Sauveur & Fils saison 4 de Marie-Aude Murail
Ecole des loisirs 2018, 299 pages

« Tu sais c’est quoi, mon jour préféré ? lui demanda-t-il. Tu sais pas ? C’est le mardi.
– J’aurais cru que c’était le mercredi, parce que tu dors chez Lazarre.
– Le mercredi, c’est le jour que je préfère en vrai, mais ça passe trop vite. Le mardi, c’est le jour où j’attends, et ça passe lentement, mais je suis content parce que je pense que le lendemain, c’est mon jour préféré.
– C’est toute une philosophie, commenta Louise.« 

C’est trop bon, Sauveur & Fils. Il n’y a rien à dire de plus, si vous avez déjà lu ne serait-ce qu’une des saisons précédentes, vous savez, sinon, allez vite vite chercher la saison 1, enchaînez avec la deuxième, puis la troisième, et enfin sautez sur place en poussant des petits cris parce que la quatrième est enfin en librairie et que vous pensiez que ça s’arrêtait à la troisième. C’est trop bon, c’est tout. C’est la vie telle qu’elle se déroule exactement en ce moment quelque part pour quelqu’un, contemporain par excellence et en même temps, bien sûr, totalement hors du temps. C’est Dickens et Star Wars, c’est une institutrice animée des meilleurs intentions mais un petit peu à la ramasse tout de même, une ado en pleines montagnes russes émotionnelles, des gens qui vont mieux, d’autres qui vont mal, des questions qui se posent et d’autres qui se taisent, enfin des vrais cochons d’Inde, de l’amour partout et quelques répliques cultes (sans oublier des notes de bas de pages hilarantes). Trop bon, quoi. (Prétendument pour les 12-15 ans, mais j’en ai 50 et J’A.d.O.r.E.)

La lettre de Noukette à Sauveur.

« Il lisait comme boivent les poules, relevant souvent la tête pour faire couler. »

Publicités