Mariage contre nature de Yukiko Motoya 
Editions Philippe Picquier 2017, 119 pages
Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
« Ce sont deux serpents qui mangent chacun la queue de l’autre. Ils se grignotent l’un l’autre, à la même vitesse, et pour finir, ça fait comme une boule avec seulement les deux têtes, avant qu’ils disparaissent en entier, engloutis jusqu’au dernier morceau. Tu vois ce que je veux dire ? Quelque part, pour moi, c’est ça, l’image du mariage. »
San a arrêté de travailler lorsqu’elle s’est mariée, la situation de son mari le lui permettait. Femme au foyer sans enfant depuis quatre ans, elle constate un jour un phénomène étrange : elle se met à ressembler physiquement de plus en plus à son mari, tandis que ses traits à lui se mettent à changer de place; ses yeux s’écartent, sa bouche descend sur le menton, un mouvement aléatoire qui l’effraie. Elle s’en ouvre à une voisine… Yukiko Motoya a reçu pour ce titre le prestigieux prix littéraire japonais Akutagawa (« comparable au Goncourt, à trois différences près : il est décerné deux fois par an, les lauréats reçoivent une montre et 1 million de yens, et sont généralement des plumes inconnues soudain sorties de l’ombre ». (Télérama)), et je suis passée à côté. Bien sûr, la lecture en est plaisante et les éléments fantastiques apportent une touche onirique très japonaise, mais les métaphores utilisées m’ont semblé équivoques, et je m’interroge sur leur portée : soit le message est tout simplement attention à ne pas perdre son identité dans le couple – et c’est vraiment trop simplifié, soit je n’ai pas compris – et c’est bien possible. Quoi qu’il en soit j’ai lu ce titre dans le cadre du Prix Hors Champ, décerné par les lecteurs des Bibliothèques pour tous :
« Créé en 2016, le prix Hors Champ mise sur la curiosité des lecteurs des bibliothèques CBPT, des  lecteurs au long cours, amoureux de littérature et qui ont soif de nouvelles émotions, tous âges et sensibilités confondus. Il se veut ouvert à des approches littéraires nouvelles et résonnant des échos du monde actuel. » et ce ne sera pas mon vote, c’est sûr.
Les quatre romans sélectionnés sont :
BAQUE, Joёl La fonte des glaces P.O.L.
FRIDLUND, Emily  Une histoire des loups   Gallmeister
MADJIDI, Maryam Marx et la poupée   Le Nouvel Attila
MOTOYA, Yukiko Mariage contre Nature Philippe Picquier
et j’avais déjà lu (et beaucoup aimé) « Une histoire des loups ». M’en reste deux à lire avant de choisir mon préféré…
Publicités