Histoires de chevaux et poneys illustrées (Usborne)
Textes : Rosie Dickins, Susanna Davidson, Fiona Patchett, Rosie Hors et Katie Daynes
Illustrations : Yvonne Gilbert, Nanos et Natasha Kuricheva
Traduction : Muriel de Grey

Préconisé à partir de 9 ans, ce recueil de contes peut être lu à haute voix aux plus jeunes, pour peu que les chevaux les passionnent. La couverture matelassée et le format moyen (et lourd) en font un joli objet, la narration des contes est contemporaine et les illustrations s’adressent bien aux lecteurs d’aujourd’hui. Il s’agit pourtant bien de contes traditionnels (et de mythes – comme Pégase), avec tout ce qu’ils comportent d’aspects désuets voire sexistes (le mariage représentant toujours le Graal pour nombre de princesses etc.) (un article intéressant à ce sujet ici) mais leur variété et leurs origines (il y a des contes allemands, norvégiens, grecs, russes, écossais, etc.) offre un petit tour du monde à travers le temps auquel je suis très sensible. Une fois ce gros recueil ouvert, j’ai plongé dedans avec délice. Il y a quelque chose dans les contes qui permet d’aborder les sujets les plus cruels sans traumatiser, et je crois que c’est important de continuer à en faire lire aux enfants en plein XXI° siècle.


Le labyrinthe des histoires de Magdalena Matoso (Nathan)

C’est un livre qui sera raconté par l’enfant, à partir de 4 ans. Dès le départ, il choisit le chemin qui lui fait envie, raconte ce qu’il voit (il peut s’aider des questions posées en bas) (ou pas) et progresse dans une histoire qu’il imagine au fur et à mesure. Ca peut donner des tas d’histoires différentes ! Par exemple, il peut commencer par être un astronaute, voyager à dos de dinosaure et rencontrer un poisson qui lui donne une banane. Il peut lui arriver des tonnes de choses selon sa fantaisie (il peut aussi choisir un chemin beaucoup plus dirigé, c’est possible !), mais l’essentiel, c’est que tout finira bien, c’est assuré. Parfait à la fois pour canaliser l’imagination et la débrider !


Lulu-Grenadine veut un chat de Laurence Gillot et Lucie Durbiano (Nathan)

Lulu-Grenadine, c’est une série destinée aux 3-4 ans (il y a pas mal de texte quand même) qui raconte le quotidien d’une petite fille malicieuse bien d’aujourd’hui. Dans ce volume, par lequel je la découvre, elle veut donc un chat et déploie l’intégralité de ses éléments de persuasion pour convaincre sa mère de lui dire oui. Elle est convaincante, et elle a l’aide de son beau-père. Mais son voeu ne sera pas exaucé si facilement… Sympathique et moderne, ça fait plaisir de voir un homme éplucher des pommes de terre en arrière-plan, par exemple 😉


T’choupi mes recettes super simples de Thierry Courtin (Nathan)

Le premier livre de cuisine à offrir dès 3 ans : à cet âge, ils adorent tous tous tous aider à faire la cuisine, et grâce aux illustrations seront même en mesure de dire eux-mêmes ce qu’il faut faire. Un cake jambon-olive ? Oh non, je sais, faisons un banana cake, on va se régaler. Allez hop, tablier, ingrédients, en route !


Une pomme de toutes les couleurs d’Arnaud Denis (Ecole des loisirs  Loulou & cie)

Cet album tient à la fois de la comptine (souris verte) et du poème (Desnos) tout en proposant une histoire originale et surtout, une exploration des couleurs (voire des mélanges de couleur) pouvant être abordée dès 1 ans, ce dont il ne faut pas se priver ! Ludique, solide et pimpant.


Les couleurs de monsieur Bear de Virginie Aracil (Bayard)

C’est un très grand livre à proposer dès 2 ans qui emmène les petits bouts dans une exploration des couleurs. En français et en anglais, on découvre le bordeaux, le kaki ou le marine (pas de couleur trop évidente, quoi) avec des illustrations qui donnent l’impression de foisonner et qui sont toujours inattendues : une plaque de rue, de la cannelle ou encore la barbe du père Noël. Le tout dégage une sensation plutôt élégante.


Les trois petits casse-pieds de Jean Leroy et Mathieu Maudet (Ecole des loisirs)

Papy est en train de faire une sieste quand déboulent les trois petits, c’est l’heure des dessins animés ! Papy pense qu’il y a toujours mieux à faire que de regarder la télé. Il propose de leur raconter une histoire, mais ils connaissent toutes ses histoires et elles ne les intéressent pas. Il se met alors à en inventer une, avec leur contribution active. Ca donne une super histoire, ils sont très contents ! A présent c’est l’heure des dessins animés. Mais Papy pense toujours qu’il y a mieux à faire que de regarder la télé. Il propose quelque chose à quoi on ne peut pas dire non… Une petite histoire toute mignonne à laquelle s’identifier très facilement. Dès 2 ans.


Mon écharpe d’Emile Jadoul (Pastel, Ecole des loisirs)

L’hiver arrive bientôt alors Lapin a lavé son écharpe, pour qu’elle soit toute propre quand il en aura besoin. Mais alors qu’elle était en train de sécher, une grosse pierre est tombée dessus, et il n’arrive pas à la récupérer ! Ses amis tentent de l’aider, mais c’est vraiment très dur… Un album  à proposer dès 1 an pour aborder quelques notions essentielles : les saisons, l’amitié, l’entraide. Le dessin très épuré aide à bien comprendre l’histoire. Mignon comme tout.


Patate pourrie de Stéphanie Blake (Ecole des loisirs)

Simon est amoureux ! Simon est même jaloux. Très jaloux. Et donc, forcément, malheureux. Très malheureux. Et quand Simon est malheureux, il dit : « Patate pourrie. » Même sans raison, même à papa et maman. Oh ! Heureusement, son amoureuse sait le dire aussi, sur un tout autre ton… Les amours de Simon et sa façon de gérer sa frustration sont à son image, et ici on est encore et toujours FANS.


Petites histoires de nuits de Kitty Crowther (Pastel, Ecole des loisirs)

Un petit ours demande (et il dit « s’il te plaît » trois fois) à sa maman de lui raconter TROIS histoires avant de dormir. La première dit qu’il faut dormir (et parle d’une gardienne de nuit dans une forêt profonde), la deuxième raconte l’histoire d’une petite fille avec une épée qui s’était perdue (et qui aimait les mûres) et enfin la troisième aborde la perte du sommeil du monsieur avec un grand manteau (parce qu’il était frileux). Après toutes ces émotions, c’est un grand dodo qui s’en vient… Tout rose et aperçu dans un rêve avant même son existence, ce livre distille une fantaisie aléatoire qui donne le sourire.


 

 

Publicités