choix de l’autrice de ne pas révéler l’issue des traitements, laissant au lecteur le choix d’une fin heureuse, ou pas.
Lu dans le cadre de l’opération Masse critique de Babelio.