Comme un chef

de Benoît Peeters et Aurélia Aurita (préface Pierre Gagnaire)

Casterman 2018, 216 pages

 

Extraordinaire BD qui réussit son pari : témoigner de l’amour de la cuisine. Elevé dans un milieu qui n’y prêtait pas attention (la seule sortie des parents étaient dans un petit restaurant chinois du quartier et à la maison, c’était manger pour se nourrir, sans plus), Benoît Peeters s’aperçoit assez tôt qu’il porte, lui, un intérêt au goût des choses. Lycéen, un copain le régale du récit de ses repas en restaurants étoilés et il rêve avec les descriptions du Gault et Millau, son budget ne lui permettant pas autre chose. Mais sur la route des vacances, un jour, alors que son intention était juste de regarder le restaurant, il dîne chez les frères Troisgros : révélation. Sa première bouchée de l’escalope de saumon à l’oseille lui ouvre les portes d’un monde nouveau… Récit autobiographique très bien mis en image par Aurélia Aurita (avec de nombreuses trouvailles qui rythment efficacement), « Comme un chef » décrit également une époque révolue, ressenti formidablement expliqué dans cet entretien (je recommande sa lecture après avoir lu la BD). Nostalgiques mais fortement incitatives, ces 216 pages m’ont passionnée et donné faim. Mention spéciale au délicat geste de Claude Peyrot, dans son restaurant « Vivarois », qui ayant apprécié l’émerveillement des deux jeunes clients au budget visiblement serré (plat le moins cher de la carte, avec de l’eau, pour le plaisir de découvrir la cuisine), leur a fait servir un festin. Quel joli geste !