Le rocher de Roger de Jean Leroy et Marie-Anne Abesdris (De La Martinière Jeunesse)

Roger aime beaucoup son rocher. Il est en train de lire, adossé sur son rocher, quand arrive un de ses copains, qui se moque (gentiment) de lui. Son rocher, c’est un caillou, ça ne lit pas, c’est un objet, etc. Mais la marée étant en train de monter, ils se retrouvent bientôt à trois debout sur le rocher, et là, fini de se moquer. L’un a beaucoup d’affection pour son ballon et la troisième, pour une fleur… Une jolie histoire qui, sous des dehors absurdes, raconte le caractère très personnel de nos affections. Dès 4 ans.


Hyper bien de Fred Fivaz (Rouergue)

Un petit garçon (Charles) installé dans sa chaise longue (du futur), prêt pour une bonne sieste (comme son papi) laisse son regard dériver, il est bien, il est hyper bien. Soudain, paf, une envie. Parce qu’il a vu une pagaie, il a envie de faire du canoë. Alors en route, c’est parti. Il arrivé paré et tout au bord de la rivière, va s’y mettre quand oh, il a envie d’une glace. Il reprend tout et part vers le glacier quand, au moment de l’acheter, il a trop trop envie d’autre chose. Et ainsi, à chaque fois, quelque chose dans son champ de vision l’interpelle et alors même qu’il se sent hyper bien et qu’il avait très envie de se lancer dans quelque chose, une autre prend le dessus. Il a envie de beaucoup de choses, ce Charles, mais ne va au bout de rien. Il zappe ! Une histoire maligne et rythmée qui permet d’ouvrir le débat de la concentration et qui entraîne aussi par son graphisme pop super chouette.Dès 4 ans.


Boom de Julien Dufresne-Lamy (Actes Sud Junior)

« Trois ans de toi et moi chez moi et toi. » Timotée est mort, à Londres, dans l’attentat du pont de Westminster. Etienne s’adresse à lui, un texte tendu et empli de culpabilité, une culpabilité sur laquelle on s’interroge car enfin, comment pourrait-ce être de sa faute si le voyage scolaire prévoyait un passage sur ce pont au moment de l’attentat ? Mais en égrenant les trois ans de leur amitié – une amitié forte et belle comme seules peuvent l’être celles qui se nouent à l’adolescence), on comprend au bout de ce texte émouvant et très juste ce qui a pu l’amener à s’en vouloir ainsi. Puissant et délicat à la fois. Dès 15 ans.


Le trop petit Poucet de Martine Camillieri (Seuil Jeunesse)

Il était une fois un couple de bûcherons très pauvres qui n’arrivaient pas à nourrir ses sept enfants… Ça vous rappelle quelque chose ? Martine Camillieri parvient ici à reprendre la trame exact de ce conte bien connu tout en le détournant avec beaucoup d’humour et de dynamisme, et en proposant des illustrations très originales : mélange d’objets recyclés photographiés, en intérieur comme en extérieur, une très belle inventivité qui réjouit les yeux, avec beaucoup de petits détails à dénicher. A offrir dès 4 ans, il sera apprécié longtemps !


L’imagerie en photos : Les 4 saisons, Les animaux de la ferme, Les couleurs de la nature et Les animaux de la savane

de Jacques Beaumont, Ailie Busby et les photos de Fotolia (Fleurus)

`

Quatre univers différents que le tout petit (dès 6 mois) explore en regardant de vraies photos, mises en scène avec un petit texte explicatif et quelques illustrations rigolotes. De quoi découvrir les vraies images de ce qui l’entoure, une exploration visuelle qui plaît énormément dans les premiers mois. Ne pas s’en priver !


Akiko la curieuse d’Antoine Guilloppé (Picquier Jeunesse)

Akiko est l’héroïne d’une série destinée aux enfants dès 4 ans. Elle évolue dans son pays, le Japon, et dans cet album aux allures de conte traditionnel elle est choisie pour annoncer le printemps, offrant des touches de couleur qui contrastent avec bonheur sur le noir et blanc largement utilisé. Entraide avec la nature, découverte des saisons, saine curiosité, les thèmes sont sympathiques et le dépaysement toujours apprécié. A suivre !


Tonnerre de prouts ! d’Antoine Guilloppé et Ronan Badel (Gautier Languereau)

Impossible de déplaire aux 3-6 ans avec cet album irrévérencieux qui nous emmène au zoo, version… prouts ! Oui tout le monde pète, c’est comme ça, même les animaux, qui digère émet des flatuosités, certes. Mais peut-être pas comme le présentent les deux auteurs. Avec eux, c’est un concert ininterrompu en odorama, mais aussi en vers (ce qui est toujours chouette). Voiture, rhinocéros, singes, éléphants, hippopotames, lions et pandas n’arrêtent pas. Et sur le chemin du retour, dans la voiture… Un album pour rigoler 🙂


Maisons autour du monde de Paula Blumen et Mia Cassany (Nathan)

Excellente idée que ce tour du monde par les habitations ! Comment vit-on dans Les Hamptons, aux Etats-Unis (dans de grandes villas au bord de l’océan), à Kay Lar Ywa, en Birmanie (dans des maisons flottantes sur pilotis), à Toronto, au Canada (dans des maisons parées à affronter les – 30° l’hiver et qui offrent des jardinets et des cours pour profiter de l’été dehors) ? Chaque page nous invite au voyage et nous montre des animaux familiers en situation. Une véritable petite pépite qu’on ne se lasse pas de lire et relire, dès 6 ans.