Rock’n’roll baby ! d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Avant Paco, on peut offrir (dès 1 an) ces petits imagiers sonores, qui sont littéralement géniaux. L’appui sur les puces est très facile, il y a un rabat pour mettre en position on/off (à cet  âge ils raffolent des rabats !) et les musiques sont parfaitement choisies : Tutti Frutti, Rock around the Clock, Blue Suede Shoes, Great Balls of Fire, Johnny B. Goode et enfin Be-bop-a-lula, dandinements assurés (en plus, les extraits sont longs !).


Tu lis où ? de Géraldine Collet et Magali Le Huche (P’titGlénat)

Petit mais costaud : cet album, tout en rimes, est une ode à la lecture (désacralisée) (démocratisée) et s’offre le luxe d’une chute malicieuse (que l’adulte voit venir, sans doute, mais qui est une surprise pour l’enfant). A offrir dès 3 ans.


Les habits mon imagier animé d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Dans la collection « Mes premières découvertes » chez Gallimard Jeunesse, cet imagier animé consacré aux vêtements passionnera les petits dès 18 mois : on y joue avec les habits. Selon les saisons (que porter quand il fait chaud, froid, qu’il pleut) ou le moment (pour aller au dodo), on peut également trier par matière ou même obtenir des conseils pour s’habiller tout seul ! Avec une foison de petits volets à soulever ou de roue à tourner, dans des coloris vifs, de quoi passer un bon moment.


Mes berceuses Jazz d’Elsa Fouquier (Gallimard Jeunesse)

Dès 1 an toujours, « le » livre pour accompagner la mise au dodo. 6 berceuses, 6 images, 6 puces, et de la sacrément bonne musique. Indispensable !


Ma valisette à jouer C’est la petite bête qui monte ! de Camille Chincholle (Gallimard Jeunesse)

Oh qu’elle est maligne, cette petite valisette ! Avec ses deux gros scratch, son repli tout simple, elle permet d’emporter partout les neuf gros cubes de carton (façon multiples puzzles) et le petit livre tout mignon prétexte à de nombreuses chatouilles. Dès 18 mois.


Eliott et Chloé d’Agnès de Ryckel (‘Alice Jeunesse)

Dès leur naissance, Eliott et Chloé se montrent d’un caractère très différent : l’une est vive et remuante, l’autre calme et paisible. A leur entrée à l’école, leurs approches sont là aussi aux antipodes : Chloé est très excitée, Eliott beaucoup plus craintif. Mais au fil du temps, ils se rejoignent sur leur envie de ne plus y aller. C’est très difficile de ne pas se fondre facilement dans un groupe. Heureusement, un jour, ils se rencontrent, et là… Un album qui fait mouche et qui réactive instantanément, en ce qui me concerne, toutes les inquiétudes que j’ai pu vivre à l’époque où j’étais concernée. Etape après étape, des mots salvateurs sont posés sur des situations difficiles et l’épilogue, porteur d’un très joli message, vient apaiser tout ça. Très chouette ! Dès 5 ans.


Ville bleue Ville jaune de Ljerka Rebrovic et Ivana Pipal (‘Alice Jeunesse)

Une histoire d’une logique implacable… dans l’absurde ! Deux petites villes séparées par un pont. Insidieusement, une guerre des couleurs s’établit. Chacune se met à frénétiquement devenir entièrement bleue, l’autre jaune. L’intolérance les amène à des comportements ridicules, ça dégénère en bagarre ouverte, et il faudra l’intervention de la nature elle-même pour que chacun recouvre ses esprits. Transposition criante de vérité de bien des conflits actuels, cette histoire aux illustrations minutieuses emporte son lecteur. J’adore ! Dès 6 ans. L’avis de Hop sous la couette !


Le bonheur d’Isidore de Virginie Pfeiffer (‘Alice Jeunesse)

Isidore est un petit bonhomme qui depuis quelques temps se sent triste. Ne pouvant plus continuer comme ça, il part à la recherche de son bonheur. Il cherche partout, voyage, rencontre des gens, Dame Nature elle-même, qui, touchée par sa détresse, l’aide. Il explore la Terre et l’Univers, en vain. Nulle trace de son bonheur. Pourtant, il va le trouver… au fond de lui ! Je suis partagée au sujet de cet album, destiné aux enfants à partir de 5 ans. Il y a un formidable travail graphique, avec une montée progressive des couleurs très convaincante et des illustrations vraiment jolies. Mais j’ai du mal avec le message, qui m’évoque un guide de développement personnel.


L’autobus de Marianne Dubuc (De La Martinière Jeunesse)

Une petite fille, avec un gilet rouge, part rendre visite à sa grand-mère, un panier sur le bras, dans lequel il y a de la galette. Ca vous rappelle quelque chose ? Cette réécriture se déroule dans un bus, premier voyage en solitaire pour notre petite héroïne. Et que de choses elle aura à raconter à sa grand-mère ! Le texte est minimaliste (une phrase par page), en revanche les illustrations fourmillent de détails et j’aime beaucoup le format rectangulaire. Dès 3 ans.


Première nuit d’hiver d’Amy Hest et Lauren Tobia (NordSud)

Trad. Agnès de Ryckel (Are You Sure, Mother Bear ?)

C’est la première nuit de l’hiver et tous les ours hibernent, en hiver. Petite Ourse, cependant, n’a pas très envie d’aller dormir, beaucoup de choses l’attirent encore dehors et elle est inquiète : comment être sûre de tout retrouver au printemps ? Sa maman, avec une infinie douceur et une pédagogie très efficace, la rassure… Un album formidable à proposer dès 4 ans qui donne envie de sortir dans la nuit pour une aventure dans la neige suivie de grosses tartines grillées saupoudrées de cannelle.

Publicités