Quel bazar ! de Véronique Cauchy et Grégoire Mabire (Mijade)

Lucie a eu un cadeau dont elle est très contente : un livre de contes. Elle ne se lasse pas d’entendre sa mamie les lui raconter, les uns après les autres. Il y en a un cependant qui ne partage pas sa joie : son chien. Coucouchpanier déteste les contes, il est hors de question qu’il en endure d’autres lectures. A la nuit venue, il met le livre en charpie. Mais parmi les lambeaux de papier, c’est la panique ! Les personnages des contes sont tout mélangés, et ils ne sont pas contents !… Un album réjouissant comme tout qui donne une autre vision des contes, c’est toujours très entraînant ces brassages d’histoires connues. Le dessin, très douillet, conforte encore le plaisir de lecture !


C’est quand la Saint-Nicolas ? de Luc Foccroulle & Annick Masson (Mijade)

En Belgique, le Père Noël a un sérieux concurrent en la personne de Saint-Nicolas. Il passe pendant la nuit du 6 décembre dans les maisons, et dépose des cadeaux dans les chaussures laissés à son intention. Bien avant ça les cours de récréation bruissent de son attente, et c’est ces quelques jours coincés entre la fin de l’automne et le lancement des fêtes avec le passage du fameux Saint-Nicolas qui occupent ce très joli album. Une famille, deux frères, des attentes, des lettres de souhait, le jour J, enfin ! A lire et relire durant cette période d’anticipation (parfois meilleure que la concrétisation des espoirs !).


Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban (Mijade)

Oscar est un petit ourson qui rêve de devenir pompier. En attendant, il joue à l’être. Mais Oscar est encore petit, et ne se rend pas toujours compte de la réalité des situations… C’est ainsi par exemple qu’il lancera de toute ses forces la puissance de sa lance à incendie sur… les bougies d’une fête d’anniversaire. Mais quand on l’appelle vraiment à l’aide, il s’en sort plutôt bien, contrairement à ce qu’on pouvait craindre… Un album pour les plus jeunes (dès 2 ans) dont les illustrations sont adorables.


Dans le détail d’Elisa Géhin (Les Fourmis Rouges)

Oh la la qu’il est chouette, cet imagier ! Thème après thème, il répertorie tout un tas de petites et grandes choses, et on ne se lasse pas de le feuilleter. La famille ?  Des parents aux amis proches, tout le monde est là (même un peu plus, d’ailleurs ;o)). On y parle cheveux, choses que personne n’a jamais (encore) vues, objets pour s’asseoir ou ce qui a un goût particulier. Des éléments clins d’oeil se glissent dans les séries, par exemple un chat dans la famille, suivi de la Mère Michel la page suivante. Une manière inédite d’aborder l’environnement de l’enfant, pour regarder et nommer le monde, dans le détail et en poésie. A posséder absolument ! (Gros coup de coeur pour Arthur, 3 ans tout pile).


La belle nuit de Noël (Max et Lapin) d’Astrid Desbordes et Pauline Martin (Nathan)

Dans l’univers de Max et Lapin, les choses sont très feutrées, les histoires toutes douces. C’est ainsi que Max ayant un peu de mal à s’endormir en ce 24 décembre, il se retrouvera à offrir quelques miettes de gâteau à un petit oiseau tout seul dans le froid de la nuit noire, avant de retrouver quelques-unes de ses plumes à coté de son cadeau le lendemain matin, au pied du sapin. Elle a vraiment quelque chose de magique, cette soirée de Noël !


Doudou est perdu de Magali Le Huche (Actes Sud Junior)

Un petit album tout carton et très mignon en petit format pour les mains des bébés dès 9 mois, qui leur raconte les aventures de Doudou. Il en vit des choses, ce doudou ! Tombé derrière le canapé (il vit dangereusement), il croira bien être perdu à tout jamais ! Mais des mains tâtonneront à sa recherche, une maman prendra soin de lui et de ses amis les autres jouets. Ouf !


Gronouyot de Stéphane Servant et Simone Rea (Didier Jeunesse)

Dans la famille Lapin, il y a quelqu’un qui ne ressemble pas aux autres. Sa différence est non seulement physique (il n’a ni oreilles, ni queue, ni museau), mais également comportementale, car Gronouyot ne sait dire qu’une seule chose : Gronouyot (d’où son nom). Ses premières années, ce n’est pas un problème finalement car sa famille l’aime et l’accepte exactement comme il est. En revanche, avec le temps de l’école ça se gâte, et un jour vient où Gronouyot en a assez des moqueries incessantes… Une très jolie histoire que l’on peut interpréter à différents niveaux, servie par un dessin sensible et original. Une petite pépite à proposer dès 4 ans.


Le corps enchanté d’Aina Bestard (Seuil Jeunesse)

Un grand et très bel album (dès 4 ans) pour étudier le corps humain. Un ingénieux système de trois loupes permet de voir trois versions différentes du même dessin, et l’entrelacs des couleurs est une petite merveille à observer. Un très chouette poster inclus permet lui d’ausculter le corps dans son entier, quand au fil des pages on entre plus dans les détails. Impressionnant ! A noter que sont déjà parus, sur le même principe, La Forêt enchantée et La Mer enchantée.


Wa-wa sauvage et Wa-wa et la maison hantée de Laura Wall (‘Alice Jeunesse)

Deux nouvelles aventures de notre oie préférée, qui apprécie énormément d’aller crapahuter dans les bois avec Sophie et ses amis (elle a d’ailleurs du mal à rentrer), et un tout petit peu moins la fête que donne Lucie pour Halloween (c’est-à-dire que ça fait bien peur, tout de même, tous ces fantômes !) – avant que le goûter ne batte son plein, évidemment. Deux histoires emplies de gaieté qui font la part belle à l’amitié (et aux bandes d’amis) et qui collent au plus près à ce que vivent les petits lecteurs : on ramasse des souvenirs dans la forêt pour faire des ateliers créatifs plus tard à la maison, on se déguise et on aime beaucoup faire semblant d’avoir peur. Dès 1 ou 2 ans.


 

Publicités